IA et Campus : du levier au frein

Nouvelles difficultés financières pour les Établissements d’enseignement supérieur et les Grands organismes… Graves menaces sur les financements des Investissements d’Avenir et des opérations du Plan Campus. Du levier au frein.

Un effet levier qui marche. Exemple (album de 6 photos) : extension et réaménagement de l’Institut de Biologie Moléculaire des Plantes (IBMP), campus de l’Esplanade, Strasbourg. Maître d’ouvrage, le CNRS. Six financeurs pour ce projet : le CNRS, l’Union Européenne (FEDER), le MENESR, la Région Alsace, le Conseil général du Bas-Rhin, la Ville de Strasbourg. L’investissement du CNRS a servi de « levier », réussissant à organiser et à mobiliser cinq autres partenaires financiers.

P1190342

Ce type de levier financier bat de plus en plus de l’aile. L’État n’attribue qu’une partie des financements ; pour atteindre le financement global, les établissements bénéficiaires doivent mobiliser un autofinancement et des contributions des différentes collectivités territoriales.

1. De moins en moins d’universités sont en capacité d’autofinancer des investissements, les fonds de roulement de certaines avoisinant des montants proches de zéro.

2. S’y ajoutent désormais les difficultés financières des collectivités territoriales. La discussion budgétaire en cours au Parlement aboutira à une baisse significative des dotations de l’État aux collectivités. Manuel Valls, à peine nommé en avril 2014, s’était engagé à réduire ces dotations de 11 milliards d’euros durant la période 2015-2017.

Des présidents sont donc de plus en plus inquiets : les crédits des Contrats de Plan État-Région (CPER) pour 2015-2020 vont être en forte baisse, les collectivités territoriales étant dès lors obligées de se désengager ou de retarder certains investissements pour l’immobilier du SUP et pour la recherche. Après le désengagement de l’État, le désengagement des Collectivités territoriales !

Des milliards d’euros sont en jeu. Et, pendant ce temps-là, Najat Vallaud-Belkcem et Geneviève Fioraso affirment, avec fierté, qu’elles ont réussi à augmenter le budget de la Mission pour la recherche et l’enseignement supérieur (MIRES) de 60 millions d’euros en 2015. Peu gourmande, la CPU revendique 200 millions de plus. De qui se moque-t-on ?

L’enseignement supérieur n’est plus du tout une priorité ! Toutes et tous doivent se mobiliser pour les revendications des Sciences en marche.

Pour aller plus loin. 83 chroniques du blog sur le Plan Campus. L’effet levier pour les opérations du Plan campus de l’université de Strasbourg : communiqué du MESR du 16 septembre 2010 ; chronique du blog, 20 septembre 2010.

P1190341

Commentaires fermés sur IA et Campus : du levier au frein

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Sciences

Les commentaires sont fermés.