SYMPA et les universités sous-dotées

Sénat, 24 avril 2013. Commission de la culture, de l’éducation et de la communication. Débat sur le rapport de Madame Dominique Gillot et Monsieur Philippe Adnot sur le bilan consolidé des sources de financement des universités. Débat sur SYMPA, modèle de répartition des moyens et des emplois entre les universités. Des rapporteurs sans langue de bois : cela fait plaisir.

Philippe Adnot (sénateur non inscrit, UDI). « J’en viens maintenant à un bilan de SYMPA. Je vous réponds tout de suite que le modèle n’a pas permis de réduire les inégalités entre universités. Pour la raison suivante : dès lors que l’on a annoncé, un peu comme pour les collectivités territoriales, la garantie du maintien du budget existant et qu’en même temps, l’enveloppe globale stagne, il n’existe aucun moyen supplémentaire disponible pour procéder à des rattrapages. Dans le cas des emplois, un redéploiement d’une ampleur très limitée est intervenu en 2009, mais il n’a porté que sur 150 emplois ».

« Toutes les personnes que nous avons rencontrées nous ont rappelé qu’il n’est pas pertinent de parler d’universités « sur-dotées », en reconnaissant qu’il existait certes des situations plus « confortables » que d’autres. Mais vous comprendrez bien qu’à partir du moment où il n’y a pas de reprise sur des excédents, il n’existe pas de moyens pour effectuer une redistribution. La portée redistributive du modèle SYMPA est d’autant plus limitée qu’elle concerne la répartition de seulement deux milliards d’euros. On constate également que les universités sous-dotées en crédits et sous-dotées en emplois tendent à être les mêmes. En clair, quand ça va déjà mal au plan des crédits, ça ne va pas mieux en emplois »…

« L’université la moins dotée est à 60 % de son plafond d’emplois théoriques, quand la mieux dotée est à 140 %….  Autrement dit, pour supprimer les inégalités simplement en créant des emplois concentrés sur les universités sous-dotées, ce n’est pas 5.000 emplois qu’il faut créer (comme en cas de redéploiements), mais 10.000… Les conditions ne sont pas aujourd’hui réunies pour procéder à un rattrapage ».

Commentaires fermés sur SYMPA et les universités sous-dotées

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.