Paris Nanterre : Assises a minima

Les Assises territoriales de la Région Ile-de-France se tiendront dans chacune des trois académies franciliennes. A Paris, le 2 octobre, sur la gouvernance des établissements. A Créteil, le 8 octobre, sur la réussite de tous les étudiants. A Versailles, le 11 octobre, sur la politique de la recherche. Le calendrier est serré, trop serré pour donner lieu à une réelle implication de tous les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, des enseignants-chercheurs en particulier. Je ne sais pourquoi ma contribution sur la création des instituts d’enseignement supérieur se retrouve sur la page francilienne du site des Assises.

A Paris Ouest Nanterre La Défense, comme dans d’autres universités franciliennes sans doute, les Assises sont préparées a minima : “Les prochaines séances des Conseils centraux donneront l’occasion d’amorcer la discussion sur les thèmes des Assises (réussite des étudiants, recherche, gouvernance et inscription territoriale) et de désigner un ou deux rapporteurs locaux sur chacune de ces thématiques”. Confirmation par le message du Président au personnel (28 septembre 2012).

“Une demi-journée de débats ouverte à tous sera organisée sur le campus le mercredi 26 septembre… Elle sera l’occasion de développer un axe où nous avons beaucoup à apporter, celui de la Responsabilité sociale et sociétale des universités (RSU)”. Programme de la demi-journée. Le choix de la thématique RSU, inspirée par la communication des grandes entreprises privées (responsabilité sociale des entreprises), me fait doucement rigoler. Les universités ont de nombreuses missions fixées par la loi. Au cours de cette demi-journée, Nanterre n’aurait-elle pas mieux fait de réfléchir, par exemple, à sa mission de formation professionnelle continue, à sa convention avec l’Institut français de gestion ? Le président Balaudé n’a d’ailleurs toujours pas répondu aux questions posées dans ma chronique : “Nanterre, Formation continue et conflits d’intérêts“.

Un enseignant de Nanterre critique, comme moi, la thématique des Assises locales. “Quand je vois ce que l’équipe présidentielle de Nanterre a organisé pour les assises, je pleure de honte et de chagrin ! Les assises du 26 septembre ? Non seulement c’est verrouillé, non seulement l’ouverture se fait en donnant la vedette à un administrateur du CA de P8, non seulement c’est un programme a minima (quels temps de débat ?) mais surtout le dernier dada de Balaudé est un contre sens. Non l’université n’a pas vocation à faire de la remédiation sociale. En période de crise en plus ! Imagine-t-on les grandes écoles ou les universités du centre de Paris faire de telles propositions ? Au moment où compte tenu des tensions sur les ressources il faut au contraire tenir bon sur les 2 missions centrales de l’université : recherche et formation” !

Commentaires fermés sur Paris Nanterre : Assises a minima

Classé dans C. Ile-de-France

Les commentaires sont fermés.