Prix du 1% artistique pour Lille 3

Étudiant à la Faculté des Lettres de Lille dans les années 60, puis professeur dans 3 universités différentes dont Lille 3 (entre 1980 et 1988), j’avoue que j’ignorais l’existence des œuvres du 1% artistique ; je passais à côté sans les voir… parce que rien n’était fait pour attirer mon attention ? 2011 : les 60 ans du 1% artistique. Depuis que je suis blogueur (janvier 2009), j’ai développé une vraie passion pour ces œuvres (57 chroniques). Je les traque lors de mes reportages et suis triste de constater, dans certains cas, leur état délabré et/ou l’absence de cartouche explicatif.

Ce n’est pas un hasard si ce sont les universités d’Arts, lettres et langues et de Sciences humaines et sociales qui mettent en valeur leur histoire, leur patrimoine, les œuvres du 1%, et, plus largement, qui font de l’Université, un lieu de culture. Deux cas exemplaires de belle mise en valeur : Bordeaux 3 Michel de Montaigne, Montpellier 3 Paul Valéry.

Un cas exceptionnel : Lille 3 Sciences Humaines et Sociales. Je lui attribue le 1er prix pour la scénarisation du 1% artistique : album de 42 photos.

P1070330

26 autres photos d’un autre 1% : La Fresque des Doyens, œuvre monumentale de Jeanne Thil.

1er prix pour la signalétique des œuvres : panneau général sur le Forum, juste devant la Maison de l’Étudiant. Photo : c’est quoi le 1% artistique ?

P1070188

1er prix pour les cartouches, disposés auprès de chaque œuvre (photo). Peut-être, dans une version ultérieure, un QR Code y sera ajouté.

1er prix pour les informations en ligne : Art et culture. Inventaire détaillé.

1er prix pour la présentation d’un auteur sur le blog Insula : Raoul Ubac sur les murs de Lille 3. Les champs labourés. Les muraux de Raoul Ubac pour Lille 3, réalisés en 1973, sont des mosaïques en tesselles de briques et de marbres de Vérone. Il s’agit de grands formats… Les sillons de Raoul Ubac entourant la Bibliothèque centrale ne sont vraisemblablement là que pour eux-mêmes, pour la beauté de leurs traits, pour la composition plastique de l’œuvre, mais ils peuvent être autant un rappel de la vie agreste qui était présente avant la création de la ville et du campus, que l’inscription du geste initial qui, pour l’urbaniste, a contribué à délimiter l’espace habité d’une université que Pierre Vago concevait latine, ouverte sur la cité, centrée sur un forum.

P1070182

Poster un commentaire

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s