Effectifs de la R et D : 393.100

Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche (RRS), DEPP, 2012. Données provisoires pour 2010. La chronique ci-dessous se fonde sur des « citations des RRS« . Évolution des effectifs dans la recherche et développement. Répartition des effectifs par sexe, grade, région. Répartition public / privé. Taux de doctorants dans les effectifs totaux. Lire aussi : « Les chercheurs en entreprise : forte augmentation sur la période 1997-2007« , DEPP, Note d’information, avril 2011.

Indicateur 11.5. Les effectifs de la recherche et développement. « Le personnel total rémunéré pour les activités de recherche et développement en 2010 est évalué à 393.100 personnes en équivalent temps plein recherche, dont 59 % sont rémunérées par les entreprises. Les effectifs augmentent de 1,4 % par rapport à l’année 2009, avec une progression plus soutenue pour les chercheurs (2,9 %). Parmi les 239.600 chercheurs, 58 % sont rémunérés par les entreprises« .

Dans le secteur des entreprises, l’effectif de R&D (230.700 ETP) augmente de 2,1 % par rapport à 2009. La population des chercheurs (139.900 ETP) progresse plus rapidement (4,6 %). Depuis 1992, la croissance de l’emploi du personnel de R&D s’accompagne d’une qualification des emplois au profit de la catégorie des chercheurs. Sur la période 1992-2010, pour 75.200 chercheurs supplémentaires, le personnel de soutien a diminué, de près de 8.800 ETP. Les chercheurs représentent plus de la moitié de l’effectif de R&D (61 %) en 2010, mais il existe une grande disparité selon la branche d’activité de recherche : 86 % pour le secteur des équipements de communication, 68 % pour la construction aéronautique et spatiale”…

« L’effectif des administrations, avec 162.400 ETP, progresse de 0,3 % par rapport à 2009, un peu plus rapidement pour les chercheurs (0,7 %) que pour les personnels de soutien. Dans les administrations, parmi les 99.700 chercheurs en équivalent temps plein recherche, on retrouve différentes catégories de personnel : les chercheurs ou enseignants-chercheurs, soit 45 % de l’effectif total de R&D, les ingénieurs de recherche (5 %), les doctorants rémunérés (12 %)“.

Répartition hommes/femmes des chercheurs dans les EPST et les établissements d’enseignement supérieur selon le grade en 2010 (en personnes physiques). « Doctorants rémunérés : 8.975 hommes et 6.613 femmes. Ingénieurs de recherche : 4.954 et 2.596. Chargés de recherche et maîtres de conférences : 36.254 et 24.678. Directeurs de recherche et professeurs : 21.893 et 5.408″.

La part des femmes parmi les chercheurs est plus élevée d’environ 15 points dans la recherche publique que dans les entreprises. En 2010, dans les EPST et les établissements d’enseignement supérieur, 35 % des chercheurs sont des femmes, avec des différences sensibles selon les organismes, en raison des spécialisations disciplinaires. La présence des femmes est moindre dans les postes les plus élevés. Seules 20 % des femmes sont professeurs, directeurs de recherche ou chercheurs seniors bien que 41 % des maîtres de conférences et des chargés de recherche soient des femmes. Les femmes sont un peu plus nombreuses parmi les doctorants rémunérés, 42 %“.

Indicateur 11.6. Effectifs de recherche et développement fortement inégaux selon les régions. “Le potentiel de recherche et développement (R&D) est principalement concentré en Île-de-France (38 % des effectifs de R&D et 40 % des chercheurs). En 2010, 146.300 personnes en équivalent temps plein recherche, dont 95.500 chercheurs, y travaillent. La surreprésentation du personnel de R&D y est plus marquée dans les entreprises que dans les administrations”.

« Par ailleurs, trois régions totalisent 26 % de l’ensemble du personnel de R&D et 28 % des chercheurs : Rhône-Alpes (46.800 ETP), suivie de Midi-Pyrénées (28.100 ETP) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (27.400 ETP). Le poids des autres régions est inférieur à celui de l’Île de France ; elles emploient 140.100 ETP recherche dont 75.800 chercheurs ».

“Dans la recherche publique, la répartition entre les organismes et les universités est assez différente. Les universités, présentes sur tout le territoire, contribuent à une moindre concentration de la recherche : moins d’un tiers des personnels de R&D des universités sont localisés en Île-de-France, contre 37 % des personnels des organismes de recherche (EPIC+EPST)”.

Commentaires fermés sur Effectifs de la R et D : 393.100

Classé dans C. Ile-de-France, C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon), C. PACA Corse, C. Rhône-Alpes Auvergne

Les commentaires sont fermés.