Stage en Licence : quel intérêt ?

Ce matin, 2ème cours d’Histoire de l’Art sur le Roman. L’enseignante consacre les 10 premières minutes de son cours au stage obligatoire en 2ème année de licence, stage d’un minimum de deux semaines dans une organisation culturelle (un musée par exemple). Pour ce stage court, une convention doit être signée et un rapport d’une dizaine de pages rédigé.

P1380620L’enjeu : 3 crédits ECTS (sur un total de 30 en 2ème année), au terme d’une triple évaluation (auto-évaluation par l’étudiant,  évaluation par le tuteur/ entreprise, et par l’enseignant encadrant). Que de paperasserie et de temps perdu par les uns et par les autres pour un stage dont l’enseignante ne tente même pas de rappeler l’éventuel objectif pédagogique : « le stage, ce n’est pas nous ; c’est une directive ministérielle ». Pas de question des étudiants sur l’intérêt d’un tel stage !

En 2009-2010 et dans l’ensemble de la France, le nombre de stages était quasiment nul en première année de licence (3% des étudiants), faible en deuxième année (11%) et encore modeste en 3ème année (30%). En 2011, le Comité de suivi de la licence s’interrogeait sur les stages en licence générale : « le caractère obligatoire du stage se heurte à la capacité du monde académique et socioéconomique à accueillir les stagiaires ». L’arrêté Wauquiez d’août 2011 n’a pas rendu le stage obligatoire.

Impact de l’arrêté Wauquiez sur le nombre de stages en licence ? Le Figaro du 5 mai 2012 : « depuis le 1er août 2011 et la dernière réforme de la licence, un frémissement se fait cependant sentir. Les universités ont la faculté de « rendre obligatoires » les stages dans leur cursus de licence ».

Ce frémissement semble avoir fait long feu : ci-dessous les données pour l’année 2012-2013 (Source RERS 2015).

P1380621P1380622Évolution de la réglementation sur les stages.

Loi n° 2014-788 du 10 juillet 2014 tendant au développement, à l’encadrement des stages et à l’amélioration du statut des stagiaires.

Décret d’application de la loi, novembre 2014 : des avancées importantes pour les stagiaires.

Avis négatif du CNESER sur le projet de décret concernant l’encadrement des stagiaires, septembre 2015. « Celui-ci limite le nombre de stagiaires à 15 % de l’effectif pour les entreprises de 20 salariés et plus et à 3 stagiaires pour celles de moins de 20 salariés. Il prévoit également que chaque tuteur ne puisse pas encadrer plus de trois stagiaires ».

1 commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Une réponse à “Stage en Licence : quel intérêt ?

  1. Laurent Dané

    Quand on voit un pareil article, rédigé par un représentant (que j’espère minoritaire) du corps enseignant de l’université, on comprend la difficulté de l’université à intégrer ses étudiants dans le monde du travail. Non monsieur, tous les stages dans le monde du travail sont utiles, de la troisième au doctorat. Quand je parle de monde du travail, je parle des organismes qui procureront plus tard un salaire à vos étudiants : administrations, musées, établissements scolaires, laboratoires de recherche et entreprises. Oui bien sur, si le stage dure 15 jours en licence il n’a aucun intérêt. Un vrai stage c’est au moins deux mois. Et dans le secteur des entreprises où j’ai encadré pas mal de stagiaires, les stages ont une valeur équivalente au diplôme. Et il ne s’agit pas de faire un seul stage mais une série cohérente de stages au cours de la formation. La formation permet d’obtenir un stage qui permet d’obtenir ensuite un emploi. Sans stage une formation restera incomplète.
    Et puis si on reste basique, un stage permet avant tout de savoir si on aimera un travail et si le marché est porteur dans ce domaine. Combien d’étudiants auraient gagné à côtoyer le plus tôt possible en situation d’enseignement, les ados qui seront leurs futurs élèves. Au lieu de cela certains risquent de se laisser conduire à un métier qu’ils pourraient ne pas aimer, parce que si différent de leurs études.
    Quand à l’argument de la limitation du nombre de stagiaires dans les entreprises, cité en fin d’article, cette limitation à 15% de l’effectif semble bien normale. Si on fait deux ans cumulés de stage dans sa vie cela correspond à 2/40 soit seulement 5% des effectifs comme stagiaires.