Frais de bouche des monarques

François Hollande a invité à déjeuner Benoît Hamon, Geneviève Fioraso, et cinq présidents, acquis à la cause des regroupements d’établissements et d’universités. Chronique du blog : Geneviève Fioraso sur son petit nuage.

Geneviève Fioraso a recruté des cuisiniers supplémentaires pour son Secrétariat d’État, installé dans l’ancienne École Polytechnique de la rue Descartes. 200 chroniques du blog sur la Secrétaire d’État.

Jean-Pierre Gougeon, recteur de l’Académie de Strasbourg. Ses réceptions et son style choquent. Chroniques du blog sur le recteur de Strasbourg.

Recevoir est une des charges de la fonction de Président, de Ministre, de Recteur : mais jusqu’à quel point ? Des lectrices et des lecteurs du blog estimeront que cette chronique verse dans le populisme. Ils changeront peut-être d’idée à la lecture de l’article de Rue 89 Strasbourg.

Jacques-Pierre Gougeon réquisitionne deux grandes et superbes salles de l’hôtel du Recteur pour y installer ses bureaux. Les salles Cassin et Véranda étaient jusqu’alors utilisées pour des réunions par les agents. Il leur reste une troisième salle de réunion, la salle Leclerc, mais pas entre midi et deux, et pas trop en début d’après-midi, le Recteur l’utilisant pour ses déjeuners…

Ces réceptions à répétition font jaser parmi les fonctionnaires de l’académie, qui doivent eux composer avec des restrictions budgétaires chaque année plus rudes…

Pas de notes de restaurant peut-être, mais une note auprès du lycée Alexandre Dumas d’Illkirch, avec lequel le rectorat a signé une convention pour la mise à disposition d’enseignants et d’élèves afin d’assurer le service et la cuisine des déjeuners à l’hôtel du Recteur. Pour le lycée professionnel, c’est un bon exercice pratique mais l’activité quotidienne du Recteur a généré une telle charge de travail que l’organisation du lycée hôtelier et de son restaurant d’application s’en est trouvée ébranlée…

2 Commentaires

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

2 réponses à “Frais de bouche des monarques

  1. Martinville

    Le pouvoir, la soupe, ils aiment tous ça, quand le contribuable paye. IL est vrai que Fioraso n’arrête pas de crier qu’elle a donné des moyens supplémentaires à l’Université… qu’ils s’en aillent tous !!!

  2. lannes

    Les frais « de bouche » faisaient l’objet d’une circulaire de 1992 qui a été abrogée en 2010. Depuis il n’y a pas de texte qui fixe les limites de ce type de dépense. Chaque responsable peut faire ce qu’il veut sans avoir à justifier de l’utilisation de fonds publics. Certaines dépenses de réception sont nécessaires dès lors qu’elles ont un caractère professionnel et un véritable intérêt pour l’organisme public mais ce n’est pas tout le temps le cas. Combien de repas pris entre collègues en fin d’année (et il y en a deux dans les universités par exemple) ? La réponse est souvent que cela ne représente pas grand chose sur un budget, individuellement non, additionné ce n’est pas le cas. D’autres dépenses qui ne peuvent être réalisées faute de moyens ne sont pas non plus importante en montant. Mais lesquelles sont les plus essentielles pour réaliser nos missions ? En période de réduction des moyens et des dépenses, les priorités ne sont pas forcément celles que l’on croit. Affichons les chiffres de ces dépenses (mais il y en a d’autres aussi) et justifions leur opportunité dans la réalisation de nos missions de service public.