Les BIATSS contre la fusion

Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM), résultats des élections aux conseils centraux (8 décembre 2015). Ci-dessous les résultats pour le Conseil d’administration (cliquer sur les photos pour les agrandir). Gilles Roussel a gagné et a perdu : il sera réélu pour un second mandat ; il continuera ainsi à négocier la fusion avec Paris-Est Créteil, mais contre la volonté de plus des deux tiers des personnels BIATSS de son université.

Dans les deux collèges enseignants-chercheurs, la participation a été bonne (76,4% dans le collège A des professeurs ; 68,83% dans le collège B des maîtres de conférences). Les listes Ensemble pour une université en mouvement (profession de foi) l’ont largement emporté (5 sièges sur 6 dans le collège A et 4 sur 6 dans le collège B). Les listes d’opposition, Se donner une autre direction pour l’UPEM (profession de foi), n’obtiennent que 3 sièges.

Copie de P1410260Ensemble pour une université en mouvement soutient la réélection de Gilles Roussel, ainsi que la fusion avec Paris-Est Créteil. Lors des élections précédentes (6 décembre 2011), l’écart de voix entre les listes Roussel et l’opposition était moins important (chronique : Imbroglio à Marne-la-Vallée). Succès pour le président en fonction et recul de l’opposition.

Aux élections précédentes, il n’y avait qu’une liste dans le collège C, celui des BIATSS. Deux listes, cette fois-ci. Participation élevée au scrutin : 80,73%. Large victoire de la liste Contre la fusion et pour une université démocratique (250 voix et 3 sièges sur 4) – profession de foi. Un siège pour la liste UPEM, vers notre avenirprofession de_foi.

P1410260P1410261

Comme il y a 4 ans, on observe que, dans l’ensemble des collèges A, B, C, le nombre de voix favorables à la réélection de Gilles Roussel est inférieur au nombre de voix opposées à un second mandat. Dans le mode de scrutin (celui de la loi ESR de 2013, comme celui de la loi LRU de 2007), un enseignant a plus de poids électoral qu’un BIATSS.

Résultat du scrutin chez les étudiants : faible participation (10,13%) ; UNEF et Associations étudiantes obtiennent deux des quatre sièges (moins 1 par rapport à 2011).

Les jeux sont faits. Gilles Roussel sera réélu président de l’UPEM par une large majorité des administrateurs (ses élus au CA coopteront en effet des personnalités extérieures alliées). Mais victoire au goût amer : les personnels administratifs et techniques (BIATSS) demeurent majoritairement hostiles à sa politique de fusion.

A suivre : les élections à Paris-Est Créteil, début février 2016.

Pour aller plus loin : toutes les chroniques du blog sur Paris-Est Marne-la-Vallée.

Commentaires fermés sur Les BIATSS contre la fusion

Classé dans C. Ile-de-France

Les commentaires sont fermés.