Enterrer le rapport STRANES

Pour une société apprenante. Propositions pour une stratégie nationale de l’enseignement supérieur (STRANES), par Sophie Béjean et Bertrand Monthubert, 8 septembre 2015, 260 pages. Deux premières impressions : déception et colère. Il faut tout de suite oublier ce rapport.

Voilà plus d’un an que le rapport d’étape de la STRANES est sur la table. Avoir attendu une année pour préconiser le statu quo en matière de droits d’inscription et pour ne pas résoudre la question de la sélection à l’entrée de la Licence et du Master, c’est soit faire preuve d’une grande faiblesse politique, soit viser délibérément la mort des universités publiques au profit des établissements privés à but lucratif ou privés à vocation dite d’intérêt général.

P1370812

Quelques propositions parmi les 40 du rapport.

Accès en licence. « Mettre en œuvre pleinement la priorité d’accès aux IUT pour les bacheliers technologiques et aux STS pour les bacheliers professionnels, expérimenter puis généraliser la mise en place de conseils d’orientation post-secondaire pour éclairer les étudiants sur leurs choix et leur donner accès à une formation ou un parcours adaptés à leurs capacités et leur projet. L’accès en Licence universitaire sera automatique pour les bacheliers généraux et après avis pour les autres bacheliers. Dans tous les cas, proposer une place dans les filières publiques de l’enseignement supérieur à l’issue du conseil d’orientation post-secondaire, avec si nécessaire le passage par une passerelle et/ou un parcours adapté« .

Accès en master. Pour « sécuriser les parcours de formation à l’université », il est proposé de « favoriser l’insertion professionnelle après la Licence en développant les licences professionnelles articulées avec les parcours des licences générales, et d’assumer le Master comme un diplôme en deux ans en supprimant la sélection entre le M1 et le M2 et, après concertation, en mettant en place, pour les formations en tension, un dispositif de régulation au bénéfice de la réussite étudiante dans des formations de qualité ». Horrible proposition qui instaure des masters à deux vitesses : masters de qualité (avec capacité d’accueil et sélection), masters de faible niveau pour tous les recalés aux masters de qualité

Droits d’inscription : 5 pages consacrés aux arguments pour et contre et une conclusion en forme d’argument d’autorité : « augmenter les droits d’inscription conduirait à une large remise en cause de notre modèle social et serait contraire aux objectifs d’élévation des qualifications ».

« Il est donc nécessaire de revoir nos instruments fiscaux pour atténuer ces effets anti-redistributifs, travail qui devra être mené dans le cadre du chantier de la remise à plat des aides aux étudiants, et devra notamment comporter une réflexion sur l’opportunité du maintien de la demi part fiscale ». Supprimer la demi-part fiscale ? Serpent de mer ! Ce serait politiquement suicidaire ! La réforme de l’ensemble des aides aux étudiants ne serait possible qu’à la Saint Glinglin.

P1370813Pour faire patienter le petit peuple, les deux auteurs du rapport proposent donc de « procéder à un rattrapage des efforts budgétaires pour l’enseignement supérieur par rapport à ceux consentis à l’enseignement secondaire, ainsi qu’à un rattrapage en faveur des filières de formation les moins bien dotées, notamment en SHS » (proposition 40, photo ci-dessus).

Il est possible de calculer le coût de ce rattrapage. Un étudiant universitaire coûte 3.250 euros de moins qu’un étudiant de CPGE ou de BTS (indicateur 10.5 des RERS 2015). L’État finançant 80% de la dépense étudiante, il faudrait qu’il injecte 2,4 milliards d’euros supplémentaires dans le budget pour que les 921.000 étudiants de licence soient autant financés que les élèves de CPGE et BTS.

Conclusion : les rapporteurs se moquent de notre pays ! Ils savent très bien que le rattrapage n’aura jamais lieu. Par contre, la diminution de la dépense par élève de CPGE et de BTS a commencé. L’égalisation de la dépense se ferait donc non par le haut, mais par le bas.

5 Commentaires

Classé dans Non classé

5 réponses à “Enterrer le rapport STRANES

  1. Coiffard

    Comment garantir à un nouveau bachelier général l’accès au cursus universitaire de son choix, trop souvent saturé ? Et comment du même coup relancer le taux de réussite dans ces cursus ? Réponse d’un Candide : en étalonnant le barème non plus en fonction de l’objectif politicien d’un taux de réussite de 80%, mais en fonction de critères transparents et stables sur les niveaux de connaissance et la maîtrise des processus.
    Autrement dit, construire la « société apprenante », est-ce bien l’affaire de l’université ou plutôt celle de l’école primaire ?

  2. Samuel BLIMAN

    On serait porté à croire que ce « rapport » bien « tempéré » vise à ne pas déplaire à l’électeur. calendrier des elèctions oblige!
    Rattrapage budgétaire jolie promesse: mais en cinquante ans de réformes , à raison d’une tous les cinq ans, y en a-t-il eu un ?
    Engagement à conduire au succès 60% d’une classe de bacheliers à la licence, pourquoi pas, nous serions les « champions du monde » et en plus nos plombiers et électriciens iraient confirmer leur savoir professionnel à bac+3 ou 4.

  3. Claude Patriat

    Stranes in the night… La baudruche accouche d’une cerise.

  4. Bourdin

    Pour moi la plus caractéristique des propositions est la suivante : « Cela fait maintenant plusieurs décennies qu’on autorise les calculatrices dans les examens ; l’étape suivante est d’autoriser – comme au Danemark par exemple – les ordinateurs avec accès total à internet. Cette étape est inéluctable, anticipons­ la afin de permettre le déploiement d’une formation adaptée au monde qui nous entoure »
    Je résume ainsi : « Pour 100% de réussite aux examens, autorisons tous les moyens de communication ! »
    Internet n’est pas seulement une grande bibliothèque, c’est surtout un moyen de communication or l’évaluation individuelle est incompatible avec l’ouverture des canaux de communication. Sinon, laissons, au moins, les étudiants discuter ensemble pendant les examens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s