L’Ososphère en son Jardin d’Hiver

Du 12 au 15 novembre 2015, Parc de l’université de Strasbourg, Un éphémère et artistique Jardin d’Hiver sur le Campus central de l’Esplanade. Album de 46 photos, prises le 12 novembre entre 16 et 17 heures.

P1400482Le programme complet. « Née en 1998, l’Ososphère propose un programme d’actions autour des cultures numériques et du renouvellement de la forme de la ville : nuits électroniques, croisières sonores, parcours artistiques dans la ville, dispositifs d’architectures éphémères. Elle se déploie dans le temps et dans l’espace, accompagnant la trajectoire de Strasbourg à la fois dans son déplacement vers l’est et dans son évolution par rapport aux enjeux de l’époque. Pour sa 16e édition, elle habite le campus de l’Esplanade ».

Parmi les œuvres exposées (certaines dans les containers rouges du Port autonome de Strasbourg), un coup de cœur pour trois d’entre elles.

Anarchitecture de la Faculté de droit par Olivier Ratsi. « Son travail d’anarchitecture n’est pas seulement travail de photographe de talent fragmentant graphiquement un paysage urbain. C’est un travail de plasticien qui exprime picturalement un avènement de la modernité, entre son utopie et son cauchemar. Dans ces images de l’urbain, s’établit un rapport inattendu du sol au ciel ; de la pesanteur du construit, à la déstructuration de l’image par les vides, puis à la destruction des volumes par leur prolifération. On y voit que la ville produit de la ville en continu. Les anarchitectures soulignent la destruction que recèle tout processus de création et donc l’évolution de tout paysage urbain. De toute ville ».

P1400508Walking Cube par 1024 Architecture. « The WALKING Cube is an erratic structure, a simple cube brought to life by a series of mechanical agitations. When animated, it becomes a basic shape turned animal. Performing with twerks and tweaks, it grows and it shrinks, it folds and kinks. The WALKING Cube is the result of a collaborative research exploring physical movement. With the use of air-powered mechanics a composition of diverse transformations is prepared and executed with brutal force. It us a demonstration presenting the chaotic possibilities in the deconstruction of a common and minimal form ».

P1400520Utopia par Jennifer Caubet. « La sculpture Utopia réalisée en inox est à la fois modulaire et rotative, à mi-chemin entre un repère géodésique et un vaisseau spatial. Implantée dans le paysage, elle devient, grâce à sa fonction d’antenne, le vecteur d’une plate-forme virtuelle et se pose comme une interface entre territoire réel et territoire virtuel. Elle accueille en son “cœur” la technologie nécessaire à son déploiement. Autonome en énergie, elle émet dans le territoire son propre réseau wi-fi ».

P1400542Lire également l’article de Catherine Merckling, Rue89 Strasbourg, L’Ososphère prend ses quartiers d’hiver.

1 commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie

Une réponse à “L’Ososphère en son Jardin d’Hiver

  1. Federmann Georges Yoram

    Kat onoma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s