Archives mensuelles : décembre 2012

Le CNESER révoque L. Oueslati

Bulletin officiel du MESR, n°47, 20 décembre 2012. Jugement du 12 juillet 2012, confirmant la décision du 21 mai 2010 de la section disciplinaire du conseil d’administration de l’université de Paris 4. Le CNESER confirme donc la sanction à l’égard de Laroussi Oueslati : « révocation de la fonction publique, accompagnée d’une interdiction définitive d’exercer toute fonction dans un établissement public ou privé ».

Toutes les chroniques du blog « Histoires d’universités » sur cette affaire : LeMonde.fr puis EducPros. La sanction est particulièrement sévère.

Faire un exemple ? Les sections disciplinaires des établissements vont-elles se précipiter à l’avenir pour instruire les « agissements contraires à l’éthique universitaire » pratiqués par des enseignants-chercheurs : plagiat, népotisme, clientélisme, copinage, auto-promotion, passe-droit pour des inscriptions, conflit d’intérêts, corruption active et/ou passive, harcèlement moral ou sexuel, bradage de diplôme, service d’enseignement non fait, absence de publications…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Fioraso : "va-que-je-t'embrouille"

Le réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche ressemble de plus en plus furieusement au « jeu nocturne du va-que-je-t’embrouille » qu’aurait inventé Pierre Rosensthiel en 1944 en Bourgogne : « par rotation des panneaux de carrefour, il fit faire zigzaguer les colonnes de la Wehrmacht en repli vers l’Est« . En 1992, le Pierre deviendra membre de l’Oulipo.

Une magistrale illustration d’un tel jeu de labyrinthe est l’affaire de l’IDEX et du PRES Sorbonne Paris Cité dont l’université Paris 7 Denis Diderot (président Vincent Berger, rapporteur général des Assises) et l’université Paris 13 Villetaneuse (président Jean-Loup Salzmann, élu hier président de la CPU) sont membres fondateurs. Avant d’exposer ce cas de labyrinthe presque parfait, j’en rappelle le contexte.

Printemps 2012. François Hollande, puis Geneviève Fioraso, annoncent la couleur. Les Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche seront un lieu exemplaire d’échanges, de consultations et de propositions aux différents niveaux, local, régional et national. Un projet de loi et une loi s’ensuivront. Cette loi se devant de reprendre toutes les propositions consensuelles. Que n’a-t-on vanté les qualités d’un processus bottom-up ! Bref, un truc à l’inverse de la politique top-down pratiquée par Valérie Pécresse au début de l’été 2007 et qui allait aboutir à la loi Libertés et Responsabilités des Universités (LRU).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

IUFM et Refondation de l'Ecole

Projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République.

Il faut mettre en relation deux communiqués parus ce 20 décembre 2012. Celui de la CPU après l’élection de Jean-Loup Salzmann à sa présidence et celui de la Conférence des Directeurs d’IUFM (CDIUFM). Ne pas oublier que les IUFM actuels sont, ne sont que des composantes des universités !

La CDIUFM mène intelligemment sa vie, indépendamment de celle de la CPU. Pour une raison simple : les Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Éducation (les ESPE) vont être créées dans le cadre de la loi d’orientation pour la Refondation de l’école de la République. Dans le match Peillon / Fioraso, le Ministre de l’Éducation l’a emporté 1 à 0. La loi Fioraso s’est engluée dans les Assises, ne fera l’objet d’un projet de loi qu’en mars 2013 et sera applicable en… ?

Le communiqué de la CDIUFM ressemble fort à un communiqué de victoire. Cela promet de belles bagarres contreproductives dans les universités en 2013, quand les présidents d’université auxquels sont rattachés actuellement les IUFM se seront réveillés !

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Vivement que 2012 se termine !

Vivement que 2012 se termine ! Graves tensions financières dans certaines universités : elles ont dû, malgré tout, voter des budgets « équilibrés ». Des budgets « sincères » ? Pas sûr ! Situations signalées par des lecteurs du blog : Angers, Bretagne Occidentale Brest, Lorraine, Orléans (communiqué FSU), Rennes 1 et Bretagne Sud, Paris Ouest Nanterre la Défense, Strasbourg

Vivement que 2012 se termine pour l’université d’Orléans ! : titre d’un communiqué de la FSU daté du 19 décembre 2012. « Alors qu’une bousculade entre plusieurs centaines d’étudiants – qui aurait pu s’avérer tragique – vient de se dérouler en STAPS sans donner lieu à des explications officielles, ni à une réunion immédiate du CHS-CT malgré la demande de la FSU »

Mag’ Centre consacre un article à l’affaire, « une étudiante en éducation physique blessée lors des inscriptions« , et donne la parole au président de l’UNEF d’Orléans : « il est inadmissible que des étudiants doivent attendre dans la nuit devant leur lieu d’enseignement afin de pouvoir s’inscrire au cours de leur choix ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Centre Val de Loire

Fioraso élue présidente de la CPU

20 décembre 2012. Geneviève Fioraso ne pouvait rêver mieux : le trio conduit par Jean-Loup Salzmann a été élu au bureau de la CPU par 56 voix contre 42 au trio Guy Cathelineau (communiqué de la CPU). Mais encore une fois une instance nationale « unie, forte et indépendante », use d’une communication tronquée.

La CPU compte 128 membres ; il n’y a eu que 98 votants ; l’équipe de Jean-Loup Salzmann n’a donc recueilli que 43,8% des voix des électeurs inscrits ! Les 30 autres présidents étaient-ils absents ? Combien de présents ont voté « blanc » ? 14 ? Comme le nombre de présidents qui ont demandé à la Ministre de « reprendre dans le budget de l’État la masse salariale des fonctionnaires travaillant dans l’enseignement supérieur » ? Actualisation à 19 heures 20. Lettre de la CPU du 20 décembre 2012 : elle précise enfin la composition du corps électoral : 103 électeurs seulement (les PRES ne sont qu’associés).

La Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche ne veut pas toucher aux fondamentaux de la loi LRU, à savoir aux responsabilités et compétences élargies (chronique : « Assises, un rapport consternant« ). Elle trouve dans le nouveau bureau de la CPU un allié de choix, qui viendra renforcer l’équipe de ses conseillers ex-présidents. Elle va donc, de fait, présider la CPU car le bureau Salzmann est composé de trois présidents réélus : ils ont mis en œuvre sans vergogne la LRU dès 2008. Leur profession de foi réussit le tour de force de ne pas mentionner cette loi ! Touche pas à ma LRU !

Lire la suite

9 Commentaires

Classé dans C. Ile-de-France, C. Rhône-Alpes Auvergne

Strasbourg. Un rebond en janvier ?

Alain Beretz a été réélu président de l’université de Strasbourg pour un second mandat.Chroniques : « un président inclassable« , « photos du débat du 11 décembre et du point presse du 18 décembre ». Il n’a pas pour autant encore gagné la prochaine étape : celle de l’élection de ses vice-présidents par le Congrès, constitué par l’ensemble des conseils centraux de l’université. Elle aura lieu le 18 janvier 2012.

Alain Beretz a l’intention de proposer de renouveler Michel Deneken à la 1ère vice-présidence de l’université, mais avec un changement de fonctions : la responsabilité des formations et de l’insertion professionnelle, ce qui implique, je le suppose, la vice-présidence du CEVU. Alain Beretz a viré Catherine Mongenet. Il est possible que le Congrès vire Michel Deneken. Alors oui, le second mandat du président ne ressemblerait pas au premier. Un nouveau bond en avant pour l’université de Strasbourg !

Il faut relire le communiqué de l’AFGES. Elle a été fort déçue de la prestation de Jacques Haiech lors du débat du 11 décembre 2012 : « absence d’objectifs clairs »...

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Le président Beretz en photos

Six albums et 170 photos. 1. Débat du 11 décembre 2012 entre les deux candidats à la présidence de l’université de Strasbourg, Alain Beretz, président sortant, et Jacques Haiech. 2. Point-presse du 18 décembre qui a suivi la réélection d’Alain Beretz par la majorité des 22 élus du conseil d’administration. Toutes les chroniques sur les élections universitaires à Strasbourg.

Albums 1 à 5. 11 décembre 2012, débat entre les deux candidats.

Album 1 : 20 photos. 17 heures 15. Place d’Athènes. La Faculté de droit, science politique et gestion, construite au milieu des années 60. Œuvres du 1% artistique. Deux étudiantes.

Album 2 : 30 photos. 17 heures 30 à 18 heures. Le débat est organisé dans l’amphithéâtre Carré de Malberg. Il est prêt pour la retransmission en direct sur l’UTV de l’université (voir et écouter l’intégralité du débat : 2 heures 20). Yann de la FAGE. 17 heures 49, tirage au sort entre les 2 candidats : Jacques Haiech parlera le premier. 17 heures 59, le débat va commencer.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

A. Beretz, un président inclassable

Les 22 membres du Conseil d’administration de l’université de Strasbourg, élus le 20 novembre 2012, se sont réunis cet après-midi pour élire le président. Résultats : Alain Beretz, 12 voix, Jacques Haiech, 7 voix. 3 conseillers ont voté « blanc ». « Félicitations, cher Alain Beretz ! Te voilà réélu pour un second mandat ».

Les élus étudiants de l’AFGES ont fait le président et ils expliquent pourquoi dans un communiqué daté de ce jour, 18 décembre 2012. Ils ont choisi le candidat Beretz en toute transparence. Rien ne peut leur être reproché ! Mais… l’AFGES est membre de la FAGE : à Reims, les 4 élus de la FAGE ont voté pour Gilles Baillat, candidat du SNESUP ; à Strasbourg, les 4 élus de la FAGE ont voté contre le candidat du SNESUP, Jacques Haiech. Ils ont voté pour un homme, pour une personnalité. Ils ont aussi voté pour un programme exposé lors du débat du 11 décembre 2012. Débat qui a tourné l’avantage d’Alain Beretz. La FAGE navigue-t-elle au fil des programmes locaux ou a-t-elle une stratégie nationale ?

Mon pronostic avant le scrutin de cet après-midi : Alain Beretz devait l’emporter 12 voix à 10 si les 4 élus de l’AFGES votaient pour lui. Jacques Haiech devait l’emporter 14 voix à 8 si les 4 élus de la FAGE votaient pour lui. Ce dernier n’a obtenu que 7 voix et donc apparemment aucune voix des 3 élus BIATSS (dont un élu SGEN-CFDT et un élu CGT), Aucune voix des 5 élus étudiants (dont un élu UNEF).

Lire la suite

5 Commentaires

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

La vice-présidente virée se révolte

Élection du président de l’université de Strasbourg : c’est aujourd’hui !

Vieuloup m’a adressé le message suivant. « A propos d’équipe présidentielle. Lors d’un changement de gouvernement, suite à une élection présidentielle en particulier, les ministres ne sont que rarement reconduits, et il faut pour cela d’excellentes raisons politiques ou personnelles. Dans quelle république bananière verrait-on un ministre sortant s’insurger contre son éviction ? Eh ! bien, ce à quoi nulle personne sensée n’aurait songé, Catherine Mongenet l’a réalisé : voici sa lettre ouverte au candidat-président », Alain Beretz ! La lettre est datée du 13 décembre 2012.

« Alain. Quand tu insistais pour me donner rendez-vous à la première heure, vendredi 7 décembre, j’avoue que je ne m’attendais pas à ce que tu m’as annoncé : la menace de perdre les élections te fait calculer chaque voix, tu as besoin des voix des syndicats BIATSS pour gagner, tu dois donc leur donner des garanties et pour cela je deviens celle de trop dans ta nouvelle équipe présidentielle ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Le PRES : G. Baillat et V. Berger

Gilles Baillat, président de l’URCA, m’a fait parvenir sa réponse à la chronique critique « Le PRES, Université Fédérale Européenne Champagne Ardenne Picardie, battu en plein champ« . Quel avenir pour les PRES ? Le rapport de Vincent Berger déborde d’une imagination consternante (2nde partie de cette chronique).

Texte intégral de la réponse de Gilles Baillat. Extraits. « Rester isolés ? Non, effectivement, nous ne le pouvons pas. Non qu’il faille se marier de gré ou de force dans le nouveau paysage universitaire qui a valorisé (sans doute à tort, effectivement) le « big is beautiful », mais parce que des universités comme l’URCA ont tout intérêt à conclure des alliances stratégiques avec les établissements qui peuvent construire avec nous du « gagnant-gagnant« …

« Certes, la forme de PRES que revêt notre partenariat stratégique avec l’UPJV est aujourd’hui spécifique »… [Elle] n’interdit en rien d’autres alliances stratégiques qui respecteront l’identité de notre établissement. La vision que je défends est donc tout à fait claire : oui au PRES UFECAP, sans exclusive aucune, au service d’une Université de Reims Champagne-Ardenne insérée dans les réseaux susceptibles de renforcer son développement« .

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé