Charte de la désexcellence

Pourquoi une Charte de la désexcellence ? 12 pages… « Des critiques se font entendre depuis quelques années dans le monde académique. En France et en Belgique, notamment, sont apparus des mouvements indépendants qui dénoncent les dérives des pratiques actuelles dans la recherche et l’enseignement et appellent tant à un ralentissement – la Slow Science – qu’à un recentrage sur des valeurs favorisant l’émergence d’un travail de qualité : partage, désintéressement, honnêteté, plaisir. Plusieurs appels et pétitions ont été faits en ce sens, qui bénéficient du soutien de milliers de scientifiques à travers le monde. Partageant l’essentiel de leurs constats, nous les avons signés également et contribuons à les diffuser.

Il nous semble néanmoins que la sensibilisation, la discussion et la signature d’une pétition ne suffisent pas. Au-delà de la dénonciation, il est crucial de mesurer notre part de responsabilité dans l’adoption et le développement de l’idéologie de « l’Excellence ». Nous sommes tous susceptibles, à un moment ou l’autre, de servir de rouage à la machine managériale. En acceptant certaines réformes, en nous conformant à certaines injonctions – tout particulièrement celles qui concernent la mise en compétition des individus et les politiques d’évaluation –, nous devenons les acteurs de notre propre destruction.

Une façon d’en sortir est de nous transformer en transformant nos façons de faire »…

3 Commentaires

Classé dans Non classé

3 réponses à “Charte de la désexcellence

  1. Geetha Ganapathy-Doré

    Charte signée par J.-M. Decroly, C. Deligne, O. Gosselain, J.-J. Heirwegh, P. Lannoy, G. Lebeer, J. Moriau, V. Piette, A. Smith, M. Van Criekingen; affichée sur http://projetrelationnel.blogspot.fr/2013/04/actu-desexcellence-la-charte.html

  2. Martinville

    Le savoir doit viser l’excellence, mais lorsque les technocrates, énarques et autres bureaucrates soviétiques soumettent l’excellence à la raison managériale, tout est foutu… Oui, il faut entrer en résistance contre l’instrumentalisation du savoir.

  3. Pingback: Adhesión a la carta de la desexcelencia | Opinio Upc