L’échec de G. Fioraso est patent !

Deux missions officielles, mises en place ces jours-ci, vont questionner l’échec patent de Geneviève Fioraso, un an et demi après la promulgation de la Loi sur l’Enseignement Supérieur et la Recherche.

Mission 1. Imaginer une nouvelle filière professionnelle pour les bacheliers professionnels (communiqué du MENESR, 19 décembre 2014). Geneviève Fioraso, secrétaire d’État en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a confié une mission à Christian Lerminiaux, ancien président de la conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI), ancien directeur de l’Université de technologie de Troyes (UTT).

Objet de la mission. Elle vise à examiner les conditions de mise en place d’une filière professionnelle post-bac offrant un parcours spécifique et adapté aux bacheliers professionnels. Cette nouvelle filière doit leur permettre d’accéder à un diplôme de niveau III jusqu’à des formations plus longues, grâce à des passerelles vers les masters ou écoles d’ingénieurs. Cette voie nouvelle aurait également vocation à accueillir des bacs pros déjà engagés dans la vie active et voulant compléter ou améliorer leurs qualifications et compétences.

Le n’importe nawak de l’illisibilité des formations post-bac continue. La faute d’abord à Geneviève Fioraso : lesdites mesures « bac-3 à bac+3 » de sa mauvais petite loi ESR de juillet 2013 sont restées Lettre morte. Mais elle se plaît à poser des cataplasmes – voire des nanotechnologies – sur des jambes de bois. Quand donc sera-t-elle poussée à la démission ?

La faute également à Chistian Lerminiaux. Pourquoi a-t-il accepté une mission dont le rapport sera rangé dans les placards de la Montagne Sainte-Geneviève ? Parce qu’il a absolument besoin d’avoir une « place » ? Rappel d’une histoire pas si lointaine (début 2009). Alors directeur de l’UTT, Christian Lerminiaux était l’homme qui n’aimait pas le PRES avec l’université de Reims Champagne-Ardenne. Aujourd’hui, l’UTT se COMUise avec l’URCA !

La FAGE se fâche : la création une nouvelle filière professionnelle est l’aveu d’échec de la priorisation des bacheliers technologiques vers les IUT et des bacheliers professionnels vers les BTS consacrée avec la loi ESR. Communiqué de la FAGE.

Mission 2. Mission d’information de la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale sur les liens entre le lycée et l’enseignement supérieur : faire le point sur le défaut d’articulation entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur et les voies et moyens permettant d’assurer un véritable continuum de formation entre le « bac-3 à bac+3 »,  celui-ci étant désormais prévu par la loi ESR.

Ces deux missions vont sûrement échouer : le défi est en effet de refonder totalement l’ensemble du premier cycle de l’enseignement supérieur : le combat du blog en 166 chroniques.

Pour aller plus loin : chroniques du blog sur les bacheliers professionnels, sur la loi ESR.

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2 réponses à “L’échec de G. Fioraso est patent !

  1. LB

    le choc de simplification …une couche de plus, après les COMUES qui sont des coquilles vides mais les dirigeants souhaitent « piquer » le personnel administratif des instituts universitaires de technologie qui sont des systèmes qui fonctionnent bien donc ce n’est pas normal pour la CPU car le credo pour eux est uniquement la médiocrité….les bas fonds vont être atteints ….vu le budget du sup je ne vois comment œuvrer avec cette nouvelle filière à moins de prendre sur le faible budget des autres filières….enfin je ne suis plus en capacité financière de réparer le matériel expérimental dans mes travaux pratiques au sein de mon iut…je ne sais s’il faut rire ou pleurer….c’est simplement catastrophique….mais on nous parlera encore et toujours du MIT, de Caltech ….néanmoins il faut également accepter des quotas d’élèves du niveau d’une classe de troisième…comme beaucoup de collègues dorénant c’est l’abandon et nos bras sont baissés

  2. Samuel BLIMAN

    On pourrait penser que ces « merveilleux » bureaucrates sont frappés de pertes de mémoires. Ayant mis en place dés 1991, un test sur les matières du bac, un mois avant la rentrée (maths, physique-chimie, anglais, français) en 1er Cycle « sciences », nous avions une vue des potentiels de réussites et d’échecs. Puis voyant arriver un nombre non négligeable de bacheliers professionnels, puis plus loin des titulaires de BTS, on a mis en place dès 1994, un cycle Licence, Maitrise de « Maintenance Industrielle » et présenté un dossier de demande du titre d’ingénieur auprès de la commission du titre d’ingénieur. Les deux formations ont été agréées. La formation Ingénieur existe toujours, destinée au même type de public. La « réformite aigüe » ayant saisi toutes les instances, exit Licence, Maitrise…Tout cela à Marne la Vallée. Alors tous ces discours ronflants, ces réformettes non appliquées ou perdues dans des discussions vaines et en « plus » les budgets ESR pris en variable d’ajustement, on en est, 20 après, à disserter sur des sujets connus. Il est temps, me semble-t-il, par delà les « textes » pour les E.C. de chercher et « imaginer » comme on a pu le faire, sans tapage médiatique, les types de cursus utiles et permettant la réussite de ceux sur lesquels on « daube ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.