Vincent Berger et son PPP

Médiapart, 28 mai 2013 : PPP Paris-7, les permis de construire sont menacés . Un lecteur et informateur fidèle du blog commente : « on connait les conséquences néfastes de la décision (car décision il y eut) de passer aux Responsabilités et compétences élargies dans les universités. En matière de mauvaise gestion, Paris Diderot a fait mieux : la signature d’un Partenariat Public Privé (PPP), qui n’a pas fini de nuire à l’enseignement et à la recherche. Déjà, la gestion de l’université était mise au service de coups médiatiques et d’insertions individuelles dans l’appareil d’État ».

Inauguration

« Le tribunal administratif va-t-il interdire l’accès aux étudiants de plusieurs bâtiments de l’université Paris-7 ? Le rapporteur public du tribunal administratif recommande l’annulation de deux permis de construire de ce “partenariat public-privé” déjà très controversé… Le tribunal doit rendre son jugement dans une quinzaine de jours« . Article de Médiapart. Histoire critique du PPP de Paris VII Denis Diderot sur le site Archicool.

Pour aller plus loin : chroniques du blog sur les PPP. Geneviève Fioraso ne veut plus des PPP. Ci-dessous, photo de février 2011.

SONY DSC

2 Commentaires

Classé dans C. Ile-de-France

2 réponses à “Vincent Berger et son PPP

  1. Simon

    Vincent BergER, pas Bergé.
    Cela étant, je regrette l’amalgame fait dans cet article entre les problèmes juridiques liés aux permis de construire et le PPP. Ces problèmes auraient pu exister en dehors d’un PPP, non ?

  2. François Brunet

    Oui, problème épineux et qui était prévisible. Cela dit, le titre est tendancieux: croyez vous vraiment que V. Berger ait fait de ce PPP et de ses conditions draconiennes son choix personnel? sans parler des « insertions individuelles dans l’appareil d’Etat », soupçon que l’on aimerait voir étayé par autre chose qu’une citation d’un mail anonyme? C’est bien beau, et c’est sans doute nécessaire, de critiquer Vincent Berger, mais comme vous le savez très bien c’est encore mieux et encore plus nécessaire de critiquer la situation historique des universités en France, la déréglementation effrénée liée au passage aux RCE, et l’inaction de la tutelle sur le problème de l’amiante à Jussieu pendant trente ans.