Sire ! Le Capitole brûle-t-il ?

2 et 3 avril 2012, élections aux Conseils Centraux de l’université Toulouse 1 Capitole. Bruno Sire, président en fonction, est candidat à sa réélection et a de bonnes chances de l’emporter.

Toutes les informations pour les élections sont disponibles dans une rubrique ad hoc du site : calendrier, arrêté et circulaire, modalités d’inscription sur les listes électorales, et surtout déclarations de candidatures, listes de candidats, professions de foi, tant pour le collège des usagers que pour les collèges des personnels. Toulouse 1 fait la course en tête pour le trophée de la transparence de l’information.

Université de Toulouse 1 Capitole (site). Histoire : « l’université trouve son origine dans la faculté de droit canonique créée en 1229« . Les chiffres : Plus de 18.000 étudiants. Les formations, largement professionnalisantes : Droit et Sciences politiques, Economie, Gestion (dont un IAE), Administration et Communication (dont les Langues), Informatique appliquée à la gestion, un IUT à Rodez, un IEP rattaché, Sciences Po Toulouse. La recherche : Toulouse School of Economics.

Une singularité du scrutin à Toulouse 1 Capitole : un petit nombre de listes pour l’élection au conseil d’administration de 22 membres. Une seule liste dans le collège des professeurs (celle menée par Bruno Sire). Deux listes dans le collège des autres enseignants. Quatre listes chez les BIATSS : Avenir UT1, SGEN-CFDT, FSU CGT, UNSA Education. Et deux seulement chez les étudiants : Bouge ta Fac (liste des associations avec le soutien de la FAGE) et UNEF (et autres associations). Le programme de l’UNEF est peu contextualisé (mais revendication d’abandon du projet de la Toulouse School of Law). Celui de la FAGE : 25 propositions fort concrètes, mais rien qui ne concerne les enjeux clés de l’élection : l’excellence, la LRU (RCE) et l’IDEX.

Les chances de Bruno Sire d’être réélu me semblent fortes : 7 voix assurées dans le collège A et le soutien presque affiché d’une des deux listes du collège B, la liste Réussir ensemble. Celle-ci reprend certains des thèmes mentionnés dans la liste Sire (cf. infra) : qualité et appui à l’IDEX. L’autre liste, Transversalité et diversité, issue surtout du Département des Langues et civilisations, département de « service » à toutes les autres composantes, a peu de chances de faire un bon score.

La profession de foi de la liste Sire, sur le Blog « Pour le rayonnement et l’excellence« , est signée par les sept candidats au CA, dont Bruno Sire, tête de liste. Ils revendiquent la mise en oeuvre fort rapide de la loi LRU. Toulouse 1, « première université à être passée à l’autonomie » (responsabilités et compétences élargies, RCE) et l’une des trois à « bénéficier de la dévolution de son patrimoine immobilier ». Depuis 2008, l’université a joué les « bons élèves » et entend continuer à en être. Pourquoi pas ?

Les candidats se félicitent de l’obtention de l’IDEX. « Le label permettra d’accèder à des coopérations internationales de premier plan »… « Le projet s’est construit sur la base d’un modèle fédéral, de préférence à une fusion des établissements comme l’ont proposé les trois autres sites lauréats en région (Bordeaux, Marseille et Strasbourg). Nous y voyons le moyen de défendre à la fois une certaine autonomie, notre image de qualité patiemment obtenue au cours des années, et aussi notre capacité à innover pour répondre au mieux aux attentes de notre environnement. Mais cette plus grande intégration des établissements toulousains pourrait être source de déconvenues si nous nous laissions entraîner dans un ensemble à la gouvernance trop complexe et au périmètre des responsabilités mal défini« .

Quatre axes pour l’action des 4 années à venir : la démarche qualité (certification ISO pour plusieurs sous-ensembles), le rayonnement international (doubles diplômes déjà fort nombreux), le développement immobilier (mobilisation des crédits du Plan Campus), qualité des conditions de travail (« faire que chacun, quelles que soient ses fonctions et ses responsabilités, soit reconnu, écouté, et puisse trouver sa place dans le collectif de travail »).

L’IDEX toulousain. « Modèle fédéral » ? « Ensemble à la gouvernance trop complexe » ? « Périmètre des responsabilités mal défini » ? On devine que, derrière ces mots, il y a de grandes incertitudes. Questions conflictuelles qui vont amener les deux autres universités toulousaines à élire un président fort remonté contre l’IDEX : « IDEX de Toulouse malmené« , « Minovez, président du Mirail« .

Sire ! Le Capitole brûle-t-il ? Trois chroniques à suivre : « Bruno Sire, 11ème président du Capitole », « Le Capitole et ses indicateurs de qualité ». « Toulouse 1 en photos ».

Commentaires fermés sur Sire ! Le Capitole brûle-t-il ?

Classé dans C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon)

Une réponse à “Sire ! Le Capitole brûle-t-il ?

  1. B

    Les chances de Bruno Sire étaient d’autant plus grandes que son seul adversaire potentiel, le Doyen Beignier, a été nommé recteur de l’Académie d’Amiens fort à propos…La bonne fée Bernard Belloc à l’Elysée a telle encore manié la baguette magique ?