L’UNEF, les élections, la licence

L’UNEF a remporté les élections étudiantes aux Conseils centraux de l’université d’Orléans. Les 1.203 voix obtenues au Conseil d’administration (46,96% des suffrages exprimés) lui ont permis d’obtenir deux des cinq sièges, soit un de plus qu’aux élections de 2012. Archives du blog : le SUP dans la région Centre. Photo : siège de la présidence de l’université (mai 2012).

SONY DSC14.783 électeurs étudiants à Orléans. Dans toute élection, les résultats doivent être rapportés à l’importance de la participation. 18,06%, soit un taux nettement supérieur à la moyenne nationale (mais un taux moins élevé qu’à Avignon). Le Mouvement des étudiants (MET), organisation proche de l’extrême-droite, est arrivé en 3ème position (384 voix et un siège). Pas de candidat de la Confédération étudiante () ; ce syndicat fondé en 2003, proche de la CFDT, est moribond ; il n’a plus d’élu au CNESER et plus de portail national.

Pas de mouvement étudiant important depuis le printemps 2012 et l’arrivée de la gauche au pouvoir. Pas d’échos dans les médias de l’appel de l’UNEF à manifester le 18 mars 2014 pour défendre leur service public, leur protection sociale et réclamer une véritable politique d’emploi pour les jeunes… L’UNEF rappelle au gouvernement qu’il est loin d’avoir concrétisé la priorité jeunesse. Il serait inacceptable qu’elle soit abandonnée au nom des objectifs comptables de réduction des dépenses publiques.

Réussite des étudiants : une loi, sans financement, ça ne marche pas ! En juillet dernier, le gouvernement a fait voter une loi sur l’enseignement supérieur qui fait de la réussite des étudiants une priorité. Faute de moyens, cette priorité ne se concrétise toujours pas sur le terrain. Les étudiants de premier cycle sont au contraire confrontés à des suppressions de cours, une baisse de leur encadrement et la mise en place de capacité d’accueil en première année.

Le contexte historique. L’UNEF a toujours obtenu, des gouvernements de droite comme de gauche, l’absence de sélection à l’entrée de la licence (et aussi du Master), le maintien de droits d’inscription peu élevés. Le 1er syndicat étudiant est-il prêt à engager des débats sans tabou sur ces points ? Sur le projet porté par Histoires d’universités : le combat du blog : créer des Instituts d’enseignement supérieur de 1er cycle (IES) ?

4 Commentaires

Classé dans C. Centre Val de Loire

4 réponses à “L’UNEF, les élections, la licence

  1. Ano Nyme

    Mouais mouais… l’UNEF ne bataille pas vraiment au CNESER et multiplie les sorties foireuses sur de nombreux sujets (allocation d’autonomie, ou encore pleins de sujets de politique générale qui n’ont aucun rapport avec l’ES).

    Pour moi c’est toujours le vivier du parti socialiste, un «syndicat apolitique» qui ne traite que de politique partisane…

  2. Pingback: L'UNEF, les élections, la licence | Ense...

  3. Robespierre

    Le MET proche de l’extrême-droâââte… Mais qui peut croire encore à vos conneries ?

  4. romain

    je partage assez l’opinion de Mr Ano nyme sur la « syndicratie » étudiante qui permet aux « non enarques  » (Monsieur Martinville i ils peuvent être aussi pitoyables que les autres…..) d’accéder aux fonctions ministérielles et electives..J’ai découvert à l’occasion d’un reportage sur les cadenas du pont des amoureux à Paris que Mr Bruno Jullliard apres avoir été membre de cabinet ministériel etait dorénavant adjoint au maire à Paris…