Non à la RGPP dans le SUP !

Non à la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) dans l’enseignement supérieur et la recherche. Communiqué de la FSU (SNESUP) et de la CGT. Communiqué des organisations syndicales du CNRS.

« La mise en place de la RGPP conduira à la baisse accélérée des effectifs de titulaires. Elle dégradera profondément les conditions de travail des collègues administratifs mais aussi de tous les autres personnels des laboratoires, chercheurs, enseignants chercheurs, ingénieurs et techniciens« …

« Pour riposter contre ces attaques qui sont les plus graves que le CNRS connaît depuis plusieurs années, les organisations syndicales appellent les personnels à se rassembler à partir de 9 heures le jeudi 31 mars, date du prochain conseil d’administration du CNRS, devant le siège du CNRS et devant les délégations régionales« .

Strasbourg. 31 mars 2011, 10 heures. Rassemblement devant la délégation régionale du CNRS. Quelques photos.

Commentaires fermés sur Non à la RGPP dans le SUP !

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Une réponse à “Non à la RGPP dans le SUP !

  1. barbe

    Salut François, roi du mégaphone.
    Premiere fois que je visite le blog Educ pros.

    Voir la délégation Alsace « cernée » par le SNTRS CGT me fait chaud au coeur.
    Ne soyons pas chauvins il n’y avait pas que le SNTRS pour encercler la délégation. J’ai reconnu un militant du SNCS FSU (Philippe Walter) ex président de la CPCP, qui était invité à toutes nos réunions du CS.

    A Paris Michel Ange le rassemblement anti RGPP était modeste: une centaine de personnes.
    Participation objective et remarquée de mon labo, l’IPN d’Orsay, qui représentait plus de 10% de la « manif ».

    Une délég intersyndicale a tout de même été reçue par le CA.
    Michel (Pierre) a lu la déclaration et un début de discussion a eu lieu. Le représentant du ministère Roland Stéphane a été interpelé sur les intentions ergépepesques pour les organismes.
    Sa réponse inter minable, était taillée dans un baobab. 10 mn pour cracher le vilain mot « mutualisation » des fonctions « support ». Sinon que ses périphrases encombrées de « synergie et optimalisation » se sont trouvées ridicules quand pour rassurer la délég il a pris l’exemple de l’INRA.

    La lutte continue aux quatre coins de l’hexagone…