Archives mensuelles : février 2009

Diversité en colloque

Brève. Colloque Diversité et Enseignement supérieur, le 9 mars 2009, au Sénat (Palais du Luxembourg, Paris). Cliquer ici pour découvrir le programme.

Commentaires fermés sur Diversité en colloque

Classé dans Non classé

Economie sociale

Brève. L’économie sociale (associations, coopératives, mutuelles, fondations) emploie un salarié sur dix en 2006 (cliquer ici pour accéder à Insee première de février 2009) dans tous les secteurs d’activité. La plupart des fonctions occupées dans cette économie sont les mêmes que celles exercées dans l’économie privée lucrative. Mais l’homme est toujours au centre de cette économie et non la rentabilité du capital pour les actionnaires. Des diplômes en « économie sociale » sont préparés dans une majorité d’universités : des licences professionnelles (cliquer ici pour accéder à la liste des formation à bac+2 et à bac+3), des masters (cliquer ici pour accéder à la liste). Des jeunes et des adultes veulent s’impliquer dans cette économie pour donner plus de sens à leur travail et parce qu’ils y sont plus respectés.

Commentaires fermés sur Economie sociale

Classé dans Non classé

Etudiants et Seniors

Cohabitation intergénérationnelle par Yann Reboulleau, blogueur du Monde : Ecoutez les vieux dans les yeux. Grand merci à lui pour sa contribution. 

« Parmi les nombreuses initiatives tendant à favoriser les relations entre les générations, celle ayant pour objet la cohabitation, au sein d’un même logement, d’étudiants et de personnes âgées rencontre un succès certain, au point d’avoir suscité en 2005 l’institution d’une charte « Un toit – Deux générations », sous les auspices du Secrétariat d’Etat aux personnes âgées. L’idée est intéressante, sous la réserve, comme toujours en pareille situation, de ne pas être érigée en panacée universelle »… « Compassion n’est pas raison« … « Autoriser d’autres formes de cohabitation« . Cliquer ici pour accéder au texte de Yann Reboulleau

.

Commentaires fermés sur Etudiants et Seniors

Classé dans Non classé

Accès aux IUT

Admissions post-bac : l’admission est de droit en DUT pour les bacheliers technologiques qui ont obtenu la mention « Bien » et « Très Bien » au bac. Comment accueillir un plus grand nombre de bacheliers technologiques en IUT ? En 2005-2006, ceux-ci représentaient environ 1/3 des effectifs entrants (soit 14.500 étudiants), les bacheliers généraux constituant les 2/3 (Péan et Prouteau, 2007). L’injonction faite aux commissions de sélection des DUT d’accueillir plus de bacs technos n’ayant pas eu de résultats tangibles, c’est la méthode réglementaire qui est mobilisée. Le décret du 19 mars 2008 dit ainsi : « l’admission est de droit pour les élèves qui, ayant préalablement fait acte de candidature dans les formes et les délais prévus, obtiennent la même année une mention « bien » ou « très bien » au baccalauréat technologique dont le champ professionnel est en cohérence avec le département d’institut universitaire de technologie demandé. Quel est le bilan de cette nouvelle réglementation appliquée pour la première fois à la rentrée 2008 ? Le ministère et la DEPP pourraient-ils fournir en urgence l’information aux lycéens de classe terminale ? Ils n’ont plus qu’un mois pour saisir leurs vœux dans Admissions post-bac. 

Début 2008, l’amendement voté par le CNESER (pas de référence aux mentions obtenues au baccalauréat) n’a pas été retenu. Il ne pouvait pas l’être… car environ 140.000 élèves obtiennent le baccalauréat technologique chaque année et les DUT offrent moins de 50.000 places en 1ère année (Perelmuter, 2008). 10% environ de ces 140.000 ont obtenu une mention Bien ou Très bien : s’ils étaient tous candidats dans une filière correspondant à celle de leur baccalauréat, ils prendraient toutes les places occupées jusqu’alors par l’ensemble des bacheliers technologiques inscrits en IUT… à moins de prendre une partie des places occupées par les bacheliers généraux.  

C’était là d’ailleurs le but du décret et un des objectifs du Plan Réussir en Licence (tiens ! la ministre n’en parle plus guère de ce plan initié en février 2008) : mobilisation des filières professionnelles courtes pour la réussite de tous, élargissement de l’offre des IUT et STS pour accueillir les étudiants en difficulté dans les formations généralistes (CPGE, licences universitaires)

Autres chroniques sur l’orientation post-bac. L’orientation active : cliquer ici. L’orientation est un marathon : cliquer ici. Les rapports sur l’orientation : un serpent de mer : cliquer ici.

Commentaires fermés sur Accès aux IUT

Classé dans Non classé

Universités plus justes

Pour des universités plus justes. « Quatre enseignants-chercheurs français travaillant en Amérique proposent leur regard sur le « modèle libéral » à la française : celui-ci prétend s’inspirer des États-Unis, mais ne fait qu’accentuer des travers typiquement français ; il prétend faire confiance au marché alors qu’il ne fait que renforcer la hiérarchie. La réforme actuelle entérine en réalité la paupérisation générale des formes de solidarité qui affectent nos sociétés ». Texte publié par la Vie des Idées le 17 février 2009. Signalement par Michel Abhervé. Cliquer ici pour accéder au texte.

Commentaires fermés sur Universités plus justes

Classé dans Non classé

Evaluer les formations

Les enseignants-chercheurs ne sont pas seulement évalués sur leurs recherches et publications. Leurs enseignements font également l’objet de procédures d’évaluation associant les étudiants. Les arrêtés de 1997 (dits Bayrou) et de 2002 (création du LMD) en font une obligation légale. Ce n’est pas pour autant que tous les enseignants soient évalués et s’y soumettent volontiers. Les enseignants impliqués dans le mouvement de grève en cours devraient appeler, pour être encore plus crédibles, à un renforcement des évaluations des formations et des enseignements. 

Trois parties dans cette chronique. La première est consacrée aux contraintes réglementaires. La deuxième est dédiée à l’analyse des contenus, des conditions d’une évaluation rigoureuse ; l’existence d’une unité d’évaluation est une des conditions de rigueur. La troisième analyse les usages des résultats des évaluations. Améliorer la qualité des formations à partir des constats réalisés rencontre trois obstacles : le temps, la réglementation, l’argent. Toutefois, plusieurs exemples montrent que l’évaluation peut produire des changements dans les formations. Le développement de l’autonomie pédagogique et financière des universités est nécessaire pour rendre plus efficace, plus crédible l’évaluation des formations. 

Cliquer ici pour accéder à la suite de mon article publié en 2001 (dans Università e Scuola) et révisé en 2003 : « Evaluer les formations. Pratiques et usages dans les universités françaises ». 

Rapports de référence. Jacques Dejean. L’évaluation de l’enseignement dans les universités françaises (février 2002) : cliquer ici pour accéder au rapport. Marc Romainville. L’évaluation des acquis des étudiants dans l’enseignement supérieur universitaire (décembre 2002) : cliquer ici pour accéder au rapport.

Commentaires fermés sur Evaluer les formations

Classé dans Non classé

Université – Territoire

reims2020.1234807582.JPG

Brève. 16 février 2009, Reims. Débat sur les grands axes du grand projet urbain Reims 2020, lancé par la nouvelle équipe municipale, menée par Adeline Hazan. Le Conseil de Développement de Reims 2020 (CD2R, Reims Métropole et Pays Rémois) est présidé par Gérard Mary, ancien président de l’université. Michèle Severs, également universitaire, est vice-présidente au titre de la Chambre Régionale de l’Economie Sociale (CRESCA). Plusieurs autres universitaires participent au débat. L’université a aussi pour mission le développement économique et social du territoire. Comment évaluer l’investissement d’universitaires dans ce développement ? Il est certain qu’il faut, aussi, prendre en compte ce type de responsabilités dans l’évaluation des enseignants-chercheurs.

Commentaires fermés sur Université – Territoire

Classé dans Non classé

Chantier Vie étudiante

Brève. Valérie Pécresse et Martin Hirsch, à la demande du Président de la République, lancent la seconde étape du chantier « Vie étudiante » (bourses, logement, santé, activités sportives, accessibilité de l’Université aux étudiants handicapés). Il est probable que des enquêtes (dont des sondages) appuieront les travaux des groupes de travail. Valérie Pécresse ne doit pas sous-traiter ces enquêtes à des bureaux privés, mais à l’Observatoire National de la Vie Etudiante. L’OVE, service public et organisme indépendant, a une expérience de près de 20 ans dans le champ. Arrêtons de transférer l’argent public aux entreprises privées, alors que le service public peut assurer le travail … à moindre coût !

Commentaires fermés sur Chantier Vie étudiante

Classé dans Non classé

Moins d’étudiants

Brève. Conseil Economique et Social de Franche-Comté (CESR). Un nouveau sujet de réflexion : l’Enseignement supérieur. « Partant du constat d’une perte régulière d’étudiants dans la plupart des disciplines et en particulier dans les filières scientifiques, le CESR a engagé un travail d’étude sur l’Enseignement supérieur régional, afin de mieux comprendre cette situation préoccupante et de trouver les moyens de valoriser nos formations, garantes d’une activité intellectuelle et d’innovation pour notre région. Cette autosaisine portera sur les 3 établissements régionaux d’Enseignement supérieur et de Recherche (Université de Franche-Comté, Ecole nationale de mécanique et des microtechniques, Université technologique de Belfort-Montbéliard). Elle s’intéressera, entre autres, aux raisons de la fuite des étudiants, au devenir des diplômés francs-comtois sur le marché de l’emploi et à la manière d’inciter les entreprises régionales à s’approprier les savoir-faire de ces jeunes diplômés ». Signalement par Michel Abhervé.

Commentaires fermés sur Moins d’étudiants

Classé dans Non classé

Paris 10. Les diplômes

Brève Histoire de l’offre de formation de l’université de Paris 10 Nanterre. La progression du nombre d’universités et du nombre d’étudiants universitaires jusqu’au milieu des années 90 (maximum des effectifs étudiants en université atteint en 1995-1996 : 1.486.000 ; 1.369.000 en 2007-2008) a entraîné une progression de l’offre de formation (Frydel et Papon, 2008). S’appropriant les réformes successives (1993, 1997, 1999, 2002), les universités ont obtenu des habilitations de diplômes plus nombreuses, dans le cadre de la négociation de leur contrat quadriennal avec l’Etat. Le stock de diplômes préparés dans les universités, dans les IUT et les écoles d’ingénieurs universitaires est ainsi devenu élevé. Il dépasse aujourd’hui 150 dans la plupart des universités, soit vraisemblablement un stock de diplômes habilités supérieur à 15.000 (d’où le problème de la faible lisibilité de l’offre de formation universitaire) 

Lire la suite… 

Commentaires fermés sur Paris 10. Les diplômes

Classé dans C. Ile-de-France