Coup de tabac sur l’insertion

Geneviève Fioraso sera à Strasbourg vendredi 3 octobre pour animer une table ronde sur l’insertion. Toutes et tous attendent d’elle un langage de vérité. L’entrée des diplômés du supérieur sur le marché du travail, les premiers mois et premières années de leur trajectoire professionnelle connaissent un coup de tabac.

Coup de tabac pour les diplômés 2010, enquêtés par le CEREQ fin 2013 : Sorties du SUP : quel gâchis ! Coup de tabac pour les plus haut diplômés 2013 (bac+5 et plus), enquêtés par l’APEC à la fin du printemps 2014. Étude  de l’APEC, jeunes diplômés 2014.

Infos Le Monde. « Les jeunes les plus diplômés peinent, eux aussi, à entrer dans le monde du travail : au printemps, un tiers de la promotion 2013 n’avait toujours pas décroché un premier emploi, selon l’enquête annuelle de l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) ».

« Moins d’un an après leur sortie de l’enseignement supérieur, 37 % des diplômés 2013 de niveau bac + 5 et plus étaient toujours sans emploi, 29 % n’avaient pas encore signé le moindre contrat. Les 63 % restants étaient en emploi, un niveau stable par rapport aux diplômés 2012. Ce taux d’emploi, en fort recul par rapport aux promotions 2010 (72 %) et 2011 (70 %), est proche du plus bas niveau (60 %) enregistré au début de la crise par les diplômés 2009″.

« Ce taux d’emploi n’est pas bon, certes, mais il reste très supérieur à celui des autres jeunes », nuance le directeur général de l’APEC, Jean-Marie Marx, pour qui « le diplôme reste un passeport pour l’emploi ». Il attribue ce « mauvais résultat à « la situation économique », rappelant que « les jeunes diplômés en 2013 sont arrivés sur le marché du travail fin 2013 et début 2014 dans un contexte de croissance quasi nulle ». Cette morosité pourrait perdurer, selon M. Marx : « Il y a fort à parier que la promo 2014 se retrouve dans les mêmes eaux en termes d’insertion. » L’étude de l’APEC relève tout de même un motif de satisfaction : parmi les jeunes diplômés ayant un emploi, la part des CDI atteint 59 %, son plus haut niveau depuis 2008. En 2009, cette proportion était descendue à 46 % ».

Mauvais résultat liés à la mauvaise situation économique ? Oui, mais c’est quand même bien plus compliqué que cela. 168 chroniques du blog sur l’insertion.

4 Commentaires

Classé dans Non classé

4 réponses à “Coup de tabac sur l’insertion

  1. Ludovic Lechner

    Bonjour. Où est il possible de trouver plus d’information sur cette table ronde ? Merci d’avance.

  2. PiWi

    Vous avez oublié de citer les statistiques de l’UNEF collectées via une enquête auprès de ces adhérents …

    Vous nous aviez habitué à un peu plus de rigueur scientifique dans l’exposé des méthodologies utilisées pour ces enquêtes ad-hoc.

    Après tout, qu’importe l’enquêteur pourvu qu’on ait l’ivresse des statistiques à commenter

  3. @piwi. Ne dites-pas n’importe quoi sous le couvert de l’anonymat. La méthodologie de l’enquête APEC est exposée dans son étude page 7 : faites l’effort d’aller la lire. Critiquer les études annuelles de l’Association pour l’emploi des cadres, organisation paritaire historique, est navrant. Par ailleurs, ayez au moins la courtoisie de faire le lien Web vers l’enquête de l’UNEF : les lecteurs pourront ainsi en analyser la méthodologie et les résultats..

  4. Pingback: Entreprises et carrières » Blog Archive » Mauvais temps sur l’insertion professionnelle des Jeunes Diplomés et relations entreprises