Trois Pinocchios pour Wauquiez

Le Nouvel Observateur vient de décerner un Pinocchio à Laurent Wauquiez pour une « simple erreur, une imprécision » lors de l’émission « On n’est pas couché » du 17 décembre 2011. « Interrogé sur le cas d’une étudiante canadienne menacée d’expulsion, le ministre travestit la réalité« … Celui-ci ajoute : « je ne veux pas que l’Université française ferme ses portes aux étudiants étrangers. Je trouve ça absurde. On s’est planté » [sur la circulaire Guéant]… »Il y a des moments où l’on fait des erreurs et le but c’est d’essayer de les corriger ». Pourquoi le Ministre n’a-t-il pas fait son mea culpa plus tôt !

La circulaire Guéant sur la maîtrise de l’immigration professionnelle, adressée aux Préfets de région et de département, date en effet du 31 mai 2011. Certes, à cette date, Laurent Wauquiez était ministre en charge des affaires européennes. Valérie Pécresse n’avait rien trouvé à redire au contenu de la circulaire : « la procédure de changement de statut (étudiants demandant un titre de séjour professionnel) devra faire l’objet d’un contrôle approfondi. L’exception prévue pour les étudiants qui sollicitent une autorisation provisoire de séjour dans le cadre d’une recherche d’emploi doit rester rigoureusement limitée. Le fait d’avoir séjourné en France en tant qu’étudiant… ne donne droit à aucune facilité particulière dans l’examen de la procédure de délivrance d’une autorisation de travail ». Sont concernés les étudiants qui ont obtenu un diplôme d’enseignement supérieur ou un diplôme de Grande école et qui souhaitent travailler en France. Dehors, ces immigrés diplômés du SUP !

Valérie Pécresse n’a rien dit. Et pourtant, le 10 mai 2011, soit 3 semaines avant la circulaire Guéant et à l’occasion du G8 tenu en France, elle s’était fendue d’un long communiqué sur l’accueil des étudiants étrangers : « Mieux sélectionner et encadrer les étudiants internationaux »… « L’attractivité des universités, un enjeu de compétitivité internationale« … « La modernisation de l’université française placée sous le signe de l’attractivité ». Attirer les étudiants étrangers et les renvoyer chez eux une fois diplômés ? Valérie Pécresse demeure muette sur le sujet. Idem pour Laurent Wauquiez quand il prend ses fonctions au MESR (aucun communiqué sur le site).

D’ailleurs que sait-on des étudiants étrangers qui souhaitent travailler ou travaillent en France, une fois leur diplôme d’enseignement supérieur obtenu ? Rien. Les enquêtes nationales sur le devenir professionnel des diplômés (enquêtes Génération du CEREQ et enquêtes DGESIP) excluent de leur champ les diplômés étrangers. Les enquêtes des Observatoires universitaires prennent quelquefois en compte les diplômés étrangers et publient des taux de diplômés travaillant à l’étranger.

Certaines universités ou grandes écoles sont fières quand elles atteignent un taux relativement élevé et en font un indicateur de performance. Mais le taux de diplômés travaillant à l’étranger est un taux stupide parce qu’il ne distingue pas les étudiants français travaillant à l’étranger et les étudiants étrangers travaillant à l’étranger (dont ceux retournés au pays d’origine). Bref, tout le monde ignore le nombre d’étudiants étrangers diplômés qui, chaque année, s’installent en France pour y travailler ou pour y chercher du travail en fin d’études. Guéant, Pécresse, Wauquiez sont coupables d’ignorance des faits.

Et l’automne arriva. Des étudiants étrangers diplômés ont commencé à s’inquiéter, constatant qu’ils ne pourraient s’établir en France qu’avec les pires difficultés et ce même si un employeur voulait les embaucher au terme de leurs études. Pour eux, la perspective de l’exclusion du territoire français devenait dix, cent épées de Damoclès.

Un collectif contre la circulaire Guéant s’est créé. L’UNEF s’est mobilisée. La CPU s’est émue de la situation, s’est adressée au Ministre, demandant qu’un étudiant étranger puisse rester une année en France après l’obtention de son diplôme. Position timide voire ridicule. Laurent Wauquiez s’est contenté de répondre qu’il réglerait les cas particuliers, moins de 500 selon lui. Impossible de faire un lien vers le communiqué de la CPU : son site est, incroyable mais constaté ce soir à 22 heures 15, sous l’emprise d’un Hacker turc.

La mobilisation a porté ses fruits. Ce 23 décembre 2011, la circulaire Guéant est retirée, mais le Ministre de l’Intérieur annonce qu’il proposera, début 2012, une circulaire sur le droit du travail des étudiants étrangers. Non ! Guéant ne va pas changer : on peut donc craindre le pire de la nouvelle circulaire. A moins que Laurent Wauquiez ne fasse de la résistance. Ce serait à son honneur. Osera-t-il attiser les divergences, les conflits au sein de la majorité à 5 mois de l’élection présidentielle ? Ou ne fera-t-il que semblant pour soigner sa propre image de « droite sociale » ?

Au fait. Le Nouvel Observateur est bien trop gentil : ce n’est pas « 1 » mais « 3 » Pinocchios qu’il devrait décerner à Laurent Wauquiez. « 3 » pour « un mensonge prémédité, avec intention de nuire ». Le 1er partout est en effet coupable de mensonge dans l’affaire de la remise de gestion aux Mutuelles étudiantes : « Sécu étudiante : Wauquiez ment !« .

Commentaires fermés sur Trois Pinocchios pour Wauquiez

Classé dans Non classé

Une réponse à “Trois Pinocchios pour Wauquiez

  1. Mohr

    Je voudrais rajouter à cette note la colère contenue de syndicats professionnels comme le Syntec Informatique qui espère que leurs membres puissent continuer à recruter des professionnels de haut niveau maîtrisant la langue française. Je n’ai pas bien compris pourquoi le Syntec Informatique n’a pas pris position plus violemment. Politique ?

    Et au-delà du syndicat professionnel, je puis témoigner de la reconnaissance d’entreprise à qui nous avons facilité le recrutement de tels jeunes, recrutement pas toujours faciles avant la circulaire « Guéant ». Que veut-on ? des entreprises qui gagnent pour que la France s’en sorte, ou des chiffres pour faire des statistiques aidant à gagner des élections?

  2. mabherve

    A Mohr
    Que veut-on ?
    Tout simplement anvoyer un signe aux électeurs tentés par le vote Front National parce que Sarkozy n’a pas tenu ses promesses. Il faut des boucs émissaires
    Le Rom, l’étranger, et c’est Guéant qui s’en charge, l’assisté et là c’est Wauquiez qui monte au front

    Normalement le Président est celui de tous les Français
    Là on un Président et ses sbires qui passent leur temps à monter une partie des Français contre les autres !

    Et l’intérêt de notre économie, le développement de notre productivité, ils s’en tamponnent et ce n’est que justice q’une telle inconséquence entraine la perte du triple A auquel ils étaient si attachés.

    Mais, il ya aura un nouveau bouc émissaire : ce sera surement présenté comme étant de la faute de l’opposition irresponsable et de François hollande

  3. Pingback: LRU-RCE by fredb - Pearltrees