Art roman en Pays d’Aunis

Art roman en Pays d’Aunis : Notre-Dame de l’Assomption à Surgères (17). Extérieur : album de 42 photos. Intérieur (nef, transept, chœur, chevet, crypte) : album de 19 photos.

P1380868

Fondation in Monuments romans de la Région Poitou-Charentes. « C’est à Hugues et Pétronille Maingot, seigneurs de Surgères au nom du comte de Poitiers, que l’on attribue traditionnellement la fondation de l’église Notre-Dame dans le second quart du 11e siècle. L’église est donnée quelques années plus tard à l’abbaye de la Trinité de Vendôme. Elle doit sa réputation à son imposante façade du 12e siècle qui se développe sur 27 mètres de longueur. Le haut clocher octogonal, qui s’élève à la croisée du transept, est aussi un des éléments marquants de l’édifice. Constitué d’un seul niveau, il est orné de fines colonnes qui encadrent des baies particulièrement hautes et étroites ».

J’ai été le plus intéressé et convaincu par l’analyse du site ageroman.org : elle est complète, précise, pédagogique (liens directs entre textes et photos, liens vers la définition des termes techniques).

Un extrait de cette présentation : il est consacré aux deux chevaliers du niveau supérieur de la façade.

P1380848

Le niveau supérieur de la façade a été restauré au XIXe siècle par l’architecte Lisch. Il respecte l’ordonnance du premier niveau avec, toutefois, quelques nuances : une grande arcature à gauche et, de chaque côté de la fenêtre d’axe, des travées plates surmontées de niche en plein-cintre. La fenêtre centrale est moderne et remplace une baie flamboyante du XVIe siècle. De part et d’autre, dans les niches, des cavaliers se font face et dominent les reliefs des arcatures du rez-de-chaussée. Le cavalier au sud est relativement bien conservé. Dans une pose naturelle, l’homme à cheval foule un vaincu : le cheval avance et le manteau du cavalier flotte au vent.

Le thème du cavalier aux façades des églises est propre à la région Poitou-Charentes. Leur signification a donné lieu à de nombreuses interprétations : Constantin, Charlemagne, seigneur local ou réplique en pierre de la statue équestre en bronze (autrefois doré) de Marc-Aurèle au Capitole à Rome selon certains historiens. En effet, comme à Rome où le cheval de l’empereur foule les ennemis vaincus, on distingue ici, sous le pas de l’animal, un personnage étendu qui serait une représentation symbolique du paganisme (à Melle comme à Surgères).

Un extrait comportant des liens vers des définitions, des photos.

Une partie du décor sculpté a été remplacée au XIXe siècle. Néanmoins, les chapiteaux du rez-de-chaussée, les métopes et les modillons des deux corniches constituent un ensemble de grande qualité dans la lignée des sculptures de Saint-Jean de Montierneuf à Poitiers.

Parmi les chapiteaux, on remarque celui aux deux éléphants affrontés proche de celui du musée de Poitiers, provenant de Montierneuf, ou de celui de l’église Saint-Pierre d’Aulnay, mais aussi des chapiteaux aux griffons affrontés, aux chimères, aux lions tous finement ciselés.

P1380898

Autres sites pour aller plus loin. Église Notre-Dame de l’Assomption : Wikipédia, Églises en Charente-Maritime (très nombreuses photos), Glossaire des conventions et symboles dans les sculptures saintongeaises du XIème siècle. Et aussi Inventaire patrimonial de Surgères (datant de 2007).

P1380949

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s