Bevalot et la carte des licences

Suite des chroniques sur le prochain colloque de la CPU, « Une ambition : la licence« . Françoise Bevalot sera présente, mais elle ne sera ni présidente de séance plénière ou d’atelier, ni rapporteur. Elle sera par contre toute ouïe car elle préside le Comité d’orientation de la nouvelle licence, mis en place par Valérie Pécresse le 7 février 2011 (chronique : « La licence de Valérie : non !« ). Ce comité, qui procède actuellement à des auditions (calendrier), doit rendre rapidement son rapport car la Ministre veut modifier l’arrêté d’avril 2002 sur la licence avant l’été. Calendrier impossible sauf à passer en force.

Françoise Bevalot est également membre du comité de suivi de la loi LRU, après en avoir été la présidente durant 3 ans. Elle est intervenue au séminaire de Prospective & Développement de l’université de Strasbourg le 24 mars 2011 (chronique « Comité de suivi et gouvernance« ). Il est pertinent, dans cette chronique sur la licence, de mentionner la recommandation n° 23 du 3ème rapport du suivi de la LRU. « Elaborer la carte des formations supérieures définie à l’article L 614-3 du code de l’éducation et mentionnée à l’article 17 de la loi LRU (article L. 711.1 de la loi LRU) ».

Le comité commente sa recommandation : « les activités de formation, de recherche et de documentation sont inscrites au contrat [d’établissement]. Dans le respect de la carte nationale des formations supérieures, le contrat arrête les formations qui seront délivrées par l’université ; or, on constate à ce jour que cette carte nationale des formations est inexistante bien que prévue par le code de l’éducation« . Près de 4 ans après la LRU et en violation du code de l’éducation, la carte des formations de licence générale et de licence professionnelle n’existe pas ! Le colloque de la CPU s’en préoccupera-t-il dans l’atelier 4 : « comment concilier égalité des chances, qualité et cohérence des formations du cycle  licence et aménagement du territoire » ?

Mais qui est Françoise Bevalot ? Elle a suivi et suit la trajectoire classique d’un professeur d’université qui accepte de prendre des responsabiltés dans et en dehors de son université. Née en 1949, elle fait des études de pharmacie et est nommée professeur dans cette discipline à l’université de Franche-Comté en 1987 (« Quiz : une présidente et un président« ) . Pourquoi y prend-elle ses premières responsabilités administratives en 1994 (à 45 ans) ? Je ne sais. Toujours est-il qu’elle est élue vice-présidente en charge du CEVU de 1994 à 1998, sous la présidence de Claude Oytana.

Elue au CA en 1998, Françoise Bevalot brigue la succession. Début 2001, elle est élue présidente de l’université de Franche-Comté pour un mandat de 5 ans (de 52 à 57 ans). Seule candidate en lice, la nouvelle présidente a été élue de justesse (70 voix pour, la majorité étant à 69). Claude Condé lui succédera en 2006 [lire la note ci-dessous sur les élections des présidents en 2012].

Que faire après avoir été présidente et qu’on peut encore « faire le professeur » pendant un peu plus de dix ans (chronique : « Devenir d’anciens présidents« ) ? Françoise Bevalot choisit de devenir « conseiller du prince« , mais à une certaine distance. En 2006, elle est membre de la Commission « Université-Emploi », dite commission Hetzel (actuel directeur de la DGESIP). Depuis janvier 2008, elle est membre du comité de suivi de la LRU et, depuis février 2011, elle est présidente du comité d’orientation de la licence. Elle est également Conseillère d’établissement auprès du DGESIP pour les « questions liées à des dossiers proches de la LRU ». En avril 2010, elle a été « membre du jury d’évaluation de l’AERES pour son accréditation européenne, nommée par l’ENQA (European Association for Quality Assurance in Higher Education) ».

Note. « 2012. L’élection des présidents« . Elu en 2006, Claude Condé est confirmé dans sa fonction de président sous la loi LRU en 2008. Au terme de 5 ans de mandat, il est réélu début 2011 pour un mandat d’une année. En 2012 et pour la 4ème fois, sollicitera-t-il les suffrages du CA renouvelé ? Si oui et s’il est élu, il ne pourra exercer son mandat que durant 2 ans. Valérie Pécresse a tranché : « pas plus de 8 ans en tout !« .

Commentaires fermés sur Bevalot et la carte des licences

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.