Il faut boycotter le CNESER

Trop, c’est trop ! Ce gouvernement méprise de plus en plus les instances consultatives nationales de l’enseignement supérieur. Il n’en fait plus qu’à sa tête et réduit d’année en année les dotations aux universités, la dépense par étudiant. Sans vergogne, il fait voter par les parlementaires un projet de loi de finances insincère, tout en sachant qu’il a bien l’intention de piquer des crédits en cours d’année (trois décrets pour annuler 467 millions d’euros).

Les membres du CNESER n’ont jamais été aussi nombreux pour rejeter la répartition des moyens aux établissements d’enseignement supérieur : 63 voix contre, trois pour et quatre abstentions lors de la session du CNESER du 17/12/2015 (selon News Tank Education). Le montant global de la subvention pour charge de service public pour l’ensemble des établissements du programme 150 « Formation supérieures et recherche universitaire » en s’élève à 11,82 Md€. Il se décompose en 10,57 Md€ de masse salariale, 1,32 Md€ de budget de fonctionnement et 70,7 M€ de mise en réserve.

Il faut désormais boycotter les sessions du CNESER et crier haut et fort que le gouvernement socialiste assassine la démocratie représentative et participative. La Conférence des Présidents d’Université devrait donner l’exemple et proposer le boycott à tous les membres du CNESER. Hélène Pauliat, présidente de Limoges, a tenu au CNESER ce discours sur l’allocation des moyens et les 1000 emplois 2016. La CPU est affligée !

Pas de compensation du GVT en 2016. En revanche, la CPU regrette très fortement qu’en 2016 il n’y ait pas de compensation du GVT. Depuis 2010, la CPU se bat pour faire reconnaitre d’une part que le GVT solde n’est pas à zéro et d’autre part qu’il ne peut être imputable en totalité aux universités. Bien au contraire, le GVT dépend en grande partie de décisions prises par l’Etat. La CPU conteste l’affirmation du ministère selon laquelle les universités peuvent maîtriser leur GVT quelques années après leur passage aux RCE.

Une réserve de précaution doublée par rapport à 2013-2014. En 2013 et 2014, la réserve de précaution était de 30 M€. La CPU s’est élevée vivement contre son doublement en 2015, à hauteur de 68 M€, qui ne devait être que conjoncturel. Aussi, la CPU déplore vivement que la réserve de précaution 2016 ne soit pas diminuée de moitié pour revenir aux 30 M€ de 2013 et 2014, et qu’elle s’élève à 68,965M€ en légère augmentation même par rapport à celle de 2015 (qui était de 68,087M€). En outre, la CPU constate que si, par le passé, une partie, voire la totalité, de la réserve de précaution a été dégelée en fin de gestion, c’est maintenant une partie de plus en plus faible qui est dégelée (moins de 20 % en 2015).

Un budget qui ne couvre ni les dépenses liées à l’augmentation du nombre d’étudiants ni les contraintes qui pèsent de plus en plus sur les universités. La situation financière des universités s’aggrave d’année en année : le budget attribué en 2016 ne couvrira ni les dépenses liées à l’augmentation du nombre d’étudiants, ni les contraintes qui pèsent sur les universités, notamment les dépenses qui s’imposent pour assurer la sécurité des étudiants et des personnels dans le contexte actuel, ni le coût supplémentaire induit par le nouveau régime indemnitaire RIFSEEP, ni celui de l’accessibilité des bâtiments.

Aussi, la CPU trouve absolument inacceptable que l’on choisisse ce moment pour charger encore les universités en triplant le montant de la cotisation qu’elles doivent verser au FIPHFP.

Pour aller plus loin : toutes les chroniques du blog sur le CNESER. Lire aussi : La FAGE durcit le ton.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s