Choisir notre Europe

Strasbourg, 21 mai 2014, meeting du Parti socialiste, du Parti des Radicaux de Gauche, du Parti Socialiste Européen en vue des élections européennes du dimanche 25 mai 2014 : album de 25 photos.

P1150334

Neuf députés à élire dans le Grand Est. Catherine Trautmann, députée européenne en deuxième position sur la liste derrière Édouard Martin, sauvera-t-elle son siège ? Sauver le soldat Trautmann, une figure européenne de premier plan ? Oui ! Choisir notre Europe, le site de la campagne. Catherine Trautmann et le Plan Campus de Strasbourg.

Les propositions affichées hier soir dans la salle de La Bourse. Imposons une nouvelle croissance. L’austérité de Bruxelles est une erreur. Soutenir la recherche et l’innovation. Pour l’égalité réelle entre hommes et femmes. Garantie jeunesse pour combattre le chômage des jeunes. Stop à la concurrence déloyale des travailleurs détachés. Mon candidat [pour la présidence de la Commission] est Martin Schulz.

P1150325Proposition n°7. Soutenir la recherche et l’innovation. Atteindre et dépasser l’objectif des 3% du PIB consacrés à la recherche et l’innovation.

Face à la crise, tout le monde s’accorde à dire que recherche et innovation sont les deux solutions de la reprise. Et pourtant, dès qu’il s’agit d’y mettre vraiment les moyens, l’enthousiasme est tout relatif ! En 2000, les Etats de l’Union s’étaient engagés à consacrer 3% de leur PIB à la recherche, et pour la plupart, ils en sont fort loin. Il ne s’agit plus de déplorer la « fuite des cerveaux » parce que les chercheurs seraient mieux traités ailleurs, de se lamenter sur l’attractivité moindre des structures de recherche européennes par rapport à d’autres pays, ou encore regretter que les PME innovantes peinent à se développer. Il faut désormais passer des paroles aux actes et allouer les crédits nécessaires à ce secteur-clé, pour se donner les moyens de nos ambitions. Les conservateurs, majoritaires au Parlement, à la Commission et au Conseil ont d’ores et déjà prouvé que cet objectif-là n’était pas le leur en s’opposant à notre proposition de relever substantiellement les crédits.

Nous voulons non seulement respecter l’objectif de 3 %, mais le dépasser pour permettre à la recherche et l’innovation de remplir pleinement leurs objectifs afin de relancer la croissance et l’emploi en Europe.

A droite sur la photo ci-dessous : Pierre Pribetich, professeur des universités à l’université de Bourgogne, en 3ème position sur la liste Choisir notre Europe.

Mais qu’attendent donc Geneviève Fioraso et Benoît Hamon pour mettre en œuvre en France la proposition n°7 de leur Parti pour les élections européennes ?

Pour aller plus loin : chroniques du blog sur la Recherche.

P1150318

2 Commentaires

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

2 réponses à “Choisir notre Europe

  1. Pingback: La Feuille de Chou | Le NPA de la région Est dans les élections européennes | Presse quotidienne radicale au capital illimité d'indignation. Ce qui n'est pas dans le Journal est dans la Feuille de Chou.

  2. romain

    le peuple va trancher et cette fois ci pas question de sale magouille dans son dos comme après le référendum de 2005