ANR, taux de succès : < 10%

Sylvestre Huet, Sciences², Libération, 16 septembre 2015, L’ANR, le ministre et les démissionnaires.

Pluie de démissions à l’Agence nationale de la recherche. Des scientifiques, parfois engagés depuis plusieurs années dans les comités spécialisés de l’Agence nationale de la recherche et qui sélectionnent les projets à financer, jettent l’éponge. Et annoncent, plus ou moins publiquement, qu’ils quittent ces comités, où ils font un tri de plus en plus vain, faute de crédits à distribuer.

Ainsi, une lettre d’adieu à l’ANR écrite par Patrick Petitjean, de l’Institut d’Astrophysique de Paris, le président du comité de Physique sub-atomique, Science de l’Univers, Structure et histoire de la Terre, circule sur le net, sur twitter, et atterrit dans les boites à courriels des chercheurs. On y lit, à propos de « la sélection ANR 2015 en Sciences de l’Univers. Seulement 5 projets collaboratifs et 3 projets jeunes chercheurs ont été acceptés cette année pour, respectivement, 60 et 33 projets déposés. Le taux de succès est donc entre 8 et 9% ».

Lire la suite…

3 Commentaires

Classé dans E. Sciences

3 réponses à “ANR, taux de succès : < 10%

  1. Serge

    Tenté et recalé en 2015 au 1er tour ; Projet collaboratif avec une entreprise internationale comme sponsor qui prend en charge plus de la moitié des coûts, avec 2 embauches prévus (PhD), trois labos de recherche, dont 1 CNRS A+ et un organisme public régional de l’innovation. Avec le recul, sur le fond je comprends sincèrement que le projet ait été recalé (de peu). Par contre sur la forme, les commentaires des évaluateurs anonymes ont été d’une impertinence, comment dirais-je, assassine et ciblée anti entreprise privée, dixit un verbatim « l’entreprise partenaire veut utiliser l’argent public comme pompe à fric ». Transmettre ces commentaires aux partenaires du projet a été délicate. Donc comme le dit le titre du film de James Bond… « Jamais plus jamais ». Cela n’a néanmoins pas empêché ce projet collaboratif d’être toujours à l’ordre du jour.

  2. Alain Quemin, université Paris-8

    L’ANR est une vaste imposture « scientifique ». J’ai déjà été recalé à plusieurs reprises et j’ai, à chaque fois demandé mes rapports : du grand Guignol. Mes notes allaient presque à chaque fois de la plus élevée à la plus basse sur pratiquement tous les critères !!!!! A ce niveau, ce n’est plus de l’évaluation scientifique, c’est de la théorie des jeux. Seulement voilà, il y a des collègues qui ont des planques à l’ANR, qui savent parfaitement que les évaluations sont de la stricte bureaucratie et n’ont rien de scientifique, mais ils tiennent à leur planque, dont l’immense majorité se tait alors qu’elle est parfaitement placée pour savoir que le mode de fonctionnement de l’ANR est inacceptable. Pour autant que l’on ait un peu d’éthique.

    • Serge

      Je me sens beaucoup moins seul ; merci Alain ! Entre temps l’article de libération a fait son petit tour dans le privé (non non je n’ai pas eu besoin d’en faire la promo). Réactions entre incompréhension de ce système et fou rire.