Archives mensuelles : juillet 2014

Le SUP : l’exception française (2)

Suite de la chronique, Le SUP : l’exception française (1). Depuis 2009, ce blog combat pour une révolution du premier cycle de l’enseignement supérieur : regroupement des classes supérieures des lycées (CPGE, STS), des IUT et de la licence universitaire dans des établissements nouveaux – Instituts d’enseignement supérieur -, établissements publics disposant de l’autonomie statutaire, administrative, pédagogique et financière et associés, dans chaque grande région, à des universités, dédiées aux deuxième et troisième cycles de formation, à la recherche fondamentale et appliquée. Objectif : une quinzaine d’universités de recherche, issues de fusions entre universités, entre universités et établissements.

Cette révolution n’a jamais fait l’objet d’une analyse et d’une discussion approfondies par le Ministère, la CPU, les syndicats de personnels et étudiants, les médias. Jean-Yves Mérindol et Jean-René Cytermann ont utilisé un argument d’autorité pour la retoquer : « cela n’existe nulle part ailleurs ». Une exception française de plus, ça leur fait mal ? Je jette l’éponge et ne publierai plus de chroniques politiques sur l’actualité de l’enseignement supérieur… ou tout au moins pas avant le printemps de 2017. Le blog Histoires d’universités commencera une 4ème vie, le 4 août 2014.

Glossaire des exceptions françaises en matière de réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche. Glossaire inspiré par celui de Patrice Brun, ex-président de Bordeaux Montaigne, dans son livre à l’humour féroce et bienvenu : De la renonciation comme acte politique (pages 208 à 228). Les dix premiers éléments du glossaire, liés à l’actualité récente. Je compte sur les lectrices et lecteurs pour l’enrichir dans les semaines et mois à venir.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Le SUP : l’exception française (1)

L’enseignement supérieur et la recherche de France entrent dans une ère nouvelle : celle de regroupements à marche forcée, conduisant à la création de nouveaux établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP). Ils ne seront bientôt que 25 selon Les Échos. Cette féroce réduction du nombre ne s’est jamais vue dans le monde. Exception universitaire française.

Depuis le 16ème siècle, la France a toujours pratiqué l’exception pour contrecarrer le conservatisme universitaire. Ont été créés des établissements supérieurs en dehors des universités (Collège royal sous François 1er, École d’artillerie, École du génie militaire, puis École militaire, École des Ponts et Chaussées sous Louis XV, École des mines sous Louis XVI).

La révolution supprime les corporations, dont la corporation universitaire ; les universités sont fermées. Le paysage des Écoles d’ingénieurs est modifié (création en 1794 de la future École polytechnique).

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, F. 19ème et 20ème siècles

Bourgogne, Alsace, Lorraine…

Carte de la formation des États bourguignons (1363 à 1477), in La mort de Charles le Téméraire de Pierre Frédérix, carte reproduite par Gabrielle Claerr-Stamm dans Pierre de Hagenbach. Le destin tragique d’un chevalier sundgauvien au service de Charles le Téméraire, Société d’Histoire du Sundgau, 2004.

P1170006Les découpages territoriaux, en France et en Europe, ne sont pas immuables.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Bourgogne Franche-Comté, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), D. Allemagne, D. Europe (autres)

COMUE : le CNESER résiste !

LesEchos.fr, 21 juillet 2014, par Marie-Christine Corbier. Le gouvernement regroupe les universités en 25 grands ensembles« Dix-sept ont déjà déposé leurs statuts et trois ont envoyé des lettres d’intention détaillées, affirmait, en fin de semaine dernière, Geneviève Fioraso. « Pour ces dernières, concrétiser leur engagement écrit ne va pas être simple, en raison du débat sur la réforme territoriale », admet la secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la recherche, évoquant le cas de Centre – Limousin – Poitou-Charentes. Mais elle affirme que « l’économie de la connaissance transcendra [sic !) les difficultés« . Quel argument bizarre !

CNESER du 22 juillet 2014, communiqué du SNESUP. Seulement 4 statuts de COMUE présentés et 4 statuts rejetés. Le CNESER fait de la résistance ! Bravo le CNESER ! G. Fioraso passera-t-elle en force sachant que cet organisme n’est que consultatif. Courra-t-elle le risque de recours en contentieux auprès des Tribunaux administratifs ?

SONY DSC Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

+ 31.791 bacheliers pros !

31.791 bacheliers professionnels en plus en 2014 ! 190.188 admis contre 158.397 en 2013. Très forte progression du nombre de candidats (232.093 contre 201.618) et du taux de réussite (81,9% contre 78,6%). Source : Note 1.

Les bacheliers professionnels constituent désormais près du quart de l’ensemble des bacheliers (23,7% en 2014 contre 20% en 2013). Depuis deux ans, ils sont plus nombreux que les bacheliers technologiques (128.915 en 2014).

Leur taux de poursuite d’études dans l’enseignement supérieur progresse, boosté par la réforme du bac pro (réforme Darcos mise en œuvre à la rentrée 2009 : préparation en 3 ans au lieu de 4). Ils seront plus nombreux à poursuivre des études que le nombre total de places offertes en 1ère année de BTS (de l’ordre de 125.000) !

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Paris Lumières à la soviétique

Suite de la chronique : COMUE : scrutins inquiétants. 11 juillet 2014, le Conseil d’administration de Paris Lumières (Paris 8 et Paris 10) a voté les statuts de la COMUE : 19 pour, 2 contre. Statuts, version soumise au Comité technique. Toutes les chroniques sur Paris Lumières.

19 à 2. Ce score à la soviétique ne traduit pas les réticences, voire l’hostilité à la COMUE, exprimées dans les scrutins des instances de niveau inférieur. Les CA des universités Paris 8 (le vendredi 4 juillet) et Paris Ouest Nanterre (le lundi 7 juillet) ont approuvé les statuts d’une éventuelle COMUE Université Paris Lumières. Le premier des deux l’a fait à une majorité massive (21 voix contre 5 et une abstention) ; le second a approuvé lesdits statuts de très peu (14 voix pour, 12 contre, 2 abstentions).

SONY DSC Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France

COMUE : scrutins inquiétants

CNESER de la semaine prochaine oblige : plusieurs votes sur les statuts des COMUE, regroupements à marche forcée par Geneviève Fioraso & Consorts.

Trois étapes successives pour le vote des statuts : consultation du Comité technique, délibération des CA des établissements membres, délibération finale par le CA des COMUE ex-PRES. Les administrateurs de la COMUE, élus ou désignés en 2012 avant la loi ESR de juillet 2013, n’ont pas reçu mandat de leurs électeurs pour le vote de statuts créant un nouvel établissement public.

Les comités techniques (représentants des personnels enseignants et BIATSS) ont souvent été hostiles aux COMUE. Les CA des établissements membres de la COMUE ont été plutôt favorables (avec des majorités quelquefois étroites). Les CA des COMUE ont été enthousiastes (scores à « la soviétique »).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans C. Bourgogne Franche-Comté

COMUE : FAGE et « progrès social »

Julien Blanchet, président de la FAGE, interviewé par l’AEF le 19 juin 2014 : COMUE, arrêtons d’avoir peur de tout. « Dans dix ans, les Comue seront les universités d’aujourd’hui avec une mise en mouvement de notre enseignement supérieur, mettant l’université au cœur de notre société et intégrant les écoles et instituts tout en préservant leurs spécificités. Ce sera un progrès social pour les jeunes, garant de l’égalité des chances !« .

Il est donc probable que les représentants de la FAGE au CNESER de la semaine prochaine votent en faveur des statuts des COMUE. Combien de statuts soumis au vote ? Le délai prescrit par la loi ESR de juillet 2013 sera-t-il respecté par une majorité de COMUE en gestation ?

La FAGE est pro-COMUE sous certaines conditions.

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

4 contrats de sites franciliens

Les quatre premiers contrats de site, s’inscrivant dans le cadre de la loi ESR, ont été signés le 17 juillet 2014 : Paris Lumières, Paris Sciences et Lettres, Sorbonne Universités, Sorbonne Paris Cité. Communiqué du Secrétariat d’État.

SONY DSCGeneviève Fioraso est très heureuse et le fait savoir chaque jour. Et pourtant…

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

heSam : ferme-toi !

Site de la chronique : Le PRES HESAM en 2010. Site de heSam université (avec une seule majuscule située au cœur de l’acronyme !). 15 membres fondateurs dont une seule université, Paris 1 Panthéon Sorbonne.

PRES ingouvernable en 2010, PRES ingouvernable en 2014. Le Conseil d’administration d’heSam ne votera pas les statuts de la COMUE dans les temps prescrits par la loi ESR de juillet 2013. Les établissements parties prenantes n’arrivent pas à se mettre d’accord. Le PRES HESAM n’a pas été le sésame de l’excellence. Il faut oser dire : heSam, ferme-toi !

Des syndicats des personnels et l’UNEF de Paris 1 en ont assez. Ils ont publié le 15 juillet 2014 un communiqué intersyndical : Comué Hésam, pour quoi faire ? Un regroupement anti-démocratique élaboré dans le culte du secret.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Ile-de-France