Cathédrale romane de Bitonto

Art roman dans les Pouilles : la cathédrale de Bitonto (album de 59 photos, mai 2014). Cliquer sur les photos ci-dessous pour les agrandir.

Copie de P1410676

Source 1. Wikipédia. La cathédrale, dédiée à saint Valentin, a été le siège de l’évêché depuis sa création au VIIIe siècle jusqu’en 1818.

Les restes d’une église paléochrétienne, qui précède de quelques siècles de la création de l’évêché, ont été découverts sous le bâtiment actuel. Dans la crypte, se trouve la mosaïque d’un griffon, un vestige des bâtiments précédents (église paléochrétienne, villa romaine, tour), découverts dans la campagne de fouilles à partir de 1991.

L’église actuelle est un édifice roman des XIe et XIIe siècles, influencé par la Basilique San Nicolas de Bari (chronique à venir). L’intérieur possède une nef et deux bas-côtés.

La façade ouest est divisée en trois parties et a trois portails (celui du centre est sculpté de motifs végétaux et de scènes de l’Ancien Testament), avec quatre fenêtres à meneaux et une rosace flanquée de sculptures d’animaux supportée par des petites colonnes. Sur la façade méridionale, de hautes arcades supportent une galerie de loggia à colonnettes ornées de chapiteaux.

Le tympan du portail central. Source 2. Antonio Castellano, Michele Muschitielle, La cathédrale de Bitonto, Édition de la paroisse, non daté, page 9. La lunette centrale du tympan présente des personnages de l’Ancien et du Nouveau testament. La scène représente l’Anastasis, c’est-dire la victoire contre les puissances de l’enfer. Selon Felice Moretti, au centre il y a la figure du Sauveur et, sur chaque côté, il y a trois personnages : le Christ qui se dirige vers Adam et le saisit par le poignet pendant qu’il serre dans sa main gauche une croix à double traverse ; derrière Adam avec la barbe et les cheveux longs, suit Eve avec les mains appuyées aux hanches de son mari. Immédiatement derrière, Seth, un jeune imberbe, avec la main gauche levée et la main droite sur la poitrine. Les personnages du côté opposé : le roi David avec la couronne sur la tête et la main gauche qui appuie sur la harpe, Jean-Baptiste et le roi Salomon lui aussi couronné.

P1140648L’ambon. Source 3. Stupormundi. L’ambon est une des pièces les plus célèbres de la sculpture des Pouilles, non seulement pour la préciosité archaïsante des gravures , des entrelacs, des jours, mais aussi à cause de l’inscription placée sous le lutrin (HOC OPUS FECIT NICOLAUS/ SACERDOS ET MAGISTER ANNO MILLESIMO/DUCENTESIMO VICESIMO/ NONO I[N] DICTIONIS SECUNDE) qui indique à l’histoire le nom de l’artisan (le Prêtre Nicolas lui-même qui signa sur la fondation du campanile de la cathédrale de Trani) et la date de l’exécution (1229).

P1140553Cet intérêt pour l’ambon provient de la présence d’une plaque triangulaire insérée dans le garde fou de l’escalier, encadrée d’une bande décorée d’incrustations, qui montre une scène énigmatique sculptée en bas-reliefs : là se trouvent quatre personnages en position frontale, encadrés sous une file de petits arcs, l’un est assis et trois sont debout, et un oiseau empanaché (peut-être un aigle) en marge en bas à droite.

Traditionnellement on les identifie comme des membres de la famille souabe, les personnages pourraient bien représenter (en partant de la figure assise à gauche) Frédéric I Barberousse dans l’acte de transmettre le sceptre à Henri VI, et ensuite Frédéric II et son fils Conrad, une sorte de célébration de la dynastie.

P1140560Cependant, si la figure assise était féminine (comme il le semblerait à en juger par la coiffure et par le type de couronne), il pourrait s’agir directement de la personnification de la ville de Bitonto à laquelle l’empereur Frédéric, le personnage couronné au centre de la composition, enverrait un messager remettre le sceptre, symbole de sa condition de ville royale, et de cette façon placée sous l’autorité exclusive du roi.

Pour aller plus loin. L’art roman apulien ; Portail et chapiteaux de Bitonto.

Commentaires fermés sur Cathédrale romane de Bitonto

Classé dans AE. Histoire médiévale, AI. Art médiéval et moderne, D. Italie

Les commentaires sont fermés.