Guéguerre Fioraso / Peillon

La création de deux nouveaux Comités consultatifs sur l’Éducation et l’Emploi est inutile, insupportable, grand-guignolesque et gaspilleuse de l’argent public. Les rumeurs courent que Geneviève Fioraso a été furieuse de l’installation du Conseil national éducation économie (CNEE) par Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, et Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, le vendredi 18 octobre 2013, à l’École nationale supérieure des Arts et Métiers.

Geneviève Fioraso voulait avoir son joujou à elle : c’est fait depuis ce matin, lundi 9 décembre 2013. La Ministre a installé le Comité Sup’Emploi, en présence de deux patrons inconnus du grand public. Jean-Marc Ayrault n’était pas là. Il y a Ministre et Ministre, et même des Ministres qui ne sont que des Secrétaires d’État surclassés. Bien sûr, la Ministre de l’ESR avait juré qu’elle diminuerait le nombre de bidules au sein du mille-feuille institutionnel. Paroles, paroles…

Dans le CNEE peillonnesque, on discutera des besoins du monde économique en matière de BTS (rattachés au MEN). Dans le CES fiorasien, on discutera des besoins du monde économique en matière de DUT (rattachés au MESR). Guéguerres et guéguerres. Basta !

Extraits des communiqués de presse ministériels. Le CNEE est chargé d’animer une réflexion prospective sur l’articulation entre le système éducatif et les besoins du monde économique, ainsi qu’un dialogue permanent entre leurs représentants sur la relation entre l’éducation, l’économie et l’emploi. Il est présidé par Jean-Cyril Spinetta. Le Premier ministre a souligné l’importance du dialogue entre le monde économique et le monde éducatif, et défini le rôle de ce Conseil dans les chantiers gouvernementaux.

Le CES pour optimiser la qualité de la formation universitaire notamment en cycle licence, rapprocher les acteurs de l’enseignement supérieur et de l’entreprise pour adapter les compétences aux évolutions du monde du travail, anticiper les mutations des filières professionnelles. Tels sont les grands axes de travail du comité Sup’Emploi pour relever le défi de l’insertion professionnelle des jeunes.

Prospective des emplois et des métiers : franchement, ça ne fait plus rêver personne et en particulier pas les jeunes diplômes entrant sur le marché du travail. Les deux Ministres ont-ils oublié qu’il existe un Conseil économique, social et environnemental (CESE) et des CESE régionaux. Les deux Ministres ont-ils oublié les Observatoires Régionaux de l’Emploi et de la Formation (OREF). Les deux Ministres ont-ils oublié que Pôle Emploi dispose déjà de listes de métiers en pénurie ou sur-demandés ? Les deux Ministres ont-ils oublié que les branches professionnelles mènent depuis longtemps des études prospectives ? Les deux Ministres ont-ils oublié que le CEREQ existe ?

Ces guéguerres d’egos feraient sourire si le chômage des jeunes diplômés n’était aussi élevé.

Et pendant ce temps-là, des travailleurs détachés d’un des pays de l’Union européenne travaillent en France et paient les cotisations sociales dans leur pays d’origine. Auprès de la Commission Européenne, la France ne sait pas si elle doit hurler contre cette libre circulation des européens low-cost ou se taire contre ces pratiques de dumping social. J’ai même rencontré des post-docs étrangers low-cost dans des centres de recherche français. La prospective l’avait-elle prévu ?

Pitié, fermons immédiatement ces bidules peillonnesque et fiorasien inutiles. Basta, les clowns !

Commentaires fermés sur Guéguerre Fioraso / Peillon

Classé dans E. Economie Gestion

Les commentaires sont fermés.