Lorraine : un maire amateuriste

Metz, Conseil municipal du 30 octobre 2013. Réaction d’un fidèle contributeur du blog, ce 5 novembre 2013, après l’écoute des 26 minutes d’échanges entre le maire socialiste et une conseillère municale de l’UMP à propos de la situation dégradée du site de Metz par rapport à celui de Nancy, dans l’université de Lorraine.

Que d’amateurisme dans la réponse de Dominique Gros, maire socialiste de Metz et ancien président de l’IUT, interpellée par sa rivale UMP. Marie-Jo Zimmermann lui parle de taux d’encadrement à la faculté de droit de Metz, il nous parle de Pierre Ferrari, décédé il y a 10 ans, muté à Nice en 1997.

Il nous explique qu’il est difficile de conserver à Metz des « professeurs agrégés »  : sur 56 enseignants à la fac de droit, 8 sont professeurs, mais les autres sont sans doute quantité négligeable (situation en 2010).

Il balaie la pétition votée au Conseil général, y compris par le groupe PS dont il est membre, et nous reparle d’un vieux projet (l’implantation d’une école vétérinaire à Metz) et de « formation d’excellence ». C’est quoi, pour le maire PS de Metz, et d’autres, les formations qui ne sont pas des « formations d’excellence » ?

Comment supporter que des décisions importantes pour l’université et les territoires soient prises par des gens aussi peu informés ? Et son 1er adjoint Richard Lioger, vers lequel il se tourne, fut 3ème VP de la CPU et président de l’université de Metz…

Au cours de la même séance du Conseil municipal de Metz, une Convention de partenariat avec la Région Lorraine et Metz Métropole sur les questions de vie étudiante et d’engagement des jeunes a été mise en délibéré. La Ville de Metz a engagé depuis 2008 une politique active en direction du monde étudiant. Elle a fait de la citoyenneté, de l’engagement et de la solidarité un axe fort de sa politique. Elle s’est attachée notamment à développer des actions auprès de la population étudiante avec l’ambition de « mettre les étudiants au cœur de la ville », afin que ceux-ci contribuent à dynamiser le territoire. Elle a souhaité que cette participation à la vie de la cité se traduise également au travers d’un engagement solidaire des étudiants en direction des populations les plus fragilisées et qu’elle contribue ainsi à renforcer le lien social. Cette volonté politique s’est traduite par la mise en place de plusieurs projets (Étudiant dans ma Ville, collocations étudiantes solidaires, accueil des étudiants étrangers, Conseil Local de la Vie Étudiante…). Engagement financier pour les 3 années universitaires (2013/2014 à 2015/2016) : 85.350 euros.

Pour aller plus loin : 80 chroniques du blog sur l’enseignement supérieur et la recherche en Lorraine.

Commentaires fermés sur Lorraine : un maire amateuriste

Classé dans E. Droit et Sciences politiques

Les commentaires sont fermés.