La Physique en Congrès

Société Française de Physique depuis 1873. Celle-ci tient son 23ème Congrès général à Strasbourg (programme). Conférence grand public, Peut-on détecter un graviton ? jeudi 27 août, 18 heures  Les missions de la SFP.

P1370148Ouverture du congrès (24 août 2015) : album de 31 photos.

P1360990Pierre Gilliot (IPCMS Strasbourg), à gauche sur la photo. 3oo inscrits au congrès, 3000 adhérents à la SFP, 30 à 50.000 personnes exercent un métier en relation directe avec la physique, un métier dans l’enseignement supérieur, dans un grand organisme, dans une entreprise. Il faut fédérer davantage cette communauté, la mobiliser pour garantir son influence et ses moyens.

Alain Beretz, président de l’université de Strasbourg (3ème à partir de la droite). Depuis sa réunification au 1er janvier 2009, l’université est redevenue pleinement pluridisciplinaire, la 1ère en France. Renforcer cette pluridisciplinarité avec le CNRS et l’INSERM. Pluridisciplinarité avec la chimie, la biologie… Force et dynamisme des composantes de physique de l’université, reconnus au plan mondial et européen dans les classements, par des prix (Thomas Ebbesen lauréat du prix Kavli en nanosciences). Vers un Campus européen Rhin Supérieur, une région à forte densité de recherche. Une volonté de valorisation : l’année internationale de la lumière. Une implication dans la société : la Maison pour la science.

Alain Fontaine, président de la SFP, Institut Neel Grenoble (2ème à partir de la droite). Intervention au moment de son élection à la tête de la SFP en octobre 2014. La SFP doit insister et ré-insister sur l’importance de la physique dans la société : un emploi dans la physique génère plus de 2 emplois. Deux prises de position récentes. 1. La dénonciation de la réforme de l’enseignement de la science : « c’est une catastrophe ». Le 15 à 20.000 bacheliers S qui chaque année se lanceront dans des parcours de formation vers la recherche ne seront plus au niveau nécessaire. 2. Oui, la physique est une science ouverte, mais il faut dénoncer les comportements de prédation des éditeurs majeurs ; il faudra bientôt payer pour publier, ce n’est pas admissible ! Il faut lutter contre la prégnance et l’effet pervers des indicateurs : publish or perish ; les éditeurs en profitent. Une autre prise de position : communiqué sur le doctorat.

P1360995Robert Herrmann, président de Strasbourg Eurométropole (à droite sur la photo). Fruit de sa longue histoire, Strasbourg possède une université intra-muros et c’est une chance. Dans une période d’argent plus rare, l’exécutif de l’Eurométropole a pourtant décidé de faire de la recherche et de la formation supérieure une priorité majeure, d’utiliser le contrat triennal avec l’État dans cette perspective.

Bart Van Tiggelen, directeur adjoint scientifique à l’Institut de physique du CNRS. 15.000 physiciens titulaires (enseignants-chercheurs, chercheurs et ingénieurs au CNRS, au CEA…) ; 40.000 emplois en France. Un problème important : le morcellement des sociétés savantes en physique et leur faible nombre d’adhérents (bien moins qu’en Allemagne). Il faut faire se rapprocher ces sociétés sous une forme ou sous une autre (fusion ou société chapeau). La physique doit rester au cœur de l’interdisciplinarité avec la chimie, l’optique, la biologie…

Commentaires fermés sur La Physique en Congrès

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Mobilité internationale, E. Sciences

Les commentaires sont fermés.