La Ministre, collée au Master

Najat Vallaud-Belkacem est diplômée de Sciences Po Paris : qu’y a-t-elle appris en matière de démocratisation de l’enseignement supérieur ? Ses réponses devant une quinzaine de députés lors du débat de contrôle sur la politique nationale en matière d’enseignement supérieur, le 17 février 2016, m’ont laissé pantois. Le débat en vidéo. Ci-dessous quelques photos des députés qui sont intervenus avant la ministre.

Si les analyses et assertions péremptoires de la ministre avaient fait partie d’un mémoire de master 2 (de sociologie de l’éducation par exemple), elle aurait été collée, qu’elle ait ou non été sélectionnée à l’entrée du M1 ou du M2.

P1420801

Accéder directement au texte de l’intervention de la ministre.

La ministre parle de démocratisation de l’enseignement supérieur mais elle n’en comprend pas le sens. « Parce que je crois qu’une certaine confusion règne lorsque l’on évoque la démocratisation, à l’école comme dans l’enseignement supérieur, je veux commencer par être très précise : quand je dis « démocratisation », je ne dis pas « nivellement par le bas ». Elle affirme de la même manière : « Il n’y a pas de fatalité : une démocratisation qui concilie une nécessaire ouverture [absence de sélection] et un haut degré d’exigence est possible ». Possible bien sûr, mais est-ce efficace ? Beau tour de passe-passe : la démocratisation passe par la non-sélection ; la non-sélection n’entraîne pas de nivellement par le bas !

Elle enfonce le clou de la démagogie politicienne : « la sélection, profondément rétrograde, s’oppose non seulement à la démocratisation et au nécessaire renouvellement de nos élites, mais aussi, frontalement, à ce qui fait la force de l’enseignement supérieur… Elle s’oppose au progrès« .

P1420805

NVB se laisse même aller à des contre-vérités, historiques et présentes. « La sélection n’est pas une idée neuve. C’est au contraire une réalité passée, contre laquelle la République s’est toujours battue, car la sélection ne résout rien. Elle masque. Elle abandonne. Elle laisse des millions de jeunes hors de l’enseignement supérieur ». La République s’est toujours battue contre la sélection ? Non et non ! Il y a sélection à l’entrée des Brevets de techniciens supérieurs, créés en 1959… Et c’est dans les sections de techniciens supérieurs qu’il y a le plus d’enfants des classes populaires ! La sélection ne va pas à l’encontre de la démocratisation !

En fait, la ministre se trompe de A à Z. Pas une fois, elle ne fait référence à un des deux indicateurs classiques de démocratisation. Le taux de diplômés du supérieur actuel (43,5%) et le taux projeté (60%) ne mesurent pas directement la démocratisation de l’enseignement supérieur français.

P1420811

Par démocratisation, – et ce dans toute la littérature scientifique sur la question (quelques publications) – il faut entendre 1. la probabilité pour les enfants des classes populaires – ouvriers et employés – d’accéder à l’enseignement supérieure et d’y réussir (indicateur de destinée). 2. La part des enfants des classes populaires dans les effectifs étudiants ou dans les effectifs de diplômés (indicateur de recrutement) est un indicateur plus facile à calculer, mais plus délicat à interpréter (les enfants d’ouvriers et d’employés sont plus nombreux que les enfants de cadres dans la population des jeunes).

P1420814

Najat Vallaud-Belkacem devrait soit virer le conseiller qui a écrit son discours pour l’Assemblée, soit suivre des cours et des travaux dirigés sur les enquêtes de mobilité sociale, les bilans Formation Emploi. Elle dirait moins de bêtises !

Malheureusement, le discours prononcé à l’assemblée va conforter la lâcheté politique qui dure depuis 14 ans (arrêté d’avril 2012 sur le LMD) : « Vous pouvez compter sur moi pour m’assurer que ladite liste [liste des masters qui pourront sélectionner] sera très limitative« .

Pour aller plus loin : La nécessaire sélection en Master. Pour un accès sélectif à l’entrée du M1. Les 43 mentions de master de l’université Paris-Saclay sélectionnent à l’entrée du M1.

Lire également la chronique de Jean-François Méla, La guerre de sélection des masters est déclarée.

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2 réponses à “La Ministre, collée au Master

  1. Olivier

    On pouvait lui laisser le bénéfice du doute, mais cette séquence a tout balayé. Elle est foncièrement incompétente sur les questions d’éducation supérieure. Elle ne semble même pas savoir que les M2 sont actuellement sélectifs à l’entrée et que publier une liste où l’intégralité des M2 serait sélectif ne serait qu’un simple statu quo.

  2. Claude

    Si je ne partage pas vos analyses pour la licence, je ne peux que souligner combien vous avez raison de pointer une vision très dogmatique (jusqu’à l’incompréhension) de NVB sur l’enseignement supérieur dont elle ignore tout et certainement que l’ESR n’est pas le lieu des ‘recettes’ et des idées toutes faites (entrez tous à l’université, dieu y reconnaîtra les siens) mais celui du débat, de la réflexion et de l’expérimentation,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s