Fernando Botero, 30 ans en 1962

Suite des chroniques : qu’ont-elles/ils fait durant leurs 30 premières années ? Fernando Botero est né en 1932 à Medellin en Colombie. Il se consacre à la peinture dès l’âge de 14 ans. 19 ans : une première exposition, à Bogota. 20 ans : voyage à Madrid, Barcelone et Paris. 21 à 22 ans : formation à Florence en Italie. 28 ans : exposition au Musée Solomon R. Guggenheim et installation à New-York. Aujourd’hui, à l’âge de 83 ans, Botero vit à Paris, New-York, Montecarlo et Pietrosanto (Italie).

Les 30 premières années. Cliquer sur les photos pour les agrandir

P1400993Le Musée Würth à Erstein (67) présente, jusqu’au 15 mai 2016, une sélection d’œuvres du peintre. Album de 57 photos. Dans l’exposition, une seule œuvre peinte avant l’âge de 30 ans.

P14100131961 (29 ans) : les souffrances de la sœur Angelica

Présentation de l’exposition. C’est suite à l’abandon de sa formation dans une école taurine colombienne que le jeune Fernando Botero s’oriente vers la peinture et le dessin à la fin des années 1940. La décennie suivante sera marquée par des séjours d’étude à Madrid, Paris et Florence, durant lesquels il copie sans relâche les grands maîtres de la peinture espagnole et de la Renaissance italienne. Il trouve dans les peintures et les fresques de Fra Angelico, Pierro della Francesca, Uccello ou encore Raphaël, des aspects qu’il intégrera dans ses recherches artistiques : une régularité des formes épurées et simplifiées, le rôle central joué par la figure humaine dans la composition, une représentation presque statique des personnages.

Un tournant décisif intervient en 1956 avec Nature morte à la mandoline : Botero découvre l’importance de communiquer le volume de l’objet et n’hésite pas à lui donner un caractère monumental. Dès lors, son style unique se révèle dans des formes rondes et généreuses, ses personnages acquièrent une volupté toute baroque et ses natures mortes aux fruits surdimensionnés une extravagante opulence.

P14100101966 (34 ans). La fête nationale

L’exposition aborde différentes thématiques chères à l’artiste : la tauromachie, le cirque, l’Amérique Latine, la nature morte ou les références à l’histoire de l’art. Dans toutes ses œuvres, le comique, voire la satire, le dispute à la tristesse. La sérénité apparente qui s’en dégage est fragile et souvent empreinte d’une signification sociale et culturelle.

P14100031967 (35 ans). Le massacre des innocents

Fernando Botero in Wikipédia. Des dizaines d’œuvres dans une vidéo de Hugues Pénot (4’37) ; elle comprend d’autres œuvres réalisées avant l’âge de 30 ans.

Commentaires fermés sur Fernando Botero, 30 ans en 1962

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, F. 19ème et 20ème siècles

Les commentaires sont fermés.