L'épopée textile, les ingénieurs

Retour dans ma région d’origine, Le Nord Pas-de-Calais. Après le Louvre Lens (190 photos), et le  Musée d’Art Moderne et d’Art brut de Villeneuve d’Ascq (225 photos), visite de La Piscine, Musée d’Art et d’Industrie à Roubaix.

L’épopée textile à Roubaix-Tourcoing (Jacques Bonte, Éditions La Voix, 2005). Aujourd’hui, il ne reste en France que deux écoles d’ingénieurs (ci-dessous). Le textile, le monde ouvrier de mon enfance et de mes premières recherches, de 1966 à 1969, sur les délégués du personnel et les grèves dans la branche. Un monde opposé à celui de Laurent Wauquiez-Motte, le prétentieux.

P1100363

Roubaix, La Piscine. Premier album (40 photos). Patrons, ingénieurs, ouvriers, négociants. Tableaux représentant l’usine de peignage Motte, différentes phases de la transformation de la laine (triage, tissage), deux quartiers de Roubaix. Une interprétation contemporaine, L’usine, faïence émaillée et dorée, de Marc Alberghina (2009), Vanitas vanitatum omnia vanitas ; « le plasticien interroge nos rapports à la beauté, à la laideur et dénonce les violences sociales et les crises qui ne conduisent qu’à la mort de nos sociétés ». Deux bustes en bronze. Claudius Sadon (1821-1887), fondateur des cours de tissage à Roubaix. Verlais, administrateur de l’école d’ingénieurs textiles de 1883 à 1902. La Piscine abrite une importante collection de tissus, accessible aux chercheurs.

Second album (30 photos). ENSAIT, école nationale supérieure des arts et industries textiles, école publique. Bâtiment de l’architecte F. Dutert, construit entre 1885 et 1889. « 140 diplômés par an ; 35% occupent un poste d’ingénieur qualité, 30% un poste d’ingénieur R&D. 15% travaillent à l’étranger. En 2013, le premier employeur des diplômés : Louis Vuitton ». Les formations classiques et par apprentissage. Hall immense dans lequel est localisé l’accueil, un Algeco très laid. L’hôtesse m’autorise, après négociation, à prendre quelques photographies : les portes de la bibliothèque et de l’amphithéâtre, vestiges d’un passé florissant.

P1100461

Jean Masurel, le donateur de la Collection d’Art moderne du LaM, n’était pas ingénieur. « Il était était l’aîné de cinq enfants d’une famille de négociants en laine, à l’époque où Roubaix et Tourcoing avaient accueilli des expositions universelles… C’est à l’âge de 15 ans que l’art fait vraiment une entrée dans sa vie. Pas vraiment bon élève, il est envoyé par ses parents à Paris pour préparer son bac, chez le frère de sa mère, Roger Dutilleul »… « Retour dans le Nord où il entre dans l’affaire familiale. Avec ses deux frères, les rôles se répartissent naturellement. L’un est un industriel, l’autre un gestionnaire, lui gérera plus les relations publiques du groupe ».. « Il se rend régulièrement en Argentine, en Nouvelle-Zélande, dans les comptoirs de négoce » (La Voix du Nord, 20 mars 2013).

L’autre école d’ingénieurs ? L’école nationale supérieure d’ingénieurs sud alsace (ENSISA), rattachée à l’université de Haute-Alsace. Cinq filières de formation dont l’une dédiée aux textiles et aux fibres. Photos de l’ENSISA dans la chronique 3.200 élèves ingénieurs en Alsace.

DNA, 26 avril 2013. Huningue (68), La société Virtuose placée en liquidation judiciaire. « Elle restait l’une des dernières entreprises textiles d’Alsace, un maillon important de la filière, riche de son volet Recherche-Développement, qui lui a permis de déposer de nombreux brevets exclusifs (chemises FreshMax anti transpiration, pantalons pour incontinents, nouveaux produits de teinture pigmentaire…) ». De moins en moins d’emplois en France pour les ingénieurs textiles. Une épopée terminée ?

1 commentaire

Classé dans AH. Histoire 19-20èmes siècles, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie)

Une réponse à “L'épopée textile, les ingénieurs

  1. Styrène

    L’ENSISA est issue de la fusion de deux écoles parmi lesquelles l’Ecole nationale supérieure des industries textiles de Mulhouse fondée au 19e siècle (et qui a porté plusieurs noms au cours de son histoire). La filière textile vient de là.