Baisse des salaires en Master

De plus en plus de diplômés à bac+5 : 187.326 diplômes délivrés en 2013 (masters, écoles d’ingénieurs, écoles de commerce et de management).

Les entreprises l’ont compris : la concurrence entre les diplômés permet de tirer les salaires à la baisse. L’indicateur de salaire retenu dans les enquêtes (INSEE, CEREQ, Observatoires universitaires) est le salaire mensuel net médian (50% gagnent plus, 50% gagnent moins). Trois exemples : salaires au 1 décembre 2014 des diplômés de master 2012.

Enquête de l’université de Marne-la-Vallée

P1380694P1380693

Enquête de l’Université de Lille III Sciences Humaines et Sociales

P1380692P1380691P1380690Enquête de l’Université Savoie Mont-Blanc

P1380695P1380696

2 Commentaires

Classé dans C. Hauts-de-France (Nord Pas-de-Calais Picardie), C. Ile-de-France, C. Rhône-Alpes Auvergne

2 réponses à “Baisse des salaires en Master

  1. Erwann

    Que dire des Masters LEA, Traduction Scientifique et Technique (TST) payés au SMIG pour un travail exigeant demandant compétences, rigueur, connaissances et rapidité (pour tenir les objectifs journaliers) ?
    Les 1’733 € de salaire médian sont tout simplement inaccessibles !!!

  2. SR

    1733 euros net par mois, c’est bien peu mais c’est plus que le premier salaire d’un maitre de conférences qui, sans aucune reprise d’ancienneté (ATER ou autre) gagnera 1725 euros net par mois…

    http://caillaud.blogspot.fr/2009/11/salaire-et-traitement-des-enseignants.html

    (c’est aussi plus que le SMIC mensuel net : 1140 euros – et le SMIG n’existe plus depuis 1970 ;-))

    Bref, il faut vraiment croire en ce qu’on fait pour s’engager dans une thèse, la terminer, obtenir une qualif, faire un ou deux contrats post doc et (peut être…) obtenir un poste pour gagner moins que votre collègue qui s’est arrêté à bac+5…