Canaux pour les mauvaises nouvelles

La communication institutionnelle des universités « positive ». Leurs Lettres d’information donnent des bonnes nouvelles, des nouvelles valorisantes. Par quels canaux passent les mauvaises nouvelles ? Celles-ci existent évidemment !

Les canaux pour les mauvaises nouvelles sont nombreux : les réseaux sociaux, les blogs, les articles de presse dont ceux de la presse syndicale. Les mauvaises nouvelles finissent toujours par « fuiter », et ce d’autant plus quand elles sont annoncées sur l’ENT des universités ; il est toujours des personnels qui les communiquent à l’extérieur au nom de la transparence.

Michel Abhervé, blogueur EducPros et blogueur Alternatives économiques, m’a signalé des mauvaises nouvelles pour l’université de Nantes, publiées dans Ouest France et reprises dans la Lettre des territoires des Pays de Loire du 16 au 22 mars 2013.

« Nantes métropole soutient l’université. Confrontée à une situation financière difficile, l’Université de Nantes est contrainte de mettre en place un plan de retour à l’équilibre. Après avoir obtenu des aides exceptionnelles de l’État et de la Région (à hauteur de 1,4 million d’euros chacune), l’Université reçoit le soutien de Nantes métropole qui lui octroie, pour 2013, une subvention de 1,5 million d’euros. Soumise au conseil communautaire du 19 avril 2013, elle devrait financer des équipements destinés à préserver les conditions de vie, de travail et d’études des étudiants. L’Université est engagée dans une démarche de retour à l’équilibre budgétaire à l’horizon 2015″ (Ouest France du 16 mars 2013). Les collectivités territoriales, elles-mêmes en difficultés financières, ne pourront pas aider indéfiniment les universités de leur territoire

« Université de Nantes : fermeture progressive de la filière agro-alimentaire prévue. Confrontée à des difficultés budgétaires, l’Université de Nantes révise son offre de formation pour 2013-2014. La filière agro-alimentaire, qui n’accueille que très peu d’étudiants en master, est dans la tourmente. En effet, pour l’année 2013-2014, une fermeture progressive de la filière est prévue : fermeture du master I Agroalimentaire-Alimentation-Nutrition (AAN) et dernière année d’ouverture du master II Conception, formulation, production de produits alimentaires innovants (CFPPAI) et du master II Management de la qualité et de la sécurisation des aliments dans les industries agro-alimentaires (MQSA-IAA) (tous les masters de l’UFR de Sciences et Techniques). Les étudiants, inquiets de l’avenir de cette filière de formation, mettent en avant l’incohérence de la décision qui va à l’encontre des orientations de l’Université jusqu’en 2015, où apparaît notamment le développement de l’axe agroalimentaire. Ils soulignent la qualité de ces formations, les taux d’insertion professionnelle élevés et la pertinence de cette filière de formation dans une région parmi les plus dynamiques de France dans le domaine agro-alimentaire. En difficulté budgétaire, l’université doit faire des économies ». TIGOE Yasmine, Ouest France, 19 mars 2013).

Un autre canal d’information pour l’université de Nantes, signalé par un lecteur du blog : « Eur@dio Nantes : Réservoir d’idées« .

2 Commentaires

Classé dans C. Pays de Loire

2 réponses à “Canaux pour les mauvaises nouvelles

  1. au-delà du duo bonnes/mauvaises nouvelles, c’est la question de la communication interne aux établissements d’enseignement supérieur qui est posée. Souvent absent du champ des missions des services communication des établissements d’enseignement supérieur, la communication interne est un levier sous-estimé du management et de la dynamique de projet.

    Nous travaillons sur ces problématiques actuellement et nous aurons sans doute des choses à dire dans quelques semaines, notamment à l’occasion du colloque annuel de la CPU.

    à suivre… 🙂

  2. Un lecteur

    C’est donc par Pierre Dubois que j’apprends ce qui se passe dans mon université.
    Merci.