Archives mensuelles : décembre 2011

Wauquiez est dépourvu d'idées

Faut-il sauver le soldat Wauquiez, le Ministre qui n’est pas là pour gérer les affaires courantes ? Non ! Affairé à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy et fort pris par les dîners avec des présidents d’université, le 1er partout oublie qu’il est Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Deux dossiers chauds en témoignent : celui de l’évaluation quadriennale des enseignants-chercheurs par les sections du CNU et celui de l’attribution des primes d’excellence scientifique. Il vient de découvrir ces deux questions et il n’a aucune idée de ce qu’il pourrait, devrait en penser. Laurent Wauquiez ne fait pas le job pour lequel il est payé !

Evaluation des enseignants-chercheurs. Dans la chronique du 14 décembre 2011, « L’évaluationnite des EC : ça suffit« , j’ai écrit que « toutes les universités, au nom de leurs libertés et responsabilités, doivent boycotter l’évaluation de tous les EC tous les quatre ans, évaluation dont l’objectif n’est même pas défini ». Dans un communiqué également du 14 décembre, le SNESUP ne demande pour sa part qu’un moratoire (retarder le calendrier d’application), sans remettre en question le principe d’une évaluation individuelle par les sections du CNU. Les enseignants-chercheurs sont pourtant sursaturés d’évaluations ! Laissons-les enseigner et rechercher !

Lire la suite

Commentaires fermés sur Wauquiez est dépourvu d'idées

Classé dans Non classé

L'appel de L. Oueslati au CNESER

Laroussi Oueslati, ancien président de l’université de Toulon, a été révoqué à vie et immédiatement par la section disciplinaire de Paris 4, réunie le 17 et 18 mai 2010. Il est important de se remémorer les 30 considérations à charge portées par les 4 enseignants de cette section. Aucune charge ne porte accusation de corruption active ou passive. Chronique : « Oueslati. Le jugement« . Depuis lors, Laroussi Oueslati a été mis en examen pour corruption passive et mis en détention provisoire de septembre 2010 à mai 2011 ; l’affaire n’a pas encore été jugée.

Contestant sa révocation à vie par la section disciplinaire de Paris 4, Laroussi Oueslati a fait appel au CNESER, comme le statut des universitaires le permet. Le CNESER a mis en place une commission d’instruction présidée par Olivier Beaud, professeur de droit public. Celle-ci s’est réunie en audience le 17 novembre 2011, soit un an et demi après l’application immédiate de la sanction. Olivier Beaud a décidé de renvoyer sine die l’affaire pour non-respect des droits de la défense. Il a informé le président Mustapha Zidi de la difficulté. Sans que la situation n’ait évolué sur un quelconque point, une nouvelle audience d’instruction est fixée les 19 et 20 décembre 2011.

L’un des conseils de Laroussi Oueslati, Lionel Moroni, s’en émeut et a écrit le 15 décembre 2011 une lettre ouverte à Laurent Wauquiez, ministre et à ce titre président du CNESER. Il m’a autorisé à publier cette lettre. « Les principes les plus élémentaires d’équité, de loyauté, et de respect des droits de la défense sont scandaleusement bafoués« . Laurent Wauquiez se devrait de lui répondre en urgence, pratiquant l’égalité de traitement entre tous les présidents. En répondant, il concrétiserait la belle attention qu’il porte au bon fonctionnement de l’ascenseur social. Laroussi Oueslati a pu en bénéficier… jusqu’à devenir président d’université.

Commentaires fermés sur L'appel de L. Oueslati au CNESER

Classé dans C. PACA Corse

"Des universités bien gérées"

Laurent Wauquiez a inauguré, ce soir, le dîner annuel de la CPU. Combien de présidents ont osé boycotter les festivités ? Les présents au gala annuel vont se congratuler. L’année se termine fort bien : « Des universités bien gérées« . La CPU s’en félicite dans l’éditorial de sa dernière Lettre d’information (n°79, 15 décembre 2011), éditorial conclu par la phrase de l’article suivant : « L’Avenir [sic]… cela se prépare !« . Faut-il croire la CPU ou Jean-Charles Pomerol, ancien président de l’université Pierre et Marie Curie, ou encore Mohamed Rochdi, président de l’université de La Réunion ? Chronique en deux temps : l’autosatisfecit de la CPU contredit par la libre parole de deux présidents.

La CPU. L’intervention du comité des pairs « a apporté une réelle assistance, aussi bien aux présidents des universités [financièrement dégradées] et à leurs équipes qu’aux Recteurs et aux responsables académiques, en y incluant les directions régionales des finances publiques… parce que cette intervention émanait de pairs dont l’expérience de direction et de gestion des établissements est reconnue« . Expérience reconnue par qui ? Par Laurent Wauquiez, le ministre qui saborde la LRU. Toast d’un président ce soir au dîner : « Merci à nos deux pairs. En moins de 24 heures, ils ont sauvé du gouffre les universités mal en point. Comme la tornade blanche, ils ont blanchi les comptes. Ils ont permis le maintien de l’AAA pour l’ensemble de nos universités. L’Avenir… cela se prépare !« .

Certes, les universités « ont toutes le besoin d’outils d’analyse et de gestion pluriannuelle plus performants, compréhensibles et clairs pour les acteurs de la communauté universitaire ». Mais là aussi, pour la CPU, tout roule ! Aucun risque que les universités perdent leur AAA. Des professionnels leur fabriquent ces fameux outils : l’IGAENR, l’AMUE, l’ESEN. L’AMUE et l’ESEN ont même noué un partenariat pour former les cadres du supérieur.

Lire la suite

Commentaires fermés sur "Des universités bien gérées"

Classé dans C. Ile-de-France, C. Outre-Mer

Descoings entre Public et Privé

Richard Descoings, né en 1958, énarque devenu Conseiller d’Etat, est administrateur de la Fondation Nationale de Sciences Politiques (FNSP, fondation de droit privé), et directeur de Sciences Po Paris depuis 1996 (4ème mandat). Sciences Po est membre du PRES Sorbonne Paris Cité (établissement public) et Richard Descoings a animé le comité de pilotage pour répondre au 2ème appel à projets IDEX (la candidature du PRES a franchi une première étape : il fait partie des pré-sélectionnés). Richard Descoing joue trop habilement de la double appartenance de Sciences Po : grand établissement public quand ça l’arrange ; grand établissement privé quand ça l’arrange. C’en est devenu insupportable !

L’initiative de Richard Descoings d’accueillir à Sciences Po de jeunes lycéens d’origine populaire m’était plutôt sympathique (un bilan). Plusieurs années ont passé. Le personnage m’est aujourd’hui antipathique. Ses initiatives me révoltent chaque jour davantage. L’annonce en grande pompe d’une réforme du concours d’entrée à Sciences Po, pour la rentrée… 2013, m’a agacé. Pourquoi les médias ont-ils besoin de relayer une information somme toute banale ? Tous les responsables universitaires d’une formation sélective (DUT, licence pro, master, doctorat) ne procèdent-ils pas à une sélection sur dossiers et entretiens ? Ils ne font pas pour autant La Une des médias !

Lire la suite

Commentaires fermés sur Descoings entre Public et Privé

Classé dans C. Ile-de-France

L'évaluationnite des EC : ça suffit !

L’évaluationnite des enseignants-chercheurs (EC) : ça suffit ! Les EC doivent être évalués : évidemment ! Mais ils le sont déjà suffisamment ! Stop ! La goutte d’eau qui fait déborder le vase est la conséquence de la mise en oeuvre de la réforme de leur statut (avril 2009). Celle-ci a prévu en effet leur évaluation, tous les 4 ans, par les sections du Conseil national des universités (CNU).

La circulaire publiée par une sous-direction RH de l’administration centrale le 25 novembre 2011 prévoit que la 1ère campagne d’évaluation débutera à l’automne 2012… 3 ans et demi après la publication du décret de 2009. Cette circulaire est un monument de sottise. 1. Seront concernés, les premiers, les enseignants-chercheurs nés en mars, juillet et octobre. Pourquoi ces 3 mois, on se le demande ! C’est en tous cas une inégalité de traitemenr entre fonctionnaires, sans doute susceptible de recours devant le tribunal administratif. 2. Quel est le but de cette évaluation ? Mystère ! Evaluation pour récompenser les bons EC et sanctionner les mauvais ? On ne sait : la circulaire précise les procédures et le calendrier mais non les objectifs !

3. Confier cette évaluation aux sections du CNU nouvellement élu, composées d’élus et de nommés choisis par le Prince ? Inadmissible ! Autres inégalités de traitement en perspective. 4. Cette évaluation va être chronophage pour les services RH des universités, pour les membres des sections du CNU, pour les enseignants eux-mêmes. Incohérent avec la politique financière de l’Etat : « un sou est un sou ! ne pas le dépenser inutilement » ! 5. Il est temps de laisser les enseignants-chercheurs, déjà surévalués, travailler.

Lire la suite

Commentaires fermés sur L'évaluationnite des EC : ça suffit !

Classé dans Non classé

L'absolutisme des présidents LRU

Ce qui se passe actuellement à l’université de Haute-Alsace est inédit sous la loi LRU. Un président d’université, Alain Brillard, a refusé, le 13 décembre 2011, de démissionner comme le lui demandait une forte majorité de son Conseil d’administration (chroniques : « Fusion. Strasbourg et Mulhouse ?« , « Un ex-1er vice-président s’exprime« ). Actualisation : la situation n’est pas, comme je le croyais, inédite : elle a concerné l’université de Paris VII Denis Diderot en 2009. Lire les commentaires de SLU-LU.

Le président Brillard explique, dans un long communiqué daté du 14 décembre 2011, pourquoi il refuse de démissionner. Son argumentation est imparable. « La loi n’autorise nullement le Conseil d’Administration à solliciter la démission du Président de l’Université »… Le « mandat [présidentiel] m’a été confié en juillet 2008 ; il court jusqu’au 19 juin 2012 ». Bref, le président Brillard restera en place pour les 6 mois à venir.

Cette situation démontre que le régime présidentiel des universités n’est même pas un régime présidentiel à la française (le président de la République nomme un nouveau gouvernement après une motion de censure ou dissout la Chambre des députés). La loi LRU, dans la continuité de la loi Savary, a créé un absolutisme d’un autre temps. Le président ne peut être démis de ses fonctions par un vote de défiance. Ce n’est pas le seul grave défaut de la gouvernance créée par la LRU : le président n’est plus élu que par un corps électoral très restreint (les membres élus du CA), ce qui entraîne une seule candidature à la présidence, ou deux candidatures départagées par le CA à une ou deux voix près (cas à venir pour l’université de Paris Est Marne-la-Vallée). Dans les deux cas, la légitimité du président élu dans de telles conditions n’existe pas. Il s’ensuit un phénomène d’isolement du président au sein de sa propre université, puis l’instauration d’un régime absolutiste (le président cumulant, avec son équipe et les cadres administratifs des services centraux, les fonctions législatives et exécutives). Il faut abolir la LRU, son mode de gouvernance en priorité !   

Lire la suite

Commentaires fermés sur L'absolutisme des présidents LRU

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Financiarisation des établissements

Samuel Bliman, professeur émérite, m’avait signalé un article qu’il avait publié en 2008 dans la Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, « Réformer la recherche : doit-on reproduire le modèle américain ?« . Sa réponse était : « non ! » Texte intégral de l’article.

Samuel Bliman vient de m’envoyer de nouveau un court article, « Que dire de la loi LRU ? » Merci, cher Collègue, pour votre coopération à ce blog. La note est écrite en décembre 2009, un peu plus de deux ans après la publication de la loi Libertés et Responsabilités des Universités. Samuel Bliman émet des hypothèses qui font système.

1. L’autonomie financière des universités (passage aux responsabilités et compétences élargies) devrait faire progresser le coût des services centraux, dédiés à la recherche de nouvelles ressources (fondation, budgets et finances, immobilier, recherche, valorisation). Actualisation (14 décembre) : le CA de l’université de La Réunion a rejeté à l’unanimité le passage aux RCE le 1er janvier 2012 (signalement par Michel Abhervé, blogueur EducPros). 2. Pour limiter le surcoût des services centraux, la logique serait de mutualiser les compétences « rares et chères » : les regroupements d’établissements, favorisés par ailleurs par les classements internationaux, auraient une belle vie devant eux.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Financiarisation des établissements

Classé dans Non classé

Quiz. Le professeur et l'académisme

Quiz. Quel professeur d’université a écrit ce sévère constat ? A quelle date ? Quel est le nom du « palais bâti près des champs du Dieu des Combats » ?

« Je cherche en vain à pénétrer sous quelles formes pourra s’opérer la reconstruction. Sur quels groupes s’appuyer ? C’est pour moi la grande énigme et le souci »… « Tant de choses m’effrayent : … les ravages, dans un passé proche, de notre affreux académisme (par où j’entends le vice commun à tout ce que j’englobe sous le nom d’Académie : Coupole, X, rue Saint-Guillaume, et un certain palais bâti, si je ne me trompe, par Gabriel, tout près des champs du Dieu des Combats ; sans compter d’autres bâtiments sur une latine et sainte montagne) »… « Ayons foi dans les jeunes. C’est notre seul espoir. Nous les avons bien mal formés. Puissent-ils réagir ! »

Commentaires fermés sur Quiz. Le professeur et l'académisme

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, BF. Quiz

Les dîners de Wauquiez et de la CPU

Laurent Wauquiez et les présidents de la CPU, ça dîne énormément. Je suis choqué par la répétition de ces dîners, sans qu’on sache le nombre de président(e)s invité(e)s, lesquel(le)s, les critères de choix et les résultats des « agapes ». Des présiden(e)s ont-ils décliné l’invitation ? Louis Vogel, président de la CPU, ne s’est-il pas engagé à une transparence plus grande de la Conférence ?

Agenda du ministre. Dîner avec des présidents d’universités au ministère : 14 décembre, 16 novembre, 20 septembre18 juillet, dîners « entrelardés » par un entretien avec le bureau de la CPU le 27 juillet. Autres dîners : avec des professeurs de droit (2 novembre), avec des personnalités scientifiques (11 octobre, 27 septembre). Coût (complet) des frais de bouche du Ministre depuis son installation rue Descartes ?

La CPU a été longtemps présidée par le Ministre. Elle ne l’est plus. Elle est devenue une association 1901, déclarée d’utilité publique, indépendante. « Elle représente les intérêts communs des établissements qu’elle rassemble » (présentation de la CPU). Un dîner ne peut être le lieu de la représentation de ces intérêts. Bien plus, jamais le Ministre n’a tenu une réunion en journée avec le conseil d’administration de la CPU (CP2U) ; a fortiori, il n’a jamais ouvert de négociation officielle. Laurent Wauquiez est un piètre ministre du SUP car il s’est contenté de recevoir à table des présidents commensaux.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Les dîners de Wauquiez et de la CPU

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Quiz. Deux frères s'exposent

Deux frères : « leur première grande exposition monographique en France »

Quiz. Dans quel musée ? Qui sont-ils ? Quel diplôme du SUP possèdent-ils ? Photo 6 : une des cours intérieures du plus « gros » lycée de la ville : son nom ? Photos du 11 décembre 2011

Commentaires fermés sur Quiz. Deux frères s'exposent

Classé dans BF. Quiz