Vauban, 30 ans en 1663

Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban (1er mai 1633 – 30 mars 1707). Vauban, 30 ans en 1663. Quatrième chronique biographique d’un genre nouveau : qu’ont-ils/elles fait entre 20 et 30 ans (formation et premières années professionnelles) ? Chroniques précédentes : Fénelon, 30 ans en 1681 ; Gustave Courbet, 30 ans en 1849 ; Marlène Dumas, 30 ans en 1983.

Sources pour les citations de cette chronique : Wikipédia ; Bertrand Pujo, Vauban, Albin Michel, 1994.

1633. Naissance à Saint-Léger-de-Foucheret (Morvan). Famille de petite noblesse nivernaise. Propriétaire de forêts (vente de bois de construction, conduit par rivières vers Paris, l’Océan). C’est parmi les paysans que Sébastien a mesuré l’âpreté de la vie et c’est eux sans doute qui lui ont transmis le goût de la terre : toute sa vie, il s’appliquera, avec persévérance, à se constituer un domaine, lopin par lopin…

Sculpture contemporaine représentant Vauban. Quiz : où est-elle ?

P1340775Vauban vit toute son enfance dans une ambiance de guerre (en 1635, la France entre dans la guerre de Trente Ans). Morvan, région de marches régulièrement pillée, région de villes fortifiées.

1643-1650, la formation. Leçons données par le curé du village, puis par un membre de la famille, l’abbé de Fontaine, au prieuré de Montréal (à 6 lieues de son village de naissance). Humanités : latin, grammaire, auteurs antiques… « Une assez bonne teinture de mathématiques et de fortification ». « Celle-ci était couramment enseignée dans les collèges comme une application de la géométrie. Les italiens avaient révolutionné, au XVIème siècle, l’art de la fortification en y introduisant des formes géométriques. Il fallait dès lors posséder quelques notions de mathématiques pour pouvoir calculer des angles et des niveaux et être en mesure de discuter savamment de flanquements et de systèmes bastionnés ».

1648 (15 ans), fin de la guerre de Trente ans. Les Espagnols battus à Lens. Traités de Westphalie. L’Alsace – sauf Strasbourg – devient française. Garnisons sur la rive droite du Rhin (Breisach et Fribourg).

Vauban sait bien qu’étant de petite noblesse et sans fortune, n’ayant pas vocation à être d’Église ni de goût pour être robin, son destin est d’être un soldat. Il est impatient d’action. A cette époque, on entrait jeune dans le métier des armes ; Turenne n’avait que quinze ans quand il prit du service, La Rochefoucauld était soldat à treize ans… Condé commandait en chef à vingt-et un an.

1651 (18 ans), le Frondeur. Sébastien le Prestre se fait désormais appeler Vauban quand il entre comme cadet dans le régiment d’infanterie du prince de Condé… Celui-ci n’est pas appelé à remplacer Mazarin ; il rejoint la Fronde, traite en secret avec les Espagnols. 1652 (19 ans). Vauban est impliqué dans le siège de Sainte-Menehould (confection de logements de mines). Dans son Abrégé des services, il signale qu’il a été félicité par les officiers du prince pour avoir traversé l’Aisne à la nage sous le feu des ennemis. Il est promu maistre (sous-officier) dans le régiment de Condé cavalerie. Il refuse un poste d’officier car il n’a pas les moyens de faire face à cette charge.

De 1653 à 1659, Vauban participe à 14 sièges et est blessé plusieurs fois. Il perfectionne la défense des villes et dirige lui-même de nombreux sièges.

1653 (20 ans), Vauban change de camp. Il passe au service de Mazarin (donc du Roi). Il est nommé lieutenant au régiment d’infanterie de Bourgogne… Sainte-Menehould tombe en novembre ; Vauban est chargé de remettre la fortification en état.

Sièges auxquels Vauban a participé dans le Nord (croix pour ceux avant 1659)

P13503911654 (21 ans). Sièges et promotions. Louis XIV sacré à Reims. Dans les années qui suivent, placé sous la tutelle du chevalier de Clerville, Vauban sert en Champagne et participe à de nombreux sièges : notamment Stenay. Au lendemain de ce siège, il est promu capitaine (ce qui lui vaut une solde de 50 livres, que lui verse chaque mois le trésorier des fortifications au titre de sa fonction d’ingénieur ordinaire), puis il participe au secours d’Arras (août), au siège de Clermont-en-Argonne (novembre).

1655 (22 ans), Ingénieur militaire. Prise de Landrecies. Les talents de Vauban sont reconnus et le 3 mai, il devient Ingénieur militaire responsable des fortifications.

1656 (23 ans), La liberté de ton. Vauban participe au siège de Valenciennes (juin-juillet), qui voit l’affrontement des troupes de Turenne (pour le roi) et de Condé (pour les Espagnols). Vauban, blessé au début du siège, porte un jugement sévère sur cette opération. C’est, pour lui, une des opérations les plus mal dirigées (par Monsieur de la Ferté) auxquelles il ait participé. Il reçoit une compagnie dans le régiment du maréchal de La Ferté.

1657 (24 ans). Vauban est à Mardyck en septembre.

1658 (25 ans). A Gravelines au cours de l’été, puis à Oudenarde, où il a été fait prisonnier, libéré sur parole, puis échangé. Il est enfin à Ypres, en octobre, sous les ordres de Turenne. La ville est rapidement enlevée. Mazarin le gracieusa fort, lui donna une honnête gratification, et le flatta de l’espoir d’une lieutenance aux gardes. Cette promotion se fera attendre. Il ne sera nommé lieutenant aux gardes que dix ans plus tard, en 1668.

1659 (26 ans), Un moment de paix. Les victoires sur les Espagnols en Flandres vont permettre la paix des Pyrénées le 8 novembre. Objectif de Louis XIV : à l’Est, frontière sur le Rhin ; au Nord, contrôler les Pays-Bas espagnols.

1660 (27 ans). Le mariage. Vauban a vingt-sept ans. Un congé d’un an lui permet de rentrer au pays pour épouser le 25 mars, une petite parente, Jeanne d’Osnay, fille de Claude, baron d’Epiry. Elle a 20 ans. Le jeune couple s’installe dans le château d’Epiry.

1661-1662 (28 et 29 ans), Démantèlement de la place forte de Nancy (album photos à venir). À peine marié depuis deux mois, Vauban est rappelé par le service du capitaine d’une compagnie entretenue dans la garnison de Nancy pour procéder au démantèlement de la place forte rendue au duc de Lorraine, après la paix des Pyrénées.

Le Roi lui donne une compagnie dans le régiment de Picardie (parmi les dix vieux régiments de France) : c’est un beau cadeau car Vauban pourrait revendre ce régiment.

1663-1664 (30 et 31 ans). Le mauvais coup de Brisach : ci-dessous, extrait du livre Vauban, opus cité. Brisach : faire, défaire et refaire, selon que la place forte sur la rive droite du Rhin est ou n’est plus française. Vauban dut ainsi refaire et gagner le siège de Brisach en 1703 (à l’âge de 70 ans). Il y a d’ailleurs désormais deux Brisach après le traité de Ryswick en 1697 : Vieux Brisach (sur la rive droite), Neuf-Brisach (sur la rive gauche), citadelle construite ex nihilo entre 1698 et 1702. Album de photos à Vieux-Brisach à venir.

P1350392La France en 1663 en Europe.

Quelques éléments de synthèse

La formation. Dans cette période, il n’y a pas encore d’école de Génie militaire; on apprend sur le tas en étant l’adjoint d’un maître. L’école de génie militaire ne fut créée qu’en 1748, à Mézières.

Le métier. Ingénieur, architecte militaire, urbaniste, ingénieur hydraulicien et essayiste français. Expert en poliorcétique (c’est-à-dire en l’art d’organiser l’attaque ou la défense lors du siège d’une ville, d’un lieu ou d’une place forte).

La nature des travaux. Conduite des travaux de sape ou de mine, puis réparation des forteresses. En temps de guerre la fonction d’ingénieur était très meurtrière ; Vauban, blessé plus d’une douzaine de fois.

Le rythme de vie. Missions de reconnaissances et de sièges au cours de la belle saison, travaux de démolition ou de construction pendant le reste de l’année.

La mobilité sociale. La carrière de Vauban au sein du métier d’ingénieur en fortification fut très rapide. Mais il n’était que de petite noblesse : il ne fut nommé Maréchal de France qu’en 1703, à l’âge de 70 ans (quatre ans avant sa mort, en1707). La mobilité professionnelle ne fut que tardivement suivie par une mobilité sociale ! A vrai dire, sa grande liberté de ton et son projet de dîme royale (1695-1697) lui portèrent un préjudice social et moral.

P1340790

Commentaires fermés sur Vauban, 30 ans en 1663

Classé dans AA. Histoire 18ème siècle, AF. Histoire 16-17èmes siècles, BF. Quiz, C. Bourgogne Franche-Comté, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), E. Ingénierie, Architecture

Les commentaires sont fermés.