MCF débutant payé au SMIC en 2025

Sur le blog de Nicolas Tentillier. « Compte-tenu de la tendance depuis 24 ans, la régression linéaire nous donne un salaire de départ pour les Maîtres de Conférences débutants égal au SMIC aux alentours de 2025« …

« La science est une chose merveilleuse… tant qu’il ne faut pas en vivre ! » Albert Einstein.

Signalement de la chronique du blog de Nicolas par un ami professeur des universités, au cours d’une conversation sur la condition des enseignants du Supérieur. En octobre 1968, j’ai 24 ans : docteur en sociologie, le salaire de mon premier emploi est de 1.800 nouveaux Francs. Le SMIC étant passé en juin 1968 à 500 francs (au lieu de 350 avant les grèves), mon premier salaire était donc  : 3,6 fois le SMIC.

3 Commentaires

Classé dans Non classé

3 réponses à “MCF débutant payé au SMIC en 2025

  1. François

    Le cas des enseignants n’est pas unique.
    En 1968, la consultation médicale était d’environ 15F et le SMIG horaire brut de 3F (après les accords de Grenelle).
    Actuellement le prix de la consultation est 23€ et le SMIC horaire brut 9,43€.
    Donc la consultation est passée d’une équivalence de 5 heures de SMIC à un peu moins de deux heures et demie.

    De façon générale, alors que le discours quasi universel est que nous connaissons un accroissement des inégalités, le phénomène dominant en France pendant ces dernières décennies est plutôt la réduction de la différence entre rémunération du travail qualifié et celle du travail peu qualifié (les Scandinaves nous ayant montré la voie).

    L’accroissement des inégalités ne concerne en fait que de toutes petites franges de la population (ce qui est masqué par les statistiques à la Piketty qui grâce à l’emploi de moyennes (et non de médianes) et de graphiques à coordonnées non linéaires arrive à montrer que les 10% les plus riches ont vu leurs revenus augmenter plus que ceux de la moyenne des Français alors que si on regarde plus finement ceci ne résulte que d’une augmentation extrêmement importante des revenus de la petite minorité de ces 10% ( 1% ? 0,1 % ? ) la mieux rémunérée).

    Pour finir suis un peu surpris par le salaire de 1800 nouveaux francs en 1968 pour un maître de conférence débutant, que je trouve élevé (s’agit-il d’un salaire brut ? incluant des heures supplémentaires ?). De mémoire il n’y avait que quelques rares ingénieurs débutants qui arrivaient à obtenir ce salaire de départ pour un travail en France (si on voulait gagner plus, il fallait s’exiler dans des régions désertiques sur des plates-formes d’exploration pétrolière Schlumberger …).

  2. Pierre Dubois

    Précisions pour François. 1.800 francs est un salaire mensuel brut avant impôt sur le revenu, hors prime et ne tenant pas compte d’heures complémentaires faites à la fac. Durant cette période la différence entre le brut et le net était bien moins importante qu’aujourd’hui.

    J’ai perçu ce salaire de contractuel d’octobre 1968 à septembre 1969. Au 1er octobre 1969, je suis recruté au CNRS comme attaché de recherche ; le salaire brut descend à 1.700 euros.

    En octobre 1968, mon épouse, après une année de stage, est recrutée, à l’âge de 22 ans, comme assistante titulaire en sciences et perçoit 1.270 nouveaux francs. Le CNRS paie donc mieux que l’université.

    Location d’un studio de 45m² : 470 francs par mois

  3. Martinville

    Nous n’assistons plus à la paupérisation des universitaires, mais à leur prolétarisation. Martinville est fier d’être un ouvrier du savoir… et il lutte contre son patron, comme dans Germinal.

    L’autre jour, dans un questionnaire SNCF, Martinville a vu que l’universitaire était classé dans la catégorie « cadres moyen »… Au moins, à la SNCF, ils ont tout compris du déclassement de notre métier. Nous devons remercier la classe politique pour cela (et aussi nos syndicats et nos dirigeants universitaires, complices) : des discours lénifiants (ou léninistes) sur la recherche, mais des pratiques humiliantes pour les universitaires.

    Moralité : apprenez l’anglais (là au moins, la Fioraso a raison) et partez, quittez la France, allez dans les pays qui respectent encore leurs universitaires, le savoir et la connaissance (pas le foot, les paillettes et la bizness).. et les payent à la mesure de ce respect !!!