Personnalités du CA : godillots

Suite et fin des chroniques sur les élections universitaires à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Les administrateurs, membres du CA au titre des personnalités extérieures, sont-elles des « godillots » ?

SONY DSCInformation en page d’accueil du site de l’université. Le 19 décembre 2014, à l’occasion de la première réunion de la nouvelle mandature, le Conseil d’Administration de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 a élu M. Carle Bonnafous-Murat, professeur des universités à la Présidence de l’université. Les candidats étaient Mr Carle Bonafous-Murat et Mme Catherine Naugrette. La majorité absolue était de 19 voix (pour 36 membres au CA), et sur 34 suffrages exprimés, Mr Carle Bonafous-Murat a recueilli 21 voix au premier tour contre 7 pour Mme Catherine Naugrette et 6 bulletins blancs. Il succède à Mme Marie-Christine Lemardeley, Présidente de la Sorbonne Nouvelle de 2008 à 2014. CV du nouveau président.

Huit personnalités extérieures dans ce CA. Étaient-elles toutes présentes (deux administrateurs étaient absents ou n’ont pas donné de procuration de vote lors de l’élection du président) ? Certaines ont-elles voté blanc (6 bulletins blancs) ? Combien ont voté Carle Bonnafous-Murat ?

Selon mon expérience d’élu au CA dans 3 universités différentes et selon mes recherches sur la gouvernance des universités, les personnalités extérieures du CA ont les comportements majoritaires suivants : absence au CA (sauf quand elles sont « rameutées » personnellement par le président), peu d’interventions dans les débats ou prises de parole qui démontrent leur méconnaissance des dossiers, votes systématiques en faveur des propositions du président. Bref, elles se comportent comme des godillots.

Voici comment, lors du CA 10 décembre 2014, ont été « désignées » 5 des 8 personnalités extérieures du CA de Sorbonne Nouvelle. Pour chaque siège à pourvoir, un candidat était soutenu par les administrateurs majoritaires, un candidat par les administrateurs de l’opposition. La majorité du CA a fait passer, sans vergogne, ses 5 candidats. Elle n’a pas eu la décence, la courtoisie d’offrir un ou deux sièges sur cinq à l’opposition.

P1250195Communiqué de Catherine Naugrette (21 décembre 2014). Au sortir des élections, le jeu restait ouvert même s’il était très contraint. Tout dépendait à la fois des étudiants et des personnalités extérieures. Or, les étudiants de l’UNEF s’étant ralliés à l’autre liste, il nous a été impossible, malgré cette (unique) fois l’appui de la CGT, de faire passer un seul des candidats que nous soutenions, et pourtant pas des moindres (la proviseure du lycée de Sèvres, le rédacteur en chef de la revue Europe, le directeur d’un grand cabinet d’architecture…). Tout était ainsi plié d’avance et, à l’issue de cette première réunion du 10 décembre, sans avoir même pu discuter de tous les dossiers, les jeux étaient faits : le rapport de forces établi en notre défaveur. Lire la suite…

La présidence de Carle Bonnafous-Murat commence donc par une faute politique : non-respect de l’opposition, prise de possession hégémonique de l’instance délibérative de la démocratie universitaire. Rappelons en effet que, dans les 2 collèges enseignants pour le CA, la liste qui a soutenu, avec l’appui du SGEN-CFDT, le nouveau président a obtenu 239 voix contre 231 à la liste Naugrette et à la liste CGT (l’élu de la CGT a voté blanc lors de l’élection du président).

5 des 8 personnalités extérieures doivent leur désignation au CA à la majorité présidentielle de Sorbonne Nouvelle. Raison de plus pour se comporter comme des godillots !

3 Commentaires

Classé dans C. Ile-de-France

3 réponses à “Personnalités du CA : godillots

  1. Samuel BLIMAN

    Reste une question: qu’en ont elles à faire de participer au CA les personnalités extèrieures? En réalité rien.

  2. Julien B.

    Dans la continuité du commentaire de Samuel, il s’agit effectivement d’une erreur conceptuelle de base : croire qu’une instance de gouvernance judicieuse serait un panaché de « compétences ». Dans la pratique, seule la représentation d’intérêts en garantit la dynamique, et l’équilibre de ces intérêts la justesse des décisions…

  3. David G.

    Dans combien de CA d’universités les personnalités extérieures sont régulièrement absentes mais présentes les jours de votes importants (présidence, budget) et permettent par leur vote de faire basculer un vote positif dans le sens voulu par la présidence, contre l’expression des autres élus ? Une belle enquête à faire, même si les résultats ne vont pas être très probants pour la démocratie universitaire…