Archives mensuelles : juillet 2009

PPP

par7_cj1.1248684278.JPGValérie Pécresse a signé, le 24 juillet 2009, les deux premiers contrats de « Partenariat Public-Privé » (PPP) avec des universités, pour un montant de 226 millions d’euros (cliquer ici). Les universités concernées sont Paris IV (Paris Sorbonne) – contrat avec Bouygues – et Paris VII (Denis Diderot) – contrat avec Vinci-GTM – : ce 27 juillet, la signature de ces contrats n’est pas mentionnée en page d’accueil des sites des 2 universités. Photos du nouveau siège de Paris Denis Diderot dans les anciens Grands Moulins de Paris.

Par ces PPP, les entreprises privées assurent le financement, la conception, la construction et la grande maintenance de bâtiments neufs ou rénovés. En contrepartie, l’Etat s’engage à leur verser des loyers pendant une période de 28 ou 30 ans. Valérie Pécresse reconnaît que le recours au secteur privé entraîne un surcoût pour l’Etat, mais elle en attend une meilleure qualité de construction (donc des frais de maintenance plus faibles) et des délais de réalisation plus courts.

Pendant 3 décennies, les deux universités ne pourront devenir propriétaires des immeubles concernés. Ce qui est – a priori – en contradiction avec des dispositions de la loi LRU qui prévoient une telle possibilité (des universités ont demandé le transfert de propriété pour le 1er janvier 2010).

Lire également la chronique de Mathieu Oui sur EducPros et la réaction hostile de la Région Ile de France : cliquer ici.

Commentaires fermés sur PPP

Classé dans C. Ile-de-France

Universités. Insertion

14 et 15 octobre 2009. Université d’Evry Val d’Essonne. Journées scientifiques du Centre Pierre Naville. Les universités face à l’insertion professionnelle. Quelles conséquences sur la formation et sur la recherche ? Appel à contributions.

Commentaires fermés sur Universités. Insertion

Classé dans Non classé

Des MCF lésés

Pétition de maîtres de conférences qui s’estiment lésés par la mise en oeuvre du décret du 23 avril 2009 portant sur le reclassement des personnes nommées dans le corps des enseignants-chercheurs. Ils vont en effet se retrouver moins payés que leurs collègues nouvellement recrutés. Les conseillers de la Ministre n’avaient pas vu le problème ? Ils devraient être plus professionnels ! 

Commentaires fermés sur Des MCF lésés

Classé dans Non classé

Marois et Filâtre

Commission nationale de concertation sur la réforme du recrutement et de la formation des maîtres. Lettre des 2 co-responsables de la commission, William Marois et Daniel Filâtre, à Valérie Pécresse et Luc Chatel (texte de la lettre). Rapport Marois : référentiel de compétences, cadrage des masters, organisation des stages, formation des professeurs stagiaires ; 10 propositions en conclusion. Rapport Filâtre (groupe inter-conférences universitaires) : 15 propositions en conclusion (la question de la maîtrise des flux à l’entrée de la première année de Master est enfin posée).

Commentaires fermés sur Marois et Filâtre

Classé dans Non classé

Bibliométrie

facteur-h-1.1248263728.JPG« L’évaluation bibliométrique des chercheurs : même pas juste… même pas fausse« . Article de Franck Laloë et de Rémy Mosseri publié dans Reflets de la Physique, n°13 (lire l’article) et présenté à Lille le 8 juillet 2009, lors du Journées de la Société Française d’Optique.

Quelques extraits… « Les méthodes bibliométriques donnent une vue simpliste des contributions scientifiques individuelles. Elles sont sensibles à la qualité, certes, mais ce « signal » est noyé dans le « bruit » créé par une forte dépendance en fonction d’autres variables. Prenons par exemple un indice bibliométrique H, fonction d’une variable X dont nous supposons qu’elle soit assimilable à la qualité du travail scientifique, de la variable Y qui est le style du chercheur (travaille-t-il plutôt seul ou en équipe constituée ? est-ce plutôt un pionnier ou quelqu’un qui préfère des domaines déjà relativement à la mode…), de la variable Z qui est son style de publication (est-il plutôt tourné vers les courtes lettres ou les articles de fond, voire les ouvrages ?…), et enfin de la variable W (appartient-il à une école de recherche très reconnue de puis des années ? ou a-t-il choisi un petit domaine émergent ?) »…

facteur-h-2.1248263812.JPG« N’importe quel scientifique sait que, si l’on recherche la mise en évidence de la variable X, les nombreuses autres variables vont se comporter comme un bruit statistique »…

Lire également la chronique de Jean-Pierre Durand sur ce blog (« le facteur « H ») et l’article d’Yves Gingras (« La fièvre de l’évaluation de la recherche. Du mauvais usage de faux indicateurs« )

Commentaires fermés sur Bibliométrie

Classé dans Non classé

Droits d'inscription

L’UNEF monte de nouveau au créneau pour dénoncer « les frais d’inscription illégaux ». Le scandale continue ! 29 universités font de la résistance » (communiqué de l’UNEF). Lire également l’historique fort complet du combat de l’UNEF contre les droits spécifiques, permis par la loi de 84 (non modifiée par la LRU) à deux conditions : ils doivent être facultatifs et répondre à un service clairement identifié pour et par les étudiants (cliquer ici). Valérie Pécresse s’est engagée à faire pression sur les 29 universités pour qu’elles suppriment les droits ne correspondant pas à ces deux critères (Valérie Pécresse sur France Info). La Ministre ne veut pas aller au conflit ; elle est ainsi en contradiction avec l’esprit de la loi LRU ; l’absence d’autonomie des universités en matière de droits d’inscription limite l’autonomie financière que la loi leur accorde.

Le problème n’est pas celui des droits d’inscription « illégaux », mais celui du montant des droits d’inscription, fixés chaque année par décret (cliquer ici) : 171 euros par an en licence, alors que la dépense intérieure d’éducation était, en 2007, de 8.970 euros par étudiant universitaire (cliquer ici). L’Etat, les collectivités territoriales, les entreprises, les ménages financent cette dépense.

Le blogueur et 2 collègues italiens ont publié, en 2004 dans Vie Universitaire, une libre opinion intitulée : « Risquer l’autonomie financière« . Ils proposaient de casser le tabou des droits d’inscription, de repenser les modes de financement (dont des droits à acquitter par les diplômés et par les entreprises recruteuses). Débattre de ces propositions demeure d’actualité. 

« Le financement des universités publiques est assuré majoritairement en Europe par les Etats : investissements immobiliers, rémunération des fonctionnaires, dotations de fonctionnement, financement de programmes de recherche et d’innovations dans le champ pédagogique. Les Etats ont fait face à la massification de l’enseignement supérieur, mais, aujourd’hui, laissant lettre morte les engagements pris lors du sommet européen de Lisbonne et pour faire diminuer leurs déficits budgétaires, ils somment leurs universités de diversifier leurs ressources, de trouver des financements extérieurs pour faire face à des engagements nouveaux : réforme des études visant une professionnalisation accrue, internationalisation, développement du territoire, e-learning… Il faut donc inventer une troisième voie pour les universités, entre les universités totalement financées par l’Etat et les universités totalement financées par le privé, celle d’universités publiques, significativement financées par des ressources non gouvernementales ; pour cela, il faut que les universités aient une autonomie financière réelle, autonomie en matière de ressources et de dépenses, la puissance publique gardant cependant le devoir de fixer des règles et celui d’évaluer la pertinence et l’efficacité des dépenses effectuées ». Lire la suite de la libre opinion de 2004.

Commentaires fermés sur Droits d'inscription

Classé dans Non classé

Opération Campus

« Opération Campus. Les archives d’une réforme clé pour l’enseignement supérieur ». Dossier fort complet sur EducPros.

Commentaires fermés sur Opération Campus

Classé dans Non classé

Affectation dans le Sup

Communiqué de Valérie Pécresse en date du 10 juillet 2009 : « 80% des bacheliers déjà affectés dans un établissement de l’enseignement supérieur » (cliquer ici). 80% seulement ? Et donc 20% de « ratés » dans la procédure d’admission post-bac ? Une procédure d’admission complémentaire est ouverte depuis le 25 juin et « les recteurs veilleront à ce que tous les bacheliers aient une inscription à la rentrée ». Demande de plus de transparence. Y a-t-il aujourd’hui des bacheliers « sans place » et qui ont pourtant mis en 1er voeu une filière universitaire dans une université donnée (cas par exemple de Paris 2 Panthéon Assas) ? Si oui, selon quels critères ont-ils été mis « hors place » (par tirage au sort ?) ? Quels sont, ce jour, les risques d’avoir début septembre des étudiants sans fac ?

Commentaires fermés sur Affectation dans le Sup

Classé dans Non classé

Rapport Cherpion

Rapport de Gérard Cherpion, député, sur le projet de loi relatif à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie. Rapport du 2 juillet 2009 de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale : cliquer ici. La loi modifiant la loi de 2004 comporterait un nouveau titre, le titre IV bis, sur l’emploi des jeunes : généralisation des clauses d’insertion des jeunes dans les marchés publics, évaluation et financement des missions locales… (cliquer ic pour accéder au titre IVbis).

Commentaires fermés sur Rapport Cherpion

Classé dans Non classé

Résultats du bac 2009

Résultats du bac 2009 après les oraux de rattrapage (cliquer ici) : 88,8% de succès en baccalauréat général, 79,7% en baccalauréat technologique, 87,1% en baccalauréat professionnel. Ces résultats sont globalement meilleurs que ceux de 2008 (cliquer ici) : les taux de succès étaient respectivement de 87,9%, 80,3%, 77% (la réussite des bacheliers professionnels est en très forte augmentation). Le record historique du taux de succès global, atteint en 2008, va être à nouveau dépassé. Lire la note de la DEPP.

Il serait temps de décider que le baccalauréat est le diplôme de fin d’études secondaires et non plus le premier grade universitaire. Il l’était dans l’université médiévale et aussi dans l’université napoléonienne. La création de Lycées d’enseignement supérieur (LES) permettrait de faire du baccalauréat un diplôme de l’enseignement secondaire, de changer d’époque, de réformer enfin l’enseignement supérieur en profondeur.

Commentaires fermés sur Résultats du bac 2009

Classé dans Non classé