Il est urgent de simplifier l’ESR

Refonder l’Université dans la liberté, l’exigence et l’émancipation. Une note du pôle ESR du groupe Jean-Pierre Vernant. 27 propositions de simplification de l’ESR.

Préambule. C’est avec enthousiasme, mais sans la moindre illusion, que nous contribuons à la consultation supposée alimenter la loi de simplification de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Avec enthousiasme, puisque cette simplification est nécessaire. Sans la moindre illusion, puisque la complexification qu’elle sera amenée à corriger provient des réformes menées depuis 10 ans, dans une continuité parfaite par delà les alternances, réformes dont l’antiphrase est un trait dominant.

Ainsi, la réforme supposée concéder une « autonomie » aux universités mais de facto pilotée par le haut a-t-elle conduit à une dépossession des universitaires et à une mise à mal des libertés académiques. Des libertés qui sont pourtant au fondement de l’Université, sans lesquelles aucun enseignement, aucune recherche authentiques ne sont réalisables. Ainsi, la « coopération territoriale » a-t-elle conduit à détruire nombre de réseaux de collaboration en matière de formation et de recherche, en Ile-de-France en particulier.

SimplificationCliquer sur l’image pour l’agrandir

Ainsi, la « simplification » du millefeuille administratif supposée guider les « Assises de l’ESR » a-t-elle conduit à un déluge de structures supplémentaires, fortement bureaucratisées, et toutes plus contestables, coûteuses et inefficaces les unes que les autres quant à leur apport estimé à la qualité de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Chaque nouvelle mise en concurrence des individus ou des structures, caractéristique de la vague de réformes néolibérales, a conduit à une inflation bureaucratique sans précédent, à un retour en force du népotisme et du mandarinat, à l’inoculation de new public management à dose létale, avec son cortège de gadgets infantilisants destinés à assujettir et contrôler ceux sur qui il s’abat : appels à projets, évaluations, comités stratégiques, approche par compétences, ad nauseam.

Dès lors, la probabilité est grande de voir cette nouvelle loi faire empirer les choses, avec la bénédiction de la fraction, maintenant significative, de la communauté universitaire reconvertie dans une activité de nature purement bureaucratique, la Conférence des Présidents d’Université en tête.

L’Université et la Recherche ont été tellement maltraitées qu’il s’agirait maintenant de reconstruire intégralement le système en en inversant la logique bureaucratique suivie jusque là et peu conciliable avec les prérequis de l’activité de recherche. Aussi prenons-nous très au sérieux la proposition de simplifier l’enseignement supérieur et la recherche, ce qui suppose de ne pas se contenter d’un toilettage, mais de viser des changements en profondeur.

I Appel à projets

I.1) Interdiction des appels à projets dont le coût consolidé dépasse 2% des aides distribuées.

Lire la suite…

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s