STS et DUT : points + et –

4ème chronique sur les Instituts d’Enseignement Supérieur (IES), établissements d’enseignement supérieur publics à créer en vue de regrouper dans un seul établissement, distinct du lycée et de l’université, les étudiants actuellement inscrits en CPGE, en STS, en IUT et en licence universitaire. L’IES est organisé en deux voies : une voie préparatoire aux études longues et une voie professionnelle permettant l’entrée sur le marché du travail à bac+3.

Pour argumenter cette réforme de rupture, il est nécessaire de faire un état des lieux, de démontrer les points forts et les points faibles de chacune des filières actuelles, en s’appuyant en particulier sur les sources statistiques les plus récentes publiées par la DEPP : Repères et références statistiques 2009, L’état de l’Ecole 2009, les Notes d’information (des liens sont faits vers ces données). Cette 4ème chronique analyse ainsi les points forts et les points faibles des Sections de techniciens supérieurs (STS) et des Instituts universitaires de technologie (IUT) : nombre de STS et de DUT, effectifs inscrits, origines sociales et scolaires des étudiants, taux de succès au diplôme, poursuite d’études, insertion professionnelle, qualité de la relation formation-emploi. Notre analyse est que les points faibles l’emportent désormais sur les points forts et que les IES pemettront de renforcer nettement ces derniers. A débattre !

1. Création (habilitation) des STS et des IUT. Carte des formations. Lire l’analyse… 2. Le nombre des inscrits : des effectifs en faible hausse depuis 10 ans. Lire l’analyse…  3. Origines sociales et scolaires des étudiants de STS et d’IUT. Lire l’analyse…

Commentaires fermés sur STS et DUT : points + et –

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.