Archives mensuelles : octobre 2013

Quiz. Le mordu de SMS !

24 octobre 2013, Assemblée nationale, commission élargie sur le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Dans le champ de la caméra, au second plan derrière Geneviève Fioraso, un homme lit ou écrit des SMS durant une bonne partie de la séance. Il a l’air de profondément s’ennuyer. Une seule fois, il ouvre un dossier pour le refermer aussitôt. Il lui arrive même de fermer les yeux, cherchant peut-être à sommeiller. Quiz : qui est-il ?

P1020820

P1020908

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans B. Quiz

Savoir-faire des Labos avignonnais

24 octobre 2013, université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, matinée de présentation de la Recherche : compétences et savoir-faire des 17 laboratoires avignonnais et des 2 structures fédératives de recherche. Objectif : faire se rencontrer les directeurs des équipes et laboratoires avec les responsables des communautés de commune du territoire…

La politique scientifique de l’université est organisée, pour le contrat quinquennal 2013-17, autour de deux axes identitaires, Agro&Sciences et Culture, Patrimoine, Sociétés numériques. La politique partenariale est menée, en particulier avec les organismes de recherche (INRA, CNRS, INRIA) et les pôles de compétitivité (notamment Pôle Européen d’Innovation Fruits et Légumes, Pôle Industries Culturelles et Patrimoines)…

P1020116

11 octobre 2013, je suis en reportage dans l’université d’Avignon. L’après-midi est consacrée à la visite des trois sites de l’université localisés dans l’Agroparc, Technopole agroalimentaire régional d’Avignon. L’ensemble de la Faculté des Sciences Exactes et des Sciences de la Nature devrait y être regroupée dans les 2 ans qui viennent. Bâtiments récents, gais et dans un environnement verdoyant. Album de 50 photos.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Savoir-faire des Labos avignonnais

Classé dans C. PACA Corse

Le budget 2014 : manif et débats

24 octobre 2013 à 15 heures, Assemblée nationale, débat en Commission élargie, en direct sur le budget l’enseignement supérieur et la recherche dans le projet de loi de finances 2014 (PLF 2014, page 84). Geneviève Fioraso est présente. Le vote de la Commission aura lieu le 30 octobre. 17 heures 30 : la séance se poursuit. La Ministre est à l’aise, connaît les dossiers ; elle est la seule à parler sans consulter ses notes ; elle donne ainsi une leçon d’orateur aux parlementaires présents, y compris à Patrick Hetzel, plutôt moins bon que d’habitude. Je reconnais que je suis impressionné par sa facilité de parole. Photos à venir.

P1020778

24 octobre 2013. Solidaires Étudiants, appel à une Journée nationale de grève et de mobilisation contre la casse de l’université, Luttons pour une université gratuite, émancipatrice et populaire.  Manifestation à 14 heures, Paris, de la place Denfert-Rochereau au Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous exigeons l’abrogation de la loi Fioraso et de la loi LRU ; le réengagement financier total de l’État dans l’éducation et l’enseignement supérieur et de recherche ; un salaire socialisé pour tou-te-s les étudiant-e-s ; l’accès de toutes et tous à l’éducation, sans distinction ; la délivrance automatique de papiers pour toutes les personnes inscrites dans l’enseignement français ; une éducation et un enseignement supérieur gratuit, public, émancipateur et critique.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, C. Occitanie (Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon)

J'ai mal aux regroupements (3)

J’ai mal aux regroupements. Épisode 3, le cas de la Lorraine. 77 chroniques du blog sur l’enseignement supérieur et la recherche dans la région.

L’université de Lorraine est le résultat de la fusion, au 1er janvier 2012, des deux universités de Nancy, de l’Institut National Polytechnique de Lorraine et de l’université de Metz. Elle a statut de Grand établissement. Depuis près de deux ans, l’équipe de direction et les services centraux n’en finissent pas d’unifier les systèmes d’information, les procédures, les modalités de contrôle des connaissances… Et ce dans un contexte de crise financière et de conflits ouverts entre nancéiens et messins. Pour un résumé fort bien fait, le lecteur peut se référer au portrait récent réalisé par Philippe Bohlinger pour EducPros.

Ayant fusionné, l’université de Lorraine pouvait se croire à l’abri des regroupements imposés par la loi du 22 juillet 2013, à l’abri des problèmes de coordination territoriale (son contrat de site a été signé en début d’année). Malheureusement, ce n’est pas le cas pour elle. La mise en œuvre de loi Fioraso implique d’ouvrir un grand nombre de chantiers. Heureusement, la loi n’impose pas des CUE trans-frontalières ! Mais il y a les conventions obligatoires entre l’université et les lycées de l’académie qui possèdent des Classes préparatoires aux grandes écoles (article 612-3 du code de l’éducation).

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

J'ai mal aux regroupements (2)

J’ai mal aux regroupements. Épisode 2, le cas du Languedoc-Roussillon. Chroniques du blog sur l’enseignement supérieur et la recherche dans la région.

Que va-t-il se passer dans les 3 années qui viennent en Languedoc-Roussillon ? La situation y est compliquée, voire conflictuelle. Devenir des établissements et devenir des présidents en fonction rendent l’avenir incertain, mais également croquignolesque. Plusieurs scénarios de regroupements peuvent être imaginés.

État des lieux. 1. Cinq universités dans la région : Montpellier 1 (Droit, économie et gestion, Santé), Montpellier 2 (Sciences et Techniques), Montpellier 3 Paul-Valéry (Arts, Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales) ; ces trois universités sont issues de la loi Faure de 1968. Aux trois universités historiques, héritières de l’université médiévale, se sont ajoutées Perpignan Via Domitia (40 ans d’existence) et Nîmes Université professionnalisante (fondée en 2007).

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

J'ai mal aux regroupements (1)

La loi du 22 juillet 2013 impose trois types de regroupements aux universités et aux établissements (dépendants du MESR). Il leur faut choisir entre la fusion, la communauté d’universités et d’établissements (CUE), l’association. Les regroupements sont imposés à marche forcée, agitent en ce moment les équipes de direction des universités et des PRES, déjà devenus des CUE.

Le n’importe nawak des regroupements est devant nous. Mais pourquoi la France aurait-elle besoin d’une trentaine de pôles ? Pourquoi pas 20 ou 40 ? J’ai mal aux regroupements ! Le lecteur assidu du blog sait pourtant que je suis favorable à la fusion d’établissements pour parvenir à une quinzaine d’universités de recherche, dédiées aux seuls masters et doctorats ; toutes les universités actuelles doivent pouvoir intégrer une fusion. Fusions mais à une condition indispensable : sortir la licence de l’université et créer des établissements publics de 1er cycle (intégrant la CPGE, la licence, le DUT, le BTS), établissements devenant associés à une université de de recherche.

J’ai mal aux regroupements. Épisode 1, le cas de la Bretagne et des Pays de Loire. Situation récente : il existait 2 PRES, Université Européenne de Bretagne (UEB) et Université Nantes-Angers-Le Mans (UNAM). Contexte un peu plus ancien : les deux PRES s’étaient associés pour répondre à l’appel à projets des Investissements d’Avenir mais n’ont pas été sélectionnés. J’ai mal aux regroupements et j’ai encore plus à la lecture de trois courriels qui me sont parvenus ces derniers jours.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Bretagne Normandie, C. Pays de Loire

G. Fioraso lâcherait-elle du lest ?

Suite des chroniques Contestation d’une direction zélée et  Jean-Loup Salzmann avale des couleuvres. Geneviève Fioraso commencerait-elle à lâcher du lest, à tenter d’éteindre l’incendie de la contestation ? Combien de millions d’euros par université peut-elle mettre sur la table, alors que le budget de la mission Recherche et enseignement supérieur n’augmentera en 2014 (hors investissements d’avenir) que de 100 millions (PLF 2014, page 84).

Lettre de la ministre datée du 21 octobre 2013 (adressée à un ou à plusieurs présidents ?). Premières informations sur la Dotation générale de fonctionnement (DGF) et sur la masse salariale.

Informations générales sur les budgets des opérateurs (les établissements passés aux RCE). Sous réserve des débats parlementaires : sanctuarisation des crédits de fonctionnement destinés aux établissements, aucun effort supplémentaire d’économie demandé en 2014 sur la part fonctionnement de la dotation, un ajustement (à la hausse donc) en fonction de l’avancement du chantier de réforme des systèmes d’allocation des moyens, chantier pour les dotations 2015 et ce peut-être dès 2014 (expliciter la série d’écrêtements aveugles sur les dotations).

Lire la suite

Commentaires fermés sur G. Fioraso lâcherait-elle du lest ?

Classé dans Non classé

JL. Salzmann avale des couleuvres

Jean-Loup Salzmann est président de Paris 13 Nord depuis février 2008 (il a été réélu en mars 2012). Depuis décembre 2012, il est également président de la CPU. Je l’ai interviewé en février 2011 à Villetaneuse : il m’a accueilli avec beaucoup de sympathie, même s’il n’a pas accepté, à la fin de l’entretien, de se faire photographier. Un chargé de communication m »a ensuite accompagné pour visiter les bâtiments et les photographier. Chroniques publiées alors : Paris 13 Nord en 140 photos, Président Salzmann, Les 9 présidents de Paris 13, L’offre de formation.

Depuis près de 6 ans à la tête de son université, JLS ne peut pas ne pas connaître la détérioration progressive et continue de la situation financière de son université depuis 2008, i.e. dès le moment de la mise en œuvre de la LRU et des Responsabilités et compétences élargies. Son conseil d’administration lui rappelle les dégâts des RCE dans une motion votée à l’unanimité le 18 octobre 2013.

Le conseil d’administration souhaite que la direction de l’université Paris 13 demande clairement au Ministère de prendre acte des efforts consentis par l’ensemble de la communauté universitaire pour mettre en œuvre la mutation imposée par le passage aux RCE, de verser l’intégralité de notre dotation globale par le versement budgétaire immédiat d’au moins six millions d’euros, dus par l’État à l’université Paris 13 et de justifier l’écrêtement de 6,280 M € en 2013 alors qu’il était de 4,8M € en 2012, de tenir les engagements de l’État sur la réalisation des projets immobiliers de l’université P13, prévus au CPER 2007-2013, de mettre en place un plan pluriannuel de moyens garantissant l’égalité des territoires assurant un développement pérenne de l’enseignement et de la recherche.

Lire la suite

7 Commentaires

Classé dans Non classé

Montpellier : il n'y a pas de plan B

Les universités doivent voter, selon la réglementation et avant fin décembre 2013, des budgets équilibrés et sincères. L’exercice est devenu impossible pour la plupart d’entre elles : elles ont déjà sabré dans les dépenses, réduit leurs fonds de roulement de manière critique (Bercy a pourtant accepté d’abaisser celui-ci à 15 jours de dépenses seulement, soit moins d’un mois de masse salariale !). Elles ne peuvent même pas prévoir, à cette date de l’année, leurs ressources : la dotation du MESR ne leur sera annoncée qu’en janvier, les ressources propres (formation continue, apprentissage, crédits de recherche…) sont par nature incertaines.

Pour parvenir à un budget équilibré et sincère et après deux années de déficit, l’université de Montpellier 3 Paul-Valéry a décidé d’exercer les libertés et responsabilités que confère la loi en matière budgétaire. Il ne s’agit plus pour elle de tenter d’économiser des dizaines de milliers d’euros par ici, des dizaines de milliers par là : elle l’a déjà fait ! Il n’y a plus de marge de manœuvre et il lui faut désormais frapper fort : elle a annoncé la fermeture de l’antenne de Béziers à la rentrée 2014 et la mise en œuvre de capacités d’accueil avec  tirage au sort, dans la dernière phase de la procédure (note 1). Il n’y a pas d’autres solutions pour économiser de l’ordre de 3 millions d’euros. Il n’y a pas de plan B : l’université ne bluffe pas.

Il n’ y a pas de plan B : Anne Fraïsse, présidente de l’université l’a affirmé aux personnels et aux étudiants de Béziers, le 9 octobre 2013. Retour sur son intervention, son argumentation, ses réponses aux 8 questions posées dans l’amphi. Album photos dans la chronique Site de Béziers : le bras de fer.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Montpellier : il n'y a pas de plan B

Classé dans Non classé

Contestation d'une direction zélée

Des motions contre l’austérité budgétaire imposée aux universités continuent de me parvenir. Le communiqué de la FSU de l’université d’Evry, publié ce 21 octobre 2013, est non seulement une manifestation de ras-le-bol contre la politique gouvernementale de l’enseignement supérieur et de la recherche, mais également une mise en question d’une équipe de direction et d’un président zélés. Ce communiqué fait suite à un communiqué issu d’une assemblée générale, tenue le 14 octobre. Photo de fin 2009.

SONY DSC

Le président d’Évry ? Philippe Houdy. Il a été élu contre le président sortant, Richard Messina (chronique du 25 janvier 2012). Un président contesté : il me semble qu’il s’agit là d’une radicalisation de la mobilisation. La question se pose donc : combien de présidents zélés à la CPU ? Celle-ci va-t-elle réellement passer à l’offensive ? Elle n’a pas encore publié le communiqué attendu suite aux motions débattues lors de son assemblée plénière du 17 octobre. Pour aller plus loin : chronique du 4 février 2010 sur le président Messina.

Lire la suite

Commentaires fermés sur Contestation d'une direction zélée

Classé dans Non classé