Pierre et Paul sur le tympan

Suite des chroniques sur les édifices religieux romans en Alsace : Saints-Pierre-et-Paul de Sigolsheim (Haut-Rhin) : album de 35 photos.

P1400362

Histoire. Le domaine de Sigolsheim est confirmé par des chartes impériales de Charlemagne et de Louis le Pieux comme provenant d’une donation du duc Adalric. La chronique d’Ebersmunster mentionne que sainte Richarde est venue à Ebersmunster pour donner des biens à l’abbaye dont divers biens à Kintzheim, pour compenser les dîmes qui avaient été enlevées de force au prieuré Saint-Maurice de Sigolsheim.

Selon l’évêque Henri II de Thun, le pape Léon IX aurait consacré la chapelle Saint-Maurice de la cour de Sigolsheim. Il aurait exempté cette chapelle de la juridiction épiscopale des évêques de Bâle et l’aurait dispensée de leur verser la dîme. Dès 1183, le pape Lucius confirma toutes les possessions de l’abbaye d’Ebersmunster à Sigolsheim (in Wikipédia).

L’église romane de la deuxième moitié du 12ème siècle a été construite sur le site d’un édifice carolingien. Elle fut remaniée et agrandie au 19ème siècle mais, à la suite des destructions entraînées par les combats de l’hiver 1944, elle fut reconstituée dans son état de l’époque romane (in Tourisme d’Alsace).

Le portail de la façade occidentale concentre toute la décoration (in La route romane d’Alsace, in Lieux sacrés).

Les jambages à colonnettes et à triples ressauts sont surmontés par des chapiteaux ornés de sirènes, d’oiseaux et de têtes humaines. Un tailloir montre une cigogne capturant un serpent.

P1400374

Le tympan représente le Christ en gloire donnant la clef à saint Pierre et le livre à saint Paul entourés de deux donateurs, l’un tendant une bourse, l’autre un fût de vin.

P1400369

Le linteau est orné de cinq médaillons figurant l’agneau pascal entouré des symboles des évangélistes.

La frise de l’architrave est décorée de rinceaux de vignes et d’oiseaux picoreurs de grappes.

La nef est composée de trois travées doubles et d’une travée simple. Les piliers carrés supportant les arcs, en alternance de taille forts et faibles, correspondent au voûtement. Les travées doubles sont surmontées par des arcs en plein cintre dans lesquels s’inscrivent les baies de la haute nef.

P1400367

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s