La mauvaise foi d’un Président

Lettre du Président de l’université Paris 5 Descartes, Frédéric Dardel, aux membres du Conseil de la Faculté SHS – Sorbonne. Paris Descartes est membre de la COMUE Université Sorbonne Paris Cité.

SONY DSCSoit le président Dardel n’a pas lu ou n’a pas compris l’ampleur des changements entraînés par le passage d’un PRES à une COMUE, soit il est digne du 1er prix de la mauvaise foi et de la désinformation. Cette lettre, qui n’hésite pas à recourir au chantage et au mensonge, est indigne d’un Président.

Extraits de la lettre. Je pense qu’une partie des difficultés vient du fait qu’à mon sens, on ne devrait pas analyser la COMUE avec la grille de lecture dont nous avons l’habitude pour une université. C’est un regroupement d’établissements de nature confédérale, sans personnel enseignant-chercheur, BIATS ou composantes rattachés. Personnels et UFR restent dans les établissements, avec leurs conseils actuels et leurs prérogatives…

… Les composantes et les personnels restent rattachés aux établissements et leur mode de fonctionnement n’est pas changé par la COMUE. Les budgets, les carrières des personnels, les politiques de formation, de recherche… restent décidées par les instances de chaque établissement et localement dans chaque composante. USPC n’a pas vocation à se substituer aux établissements et les questions qu’il va traiter seront pour l’essentiel de nature différente, en particulier au travers d’actions complémentaires mobilisant des moyens idex dont il conserve la programmation…

La non-ratification des statuts par Paris Descartes aurait à ce stade des conséquences qui seraient à mon sens très sérieuses : non-signature du contrat quinquennal, perte des moyens Idex, perte des moyens du contrat lui-même, marginalisation de l’établissement, mise en péril des opérations de rénovation immobilière CPER remontées par USPC…

1 commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

Une réponse à “La mauvaise foi d’un Président

  1. Martinville

    La mauvaise foi est consubstantielle de la fonction présidentielle. Elle est devenue un mode de gouvernement. Exemple : le chômage baisse, la croissance revient, l’Université va bien, la France est une grande puissance, la SNCF marche bien, l’oppression fiscale ne frappe que les riches, le système scolaire est une réussite et la délinquance une vue de l’esprit, etc…. Pourquoi voulez-vous que les petits présidents (d’Université) n’utilisent pas des éléments de langage, comme le fait si bien le grand président (de la République). La COMUE ne changera rien… allons jusqu’au bout, si ça ne change rien, ce n’est pas la peine de faire des COMUE. Bah, l’enfumage est bien la marque de la période hollandaise que nous vivons.