Geneviève Fioraso a peur de l'UNEF

Communiqué de Geneviève Fioraso, 22 juillet 2013, Priorité à la réussite étudiante en premier cycle. Le ton de la Ministre est ferme. « Les droits d’inscriptions 2013-2014 ont été fixés nationalement à 183 euros en licence, 254 euros en master et 388 euros en doctorat. Les droits complémentaires doivent être facultatifs dès l’inscription, correspondre à des prestations clairement identifiées et ne relevant pas du cœur des missions de service public des universités ». L’article L 123-3 du Code de l’Éducation précise ces missions, au nombre de 6. La Ministre peut-elle préciser ce qu’elle entend par « cœur des missions » ?

La Ministre menace les universités qui pratiqueraient des droits complémentaires, illégaux selon l’UNEF. « Elle a demandé que soit procédé à l’examen rigoureux des informations rendues publiques ce jour [par l’UNEF]. Les recteurs seront saisis pour rappeler à l’ordre les universités qui sortiraient de la légalité. Le cas échéant, l’Etat prendra ses responsabilités pour y mettre fin« . Une ministre qui veut faire peur aux universités pour faire plaisir au 1er syndicat étudiant : ça vient de sortir ! Les universités, autonomes, libres et responsables, étranglées financièrement, devraient entrer en résistance !

La ministre poursuit, « tient à réaffirmer que le Gouvernement a clairement donné la priorité à l’Enseignement supérieur et à la Recherche« .

Le communiqué aligne alors les éléments salvateurs pour les universités et pour les étudiants. Bref la ministre poursuit sa communication répétitive (et donc usée), sa méthode Coué à laquelle plus personne ne croit. « Augmentation de 2,2% le budget de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en 2013″. 2,2 % ? La Conférence des présidents d’université, dans un communiqué du 21 mars 2013, a dénoncé une tromperie sur les moyens 2013 affectés aux universités« .

Quant à l’enjeu de la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche (« renforcer les moyens sur la réforme du premier cycle avec une priorité, la réussite étudiante, et avec un objectif, atteindre 50% de diplômés du supérieur ») : Geneviève Fioraso croit-elle encore à ce que sa communication affirme !

11 Commentaires

Classé dans Non classé

11 réponses à “Geneviève Fioraso a peur de l'UNEF

  1. Anthony G.

    Je ne sais pas si Fioraso a peur de l’UNEF… Je pense surtout qu’elle ne veut créer aucune vague, peu importe qui est en face.

    L’UNEF c’est tous les ans qu’on les voit, à la même période (par pure coïncidence au moment des inscriptions des néo-étudiants) avec les mêmes « arguments ». Fin Aout ce serait le cout de la rentrée, puis en septembre les logements étudiants + les conditions de travail. C’est toujours la même histoire avec une tendance à grossir et à manipuler les chiffres (cf l’article dans Médiapart fin Aout 2012 sur la manipulation des chiffres de l’UNEF : aucun autre média n’a relayé la bombe, idem pour les magouilles avec la LMDE).

  2. Martinville

    Fioraso fait dans la démagogie, comme ses prédécesseurs : ça ne coûte rien.
    La question des droits d’inscription (abusivement très faibles en France) est un faux problème. L’Université à bas coût est l’Université du nivellement, de la non sélection et des diplômes dévalorisés.
    L’UNEF devrait se battre pour l’excellence : mais elle demeure prisonnière de l’idéologie soviétique… et derrière les discours larmoyants se préparent les carrières politique de la gauche socialiste, à bonne école, dans ce syndicat qui nie ou trafique les réalités (et les chiffres), et vit toujours dans la corruption et le détournement d’argent.
    Et je conseille à la ministre de cesser les discours : « le Gouvernement a clairement donné la priorité à l’Enseignement supérieur et à la Recherche », nous n’y croyons plus et ni notre feuille de paye, ni notre carrière ne reflètent la priorité affichée (langue de bois). Tout cela est du pipeau, pour amuser les gogos. L’Université se soviétise et l’universitaire se prolétarise.
    Bref, Martinville ne croit plus en l’Université Pécresse-Fioraso et attend qu’elle s’écroule d’elle-même… ensuite on reconstruira, dans 10 ou 20 ans.

  3. Henni

    Bonjour,

    @Martinville: une réaction rapide sur une partie de votre commentaire; l’UNEF est tout sauf prisonnière de l’ « idéologie soviétique » qui le plus souvent est synonyme de « stalinisme », i.e. supression des libertés individuelles, nationalisme, culte du chef, et… travail à la Stakhanov! De plus, la science et technique soviétique, la littérature et la musique soviétique montrent bien que le nivellement par le bas des activités intellectuelles n’était pas à l’ordre du jour pendant l’ère soviétique; il y avait même un certain élitisme. Si vous voulez parler de gauche molle, bobo, immature, etc… pour qualifier l’UNEF pourquoi pas.

  4. Roux

    Mais n’y a -t-il pas un récent président de l’Unef au sein du cabinet de la Ministre? Cela devrait la rassurer…

  5. Roux

    Soviet ? La caractéristique c’est tout de même l’oubli et la négation du réel… Demander un salaire étudiant est soviétique. Tenir un discours abracadabra est soviétique. Faire croire que les mutuelles étudiantes sont utiles est faux-cul. Oublier que les président-e-s étudiants de l’Unef se servent (qui est au cabinet de Fioraso ?) (Qui est au cabinet de Delanoë après n’avoir pas fait long feu chez Peillon ?). Tout ceci n’est pas une découverte. Oui, l’université va connaître quelque chose comme l’effondrement du mur de Berlin…

  6. romain

    bon si nous faisons dans le soviétisme…certains font dans le maccarthysme…donc question discours abracadabra et la négation du réel c’est pas mieux….

  7. Henni

    Bonsoir,

    @Roux: remplacez soviétique par néolibéral ou « Milton Friedman » et votre commentaire garde exactement le même sens. C’est la « triste » magie des extrêmes.

  8. vincent92

    Quoi ? Une Ministre qui fait respecter le droit ? Quel scandale! Fioraso, démission!

  9. Henni Ouerdane

    Bonjour,

    @vincent92: je ne suis pas sûr d’avoir compris ce que vous voulez dire.

    Ceci dit, je peux affirmer que le droit n’est pas respecté dans le monde universitaire, et que même si le ministère de l’ESR est mis au courant suffisament tôt de situations de viol du droit, ledit ministère s’en fout pas mal.

  10. vincent92

    C’était évidemment ironique. Je m’étonne qu’on s’étonne qu’une Ministre rappelle à l’ordre des Universités dans l’illégalité.

  11. Henni

    Bonjour,

    @Vincent92: en ce qui me concerne, plus rien ne m’étonne de la part du ministère de l’ESR qui rappelle à l’ordre quand il le veut bien et qui cautionne quand il le veut bien aussi. Pareil pour le CNRS. Tout dépend de la hauteur de la vague.