Archives mensuelles : décembre 2012

Assises : un rapport consternant !

Vincent Berger, rapporteur général des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche, a remis, le 17 décembre 2012, au Président Hollande, un rapport de 88 pages comportant 135 propositions. La mise en œuvre de toutes ses propositions, de portées fort différentes d’ailleurs, ne changera rien à l’état de l’enseignement supérieur en France ! Le projet de loi Fioraso ne sera présenté en Conseil des ministres qu’en mars 2013. Le changement, tout en moins ce qui en reste, c’est peut-être pour après-demain !

Le rapport est décevant par son mélange d’intentions généreuses, de vœux pieux réitérés depuis la réforme de 1968, de réformettes qui font plaisir au peuple laïc (proposition 28), d’une multiplication de règles sottes qui vont étouffer encore davantage l’autonomie des universités et les libertés et responsabilités des universitaires, de projets qui ne seront pas financés. Plus gravement, certaines analyses et propositions sont consternantes. Un exemple parmi d’autres !

Page 75 et proposition 135. « La DIRDA ne prend en compte qu’environ la moitié du budget des universités, c’est-à-dire la  partie recherche. Il reste la partie enseignement, pour laquelle, hors recherche, l‘université dépense de l’ordre de 6.000 € par étudiant. Pour soutenir les propositions présentées dans ce document, il conviendrait d’augmenter progressivement cette somme à 9.000 € par étudiant (pour les établissements et hors allocation d’études), pour environ 2 millions d’étudiants – à noter que même avec cela la France restera encore loin derrière les États-Unis et ou les pays nordiques ».

Lire la suite

Commentaires fermés sur Assises : un rapport consternant !

Classé dans Non classé

Bousculer Sciences-Po, La Sorbonne

Deux tribunes d’universitaires bousculent les idées reçues sur la réforme nécessaire de l’enseignement supérieur et la recherche en France.

La première, publiée par le Journal du MAUSS, est signée par François Vatin, professeur de sociologie à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense. « La crise de sciences Po : quelques leçons« … « Le refus de la sélection à l’université produit de l’injustice sociale, car elle favorise le développement de l’enseignement supérieur privé. Ce constat, facile à faire, est pourtant rejeté, dans une curieuse alliance entre la gauche radicale qui affirme absurdement que la solution serait la suppression de la sélection dans les grandes écoles et les pouvoirs publics, de gauche comme de droite, qui utilisent l’université comme un instrument bon marché de gestion du chômage des jeunes, sous le regard bien sûr des intérêts privés qui ont trouvé dans l’enseignement supérieur un nouvel espace de profit marchand ».

La seconde tribune est publiée dans Le Monde du 15 décembre 2012 et est signée par un collectif de Paris Denis Diderot (chroniques récentes du blog sur cette université, son président, Vincent Berger) et par le réseau Abélard. « Trop de Sorbonne nuit à la recherche« . En finir avec les pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES), les fusions d’université, les universités fédérales. Vive l’université confédérale. Vous avez dit « Université confédérale ? »

Lire la suite

Commentaires fermés sur Bousculer Sciences-Po, La Sorbonne

Classé dans C. Ile-de-France

Président, 200.000 € par mois !

Signalement par Samuel Bliman, fidèle contributeur du blog et lecteur assidu de la presse anglo-saxonne sur l’enseignement supérieur. Merci à lui.

The Chronicle of Higher Education a publié, le 7 décembre 2012, un article sur les revenus annuels 2010 de 493 Chiefs Executives des Non profit Colleges in the United States. Ceux-ci ne sont pas forcément des universitaires ou des anciens universitaires. Les revenus comprennent le salaire de base et des « compensations » fort peu annexes (maison, voiture, assurances diverses, frais de représentation, de lobbying…).

Le gagnant est J. Robert Kerrey (New School) : 3,048 millions de dollars par an (dont un salaire de base de 602.593 dollars), soit près de 200.000 euros par mois. Feu Richard Descoings doit se remuer dans sa tombe. La réforme Fioraso donnera-t-elle davantage d’autonomie aux universités pour fixer la rémunération et les avantages en nature des Présidents et des Directeurs généraux des services ? Qu’en pensent les ex-présidents, membres du cabinet de la Ministre ?

Commentaires fermés sur Président, 200.000 € par mois !

Classé dans Non classé

CNESER. David et le scrutin annulé

David van der Vlist, « qui a étudié la philosophie à Paris 1 et a travaillé à l’UNEF », commente sur son Facebook l’annulation des élections des représentants étudiants au CNESER. Un commentaire remarquable qui explique fort bien les motifs pris en compte par les juges. Il conclut : « on aurait pu avoir une décision banale constatant que l’organisation avait été défaillante, et on se retrouve avec une décision très intéressante, contraignant à repenser la représentation étudiante ! »

Texte intégral du commentaire. »Pour faire suite au message sur votre blog, un des éléments qui nous a déterminé à faire ce recours contre les élections au CNESER est le phénomène massif d’invalidation de bulletins pour défaut de concordance des indices alphanumériques – qui est la privation du droit de vote dénoncée par l’UNEF – (il y a 3 enveloppes, l’enveloppe « T » à renvoyer, l’enveloppe intermédiaire où l’on renseigne son identité qui contient le fameux indice alphanumérique, et l’enveloppe classique sans signe distinctif dans laquelle on met le bulletin) ».

« Le gros point noir de ce scrutin était l’annulation de 194 enveloppes pour discordance de l’indice avec l’identité renseignée pour l’essentiel dans quelques établissements ou plus de 50 % d’entre elles ont été annulées ». Lire la suite…

Commentaires fermés sur CNESER. David et le scrutin annulé

Classé dans Non classé

Le PRES battu en plein champ

Suite de la chronique « Commenter les résultats d’élections. L’exemple de Strasbourg« .Avertissement au lecteur en fin de chronique. 23 chroniques du blog sur l’ESR en Champagne-Ardenne, 80 chroniques sur les PRES.

Le second exemple de commentaires « incomplets » est celui des élections du 4 décembre 2012 au Conseil d’administration et au Conseil académique du PRES Université Fédérative Européenne de Champagne Ardenne Picardie (chronique : « Amiens, Reims, un PRES pour rien« ). Ce PRES récent a tenté d’innover en organisant une élection des conseillers au suffrage universel. Son équipe dirigeante provisoire n’a pas crié victoire après le scrutin… Elle se serait en effet ridiculisée.

Résultats de l’élection du 4 décembre 2012 sur le site de l’université Jules Vernes. Autre cas de figure que celui de Strasbourg : aucun commentaire ! Circulez, il n’y a rien à voir ? Si, ce scrutin est hors-norme car ses résultats enlisent le PRES dans les champs de Picardie et de Champagne. La Gare TGV Haute Picardie n’est-elle pas surnommée la gare des betteraves ?

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Commenter les résultats d'élections

Commenter les résultats d’une élection est un exercice obligé pour tout homme politique. Celui qui a perdu ou qui n’a pas gagné connaît les ficelles pour transformer sa défaite en victoire, victoire au moins relative et pour ne pas commenter tous les chiffres, l’adversaire politique ne se privant pas de s’en s’emparer.

Deux exemples (Strasbourg, Reims et Amiens) illustrent cet exercice qui fait les délices ou les horreurs des plateaux télévisés. 1. Débat du 11 décembre entre les deux candidats à la présidence de l’université de Strasbourg, Alain Beretz et Jacques Haiech. Toutes les chroniques sur les élections universitaires dans la métropole de l’Alsace.

Alain Beretz commente les résultats des élections au Conseil d’administration et explique sans vergogne que les listes soutenant sa candidature ont gagné dans l’ensemble des deux collèges enseignants : 55% des suffrages exprimés contre 45% à la liste adverse. Si ses listes n’ont pas davantage d’élus enseignants au CA (7 contre 7), c’est la faute au mode de scrutin de liste avec prime majoritaire, dite « prime tueuse« .

Lire la suite

Commentaires fermés sur Commenter les résultats d'élections

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Les Serments de Strasbourg

Actualisation 13 décembre 2012. Jacques Haiech poursuit, en commentaire, le débat engagé avec Alain Beretz le 11 décembre.

Les Serments de Strasbourg font l’objet d’une exposition au Musée historique jusqu’au 10 février 2013. Les « Sacramenta Argentariae, datant du 14 février 842, signent l’alliance militaire entre deux fils de Louis le Pieux, Charles le Chauve et Louis le Germanique, contre les ambitions de leur frère aîné, Lothaire 1er ».

Le débat du 11 décembre 2012 entre les deux candidats à la présidence de l’université de Strasbourg, Alain Beretz et Jacques Haiech, n’a pas été un « serment de Strasbourg », sera oublié dans plus d’un millénaire. Les présidentiables sont pourtant d’accord pour faire de Strasbourg une université européenne, assise sur les universités du Rhin Supérieur (réseau EUCOR). Mais ils ne se sont pas alliés contre un adversaire commun : l’État français, incapable de donner à l’université de Strasbourg les moyens de peser positivement sur l’avenir de l’Europe !

« Pas d’union sacrée », relève Jean-François Clerc, journaliste aux Dernières Nouvelles d’Alsace (photo), dans son article du 12 décembre 2012, « Le dernier mot à l’AFGES« .

Lire la suite

Commentaires fermés sur Les Serments de Strasbourg

Classé dans AE. Histoire médiévale, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Former à et par la recherche ?

Former à et par la recherche dès la licence, et, bien évidemment, en master en en doctorat. Les deux candidats à la présidence de l’université de Strasbourg, Alain Beretz et Jacques Haiech, en sont partisans. D’ailleurs, presque tout le monde partage leur avis. « La formation à et par la recherche » est la « marque » de l’université, ce qui la différencie des grandes écoles, des classes préparatoires, des IUT et des STS. De qui se moque-t-on ? Oser affirmer qu’en classe préparatoire les élèves ne sont pas préparés à la recherche, c’est se mettre des œillères ; il suffit pour s’en persuader de lire la contribution aux Assises de la Conférence des CPGE.

Faire la chose la plus compliquée au sein du maillon le plus faible des cursus d’enseignement supérieur post-bac. Paradoxal ! Se donner un tel objectif alors que la licence ne sélectionne pas à l’entrée, accueille des bacheliers qui ont fait des études secondaires fort différentes, et de plus en plus en plus des bacheliers professionnels, et alors que l’université est incapable de mener la moitié des entrants en L1 à l’obtention de la licence… « J’ai mal à la 1ère année de licence« , « Bacs pros envoyés au massacre« . Il faut se retenir pour ne pas pleurer.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Former à et par la recherche ?

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Les 2 présidentiables ont débattu

Mardi 11 décembre 2012. A l’invitation de l’Association Fédérative Générale des Étudiants de Strasbourg (AFGES), les deux candidats à la présidence de l’université de Strasbourg, Alain Beretz, président sortant, et Jacques Haiech, son challenger, ont débattu pendant 2 heures 21. Débat autour de 8 thématiques (photo 2). François Laurin, ancien vice-président étudiant d’avant la fusion des 3 universités de Strasbourg le 1er janvier 2009, a modéré le débat. Plus de 200 personnes, étudiants et personnels de l’université, ont assisté au débat. Les médias alsaciens étaient là. Revoir et réécouter le débat sur UTV.

Chacune des personnes présentes a jugé la prestation des deux candidats et s’est fait une idée de celui qui serait, selon elle, le meilleur président pour l’université. Mais peu importe. Car ce sont les 4 élus étudiants AFGES au conseil d’administration de l’université qu’il fallait convaincre car ils feront l’élection du président, le mardi 18 décembre 2012. Les instances de l’association historique de Strasbourg doivent maintenant se réunir et décider vers qui se porteront les 4 voix de ses élus. Toutes les chroniques du blog sur les élections universitaires à Strasbourg.

Huit photos du débat. Davantage de photos à venir

Lire la suite

Commentaires fermés sur Les 2 présidentiables ont débattu

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

L'université fait travailler au noir !

« Mon université me fait travailler au noir ». Cette phrase a été prononcée par un professeur de l’université de Strasbourg dans une réunion intersyndicale, début octobre 2012. L’accusation est grave car le Code du travail considère, depuis 1985, que l’infraction du « travail dissimulé » est un délit. Du travail au noir dans l’université de Strasbourg, mais aussi dans l’université de Paris Ouest Nanterre la Défense, présidée par Jean-François Balaudé, l’apôtre de la « responsabilité sociale des universités » ! La colère commence à monter chez les enseignants-chercheurs ! Des premières démissions sont enregistrées.

L’enseignant strasbourgeois qualifie de « travail au noir » le fait que certaines activités remplies par des enseignants-chercheurs, jusque là rémunérées, ne le sont plus ou le sont moins. Il s’agit bien d’un travail effectué dans l’exercice de ses missions, de ses fonctions et que l’université ne veut plus prendre en compte.

Pour comprendre cette situation scandaleuse dans un service public, il faut préciser en quoi consiste le travail d’un enseignant-chercheur et comment est décompté son temps de travail annuel. En savoir plus, chronique du blog d’octobre 2011 : « Les temps de l’enseignement« . La réglementation en vigueur est celle définie au début de l’annexe de l’arrêté du 31 juillet 2009, approuvant le référentiel national d’équivalences horaires. Ce référentiel a introduit le ver dans le fruit.

Lire la suite

Commentaires fermés sur L'université fait travailler au noir !

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Ile-de-France