STRANES et le suivi de cohorte

2ème chronique sur les perles contenues dans le rapport STRANES (Stratégie Nationale pour l’Enseignement Supérieur) : Pour une société apprenante.

Tout finit par arriver ! Les auteurs du rapport STRANES ont fait une découverte importante : le suivi de cohorte est une outil statistique performant, pour suivre année après année une population d’entrants dans l’enseignement supérieur.

P1380158Ce que les auteurs oublient, c’est que le suivi de cohorte (ou panel) n’est pas inconnu des statisticiens du Ministère de l’éducation et de l’enseignement supérieur. Une Note d’information récente est issue d’un tel suivi : Les bacheliers 2008 entrés dans l’enseignement supérieur : où en sont-ils la cinquième année ? Christophe Jaggers, DEPP, Note d’information, n°15, juillet 2015. Lectrices et lecteurs, vous avez bien lu : il s’agit de la cohorte des bacheliers 2008 !!! Bien des pseudo-réformes du 1er cycle ont, depuis, coulé sous les ponts.

Ignorant l’existence d’un tel outil en  France, les STRANESiens n’ont pas pu exiger le lancement, chaque année, du suivi des bacheliers néo-entrants dans le supérieur. C’est évidemment une opération couteuse en temps et en argent, mais il faut savoir ce que l’on veut ! Piloter mieux l’ESR (« permettre de meilleures prises de décision ») ou continuer à voler en aveugle ?

Commentaires fermés sur STRANES et le suivi de cohorte

Classé dans Non classé

Les commentaires sont fermés.