Archives mensuelles : février 2012

Frères siamois, candidats à Lyon 1

Elections à l’université Claude Bernard Lyon 1. Chroniques précédentes. Rappel du calendrier électoral : 31 janvier 2012, élection des représentants des personnels aux conseils centraux (4 listes en concurrence dans le collège A) ; 14 février, élection des représentants étudiants ; 28 février, clôture des candidatures à la présidence ; 6 ou éventuellement le 9 mars, élection du président par le CA. Alain Bonmartin, président de l’université en fonction, est responsable de l’opacité de la communication électorale (résultats des élections enfin en ligne). Merci aux enseignants, engagés dans la campagne électorale, d’avoir fourni à ce blog des informations clés sur les élections. Les élections universitaires ne sont pas seulement un évènement interne à la Tour d’ivoire : « Pire que n’importe nawak » (IDEX Lyon Saint-Etienne présélectionnée).

Qui sont, aujourd’hui, à une semaine de l’élection du président, les candidats ? Appel à candidatures. Nul ne le sait ! Daniel Simon l’est sûrement : le blog et la profession de foi. Loïc Blum, aussi : le blog et la profession de foi. Quid du candidat à la présidence des deux autres listes de candidats ? Quid du candidat de la liste arrivée en tête aux élections au Ca, la liste ISTS, qui a obtenu 10 des 14 sièges au CA ? Alain Bonmartin, président sortant mais non élu sur cette liste, s’en croyait-il le candidat naturel ? Quid du candidat de la liste IDDE ?

C’est alors que l’élection du président de Lyon 1 tourne à la farce farcissime, à la pantalonnade indigne. La liste gagnante décide d’organiser une audition des différents candidats à la présidence (elle aura lieu demain 1er mars). Loïc Blum et Daniel Simon s’y présenteront. Alain Bonmartin, non. S’y présentera un « candidat siamois » (dénommé tel par un commentateur du blog, cf. infra).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Rhône-Alpes Auvergne

Réforme du SUP en Hongrie

La réforme de l’enseignement supérieur en Hongrie, chroniques du 28 février et du 29, sur HU LALA, L’actu hongroise est plus piquante en français. Signalement par le blogueur Michel Abhervé. Diminuer la dépense d’Etat pour l’enseignement supérieur et y susbstituer une progression des droits d’inscription pour une partie importantes des étudiants : trait caractéristique et phare d’une politique libérale. Obliger les étudiants à travailler au pays si leurs études ont été financées par l’Etat : trait caractéristique d’une politique dirigiste. Paradoxes de la Hongrie. Des étudiants ont déjà trouvé la parade : partir étudier à l’étranger dès les études secondaires. Chronique du blog (avril 2009) : « L’université hongroise » (45 photos)

Extrait de la chronique. « Le principal changement de la réforme est la diminution du nombre d’étudiants financés par le gouvernement. Il existait jusqu’à maintenant deux catégories d’étudiants : financée et payante. A partir de septembre prochain, une troisième catégorie fera son apparition, celle des études financées à moitié par le gouvernement et à moitié par l’étudiant lui-même. A compter de septembre, 27.150 étudiants pourront profiter d’études financées par l’Etat et 15.550 seront financées partiellement. C’est surtout le Droit et l’Economie qui verront le nombre de places financées diminuer drastiquement. Il n’y aura que 200 étudiants qui pourront étudier le Droit sans payer de frais de scolarité (Viktor Órbán avait d’ailleurs déclaré que cela restait 200 places de trop) ».

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Pire que n'importe nawak !

Suite de la chronique du 7 février 2012 : « L’IDEX ou le n’importe nawak« . Les 8 labels IDEX attribués par le jury international n’ont pas tenu longtemps la route : 5 régions et 20% seulement des universités concernées, 50% des IDEX en Ile-de-France mais aucun en Rhône-Alpes, davantage de grandes écoles que d’universités dans le paquet gagnant. Le gouvernement commence à se rendre compte que sa politique d’excellence est n’importe nawak car elle crée de fortes inégalités de traitement entre les universités publiques. Qu’à cela ne tienne ! On peut faire pire que n’importe nawak.

Pire que n’importe nawak. Le rôle est joué par Laurent Wauquiez. Sans vergogne et ridiculisant au passage le jury international, le Ministre relance une traditionnelle politique politicienne : éteindre les incendies qui s’étendent sur le territoire, à quelques mois des élections présidentielle et législatives. Incohérence du Ministre : remise en cause du jury international mais pas de politique de rechange pour la recherche française. Une politique au jour le jour.

Les chaumières universitaires commençant à brûler, Laurent le 1er partout reçoit donc au ministère les pilotes de deux des candidatures IDEX évincées : Novi Mundi Université, porté par le PRES HESAM, qui comprend une seule université (Paris 1), et Lyon Saint-Etienne (porté par le PRES Université de Lyon). Un communiqué est publié dès l’issue de la réunion : « Eventuelle présélection IDEX pour les projets Novi Mundi et Lyon Saint-Etienne ». Comment est argumenté ce repêchage ?

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, C. Rhône-Alpes Auvergne

3 candidats à Bordeaux 3

54ème chronique sur les élections universitaires. Les élections aux Conseils centraux de l’université de Bordeaux 3 Michel de Montaigne (Lettres, Langues, Arts, Sciences humaines et sociales) auront lieu le 6 mars 2012 pour les personnels, les 7 et 8 pour les étudiants. Les informations fournies sur le site de l’université voisinent la perfection dans la transparence. Informations générales et juridiques, inscription sur les listes électorales, dépôt des listes candidates, calendrier… Accès à la composition de ces listes, aux professions de foi, aux spots Web TV. Chacun des 3 candidats à la présidence, tête d’une liste au Conseil d’administration, présente, en 3 minutes, son programme aux électeurs. Transparence et égalité de traitement entre tous les candidats.

Mais la communication externe, même si elle est excellente, ne délivre pas toutes les clés pour comprendre les enjeux de l’élection, ses contextes interne (contraintes financières : « Wauquiez. Budget 2012 en baisse« ) et externe (IDEX et création de l’université de Bordeaux  : « Election de Manuel Tunon de Lara à la présidence de Bordeaux 2). 21 chroniques de ce blog sur les universités d’Aquitaine. 155 photos du campus de Bordeaux 3 (novembre 2010).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Nouvelle Aquitaine (Aquitaine Poitou Charentes)

Le candidat cache les résultats

Le suivi des élections universitaires (conseils centraux et présidence) m’apporte, presque chaque jour, des informations surprenantes. En voici une, postée ce matin à 9 heures 41, en commentaire à la chronique du 26 février 2012 : « Le Havre cache les résultats« .

Le commentaire émane de Georges Barakat, élu au Conseil d’administration et vraisemblabement candidat à la présidence de l’université du Havre car élu en tête de liste. « Monsieur Dubois, je suis professeur en 63ème section à l’université du Havre. Je crains que votre billet ne soit un tantinet à charge puisque toutes les informations sur les élections ont été publiées à temps mais sur l’INTRANET du site de l’université. Or, comme vous n’appartenez pas à l’université du Havre, je suppose que vous n’avez jamais pu y accéder ! Dommage pour vous ! Soyez sûr cependant que la communauté universitaire havraise était bien au courant depuis des mois ! Bien à vous, Georges Barakat ».

J’hallucine ! Georges Barakat valide la politique de secret de l’université. « Dommage pour vous » ! Circulez, il n’y a rien à voir ! Pourquoi un candidat  à la présidence ne comprend-il pas que les élections universitaires ne sont pas seulement un évènement interne à l’établissement, mais aussi et surtout un évènement régional, voire national. L’université n’est-elle pas un employeur local important ? Une partie des diplômés ne recherchent-ils pas un emploi dans leur région ? Et les relations avec les collectivités territoriales ? Sont-elles négligeables à ce point que celles-ci n’ont pas à être informées ? Et l’avenir de l’université, ça n’intéresse que ses personnels ? Dramatique déficit de communication de l’université du Havre !

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Bretagne Normandie

Qui sera président(e) de Paris 13 ?

52ème chronique sur les élections universitaires 2012. Les élections aux Conseils centraux de l’université de Paris Nord (appelée aussi Paris 13 Villetaneuse) ont eu lieu le 7 février 2012 (chronique : « UP13. Pour une université soutenable« ). Les résultats ont été serrés (procès-verbaux). Singularités à encourager dans d’autres universités : résultats publiés pour chacun des trois sites de l’université et, pour les étudiants, par composante d’enseignement et de recherche. En ligne, la liste des 22 élus au CA : ils éliront le/la président(e).

Au Conseil d’adminstration, Jean-Loup Salzmann, président de l’université, l’a emporté dans le collège A des enseignants (professeurs et assimilés). La liste Démocratie, Action, Service Public (DASP), qui soutient sa réélection, a obtenu 163 voix sur 219 votants (269 inscrits) et a emporté 6 des 7 sièges. La liste Démocratie, Ambition, Ouverture (DAO), qui soutient la candidature de Françoise Dibos, a obtenu 64 voix et un siège. Une seule chronique du blog de JLS depuis les élections, consacrée au succès de Sorbonne Paris Cité à l’IDEX (Paris 13 en est membre). Ce succès à l’IDEX est un atout et un handicap pour Jean-Loup Salzmann (cf. infra).

Dans le collège B (autres enseignants), les résultats sont inversés. La liste DAO Dibos l’a emporté (333 voix sur 629 suffrages valablement exprimés et 888 inscrits) ; elle obtient 6 des 7 sièges. La liste DASP JLS a obtenu 295 voix et 1 siège. Sur l’ensemble des deux collèges enseignants, les listes Salzmann (458 voix) et Dibos (397 voix) obtiennent chacune 7 sièges. Egalité parfaite due à la prime attribuée à la liste arrivée en tête. Il s’agit là d’un point fort criticable de la LRU (chronique : « Abroger la gouvernance LRU« ).

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

Formations en Arts appliqués

Chronique sur les formations en Arts appliqués : le difficile ou l’impossible chemin de la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur et au « bon » emploi ! Journée Portes Ouvertes au Lycée et CFA Le Corbusier (Illkirch-Graffenstaden, Bas-Rhin). Lycée CFA des métiers de l’architecture, de la construction & du design. Mon attention avait été attirée sur ce lycée car il délivre un Diplôme supérieur d’arts appliqués (DSAA) à bac+4. Chronique : « Quatre ans d’études supérieurs en lycée« . Je me rends au lycée, samedi 18 février, en vue de comprendre l’architecture des diplômes supérieurs d’Arts appliqués. Quatre BTS à La Corbusier, mais pas en alternance alors que le lycée accueille un CFA : communication visuelle (option graphisme, option multimédia), design d’espace, design de produits. Album de 50 photos.

Je discute avec Bruno, professeur agrégé dans le DSAA Créateur concepteur (photos). Diplôme en deux ans après un bac+2, permettant une poursuite d’études à bac+5, mais absence d’enquête de suivi des diplômés. Des effectifs réduits : la capacité d’accueil est facilement pourvue ; les élèves viennent de partout. De fort bonnes conditions d’études : les classes supérieures des lycées sont encore protégées de la réduction des effectifs enseignants, mais l’inquiétude règne. Gérard, professeur de génie civil, me fait visiter les nouveaux bâtiments (photos), financés par la région (mais la construction de l’un d’entre eux est arrêtée à cause de la faillite d’un sous-traitant).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Le Havre cache les résultats

Les élections aux Conseils centraux du Havre ont eu lieu le 14 février 2012. Cette date, l’affiche ci-contre, ainsi que les procédures de vote sont les seules informations disponibles sur le site de l’université. Pas de traces de listes déposées dans les différents collèges, de professions de foi, de candidatures à la présidence. Plus de 10 jours après les élections, pas d’affichage des résultats. Les élections se sont-elles noyées dans les eaux du port ?

L’université du Havre fait la course en tête pour le classement des universités non transparentes en matière d’élections aux Conseils centraux. Graves déficits de communication. Rien ne filtre. Invitation à voter du syndicat étudiant Cé. Un article dans Paris  Normandie donnant les résultats. Des élections fantômes.

Un seul fait est certain. Camille Galap, professeur de biologie des populations, président de l’université, président de la Commission de la vie de l’étudiant et des questions sociales à la CPU, ne peut être candidat à sa succession. Non pas parce qu’il a atteint la limite d’âge (il est né le 19 octobre 1965), mais parce qu’il préside l’université du Havre depuis 2005. Il a exercé sa fonction pendant deux mandats, de mars 2005 à février 2010 et de février 2010 à mars 2012. 7 ans + un nouveau mandant de 4 ans (2012-2016) = 11 ans. Trop long pour la LRU. Portrait de Camille Galap sur le site de la CPU et sur EducPros.

3 Commentaires

Classé dans C. Bretagne Normandie

Quiz. Université en construction

Quiz. Suggestion d’escapade pour les vacances scolaires. Visiter un musée d’Histoire régionale. Dans quelle région, département et commune se situe ce musée ? Le nom de celui-ci (photo 1 et 2) ? Celui de l’université en construction (photo 3) ? Celui du caricaturiste (photo 4) ? Lieu et date de la bataille (photo 5) ?

Poster un commentaire

Classé dans B. Quiz, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Quiz. Enseigner le droit

Quiz. Dans quelle ville et en quelle année enseignait-on le droit décrit dans la citation ci-dessous ? Commentaires bienvenus sur la spécialisation de la discipline, sur la modernité ou l’archaïsme des enseignements de l’époque.

T. Atso a trouvé les bonnes réponses : ville de Strasbourg, période : 1789-1804. La promulgation du  Code civil en 1804 bouleversa profondément l’enseignement du droit. Le paragraphe du Quiz est un extrait de la page 18 de l’ouvrage, Bicentenaire de la Faculté de droit de Strasbourg, 1804-2004. Presses universitaires de Strasbourg, Annales de la Faculté de droit, Nouvelle série n°9, 2008.

Dans les photos qui suivent, le paragraphe cité dans ce Quiz est entouré du paragraphe précédent et des deux paragraphes suivants. « En dehors de la jurisprudence romaine, française et germanique, les 3 professeurs donnaient également « des cours de droit naturel et de droit des gens, de droit de l’Homme et du citoyen, de science du gouvernement et d’économie politique, de statistique et de gouvernements européens ». De même ils commentaient la Constitution française, les traités de paix et intérêts des nations, le droit public de l’Europe ainsi que les principes de négociations ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans B. Quiz, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), F. 19ème et 20ème siècles