Jacques Callot, 30 ans en 1622

Nancy, Musée Lorrain, Histoire et œuvres de Jacques Callot, enfant du pays, célèbre graveur. La biographie ci-dessous est constituée de citations de Wikipédia. Visite du musée et gravures numérisées : album de 19 photos.

1592. Jacques Callot naît à Nancy dans une famille lorraine récemment anoblie. Ses parents étaient Jean Callot, issu d’une famille originaire de Bourgogne, gentilhomme, premier héraut d’armes de Charles III de Lorraine (1545 – 1608) et Renée Brunebault. Il mourra en 1635, à l’âge de 43 ans.

P1420845Cliquer sur les images pour les agrandir

1604 (12 ans). Selon l’historien André Félibien, Jacques s’enfuit de chez lui une première fois pour gagner Rome à pied, en se joignant à une troupe de Bohémiens… Arrivé finalement à Rome, il est reconnu par des marchands nancéiens amis de sa famille, qui le reconduisent à Nancy. Son père l’oblige à reprendre ses études.

1606 (14 ans). Toujours selon Félibien, « comme il n’avoit nulle inclination aux Lettres », il fait à nouveau une fugue vers l’Italie. Là, il est retrouvé à Turin par son frère aîné Jean, qui le reconduit en Lorraine. Le doute est permis quant à l’exactitude de ces deux belles aventures.

1607 (15 ans). Afin qu’il apprenne le métier d’orfèvre, il est mis en apprentissage chez Demenge Croq, orfèvre-graveur et maître des monnaies du duc de Lorraine. Il découvre le travail de ciseleur sur métal. Le contrat prévoit que l’apprentissage dure quatre années consécutives.

1608 (16 ans). Son père accepte finalement de reconnaître la vocation de son fils, en l’envoyant étudier les techniques de la gravure en Italie.

1609 (17 ans), Rome. Il entre à l’atelier du graveur champenois Philippe Thomassin, chez qui il apprend l’art de la gravure au burin. Les premiers travaux que son maître lui confie sont des copies, ce qui constitue une bonne formation. C’est pendant cette période qu’il travaille sur la série des 12 Mois et Saisons, et qu’il effectue bon nombre de copies d’œuvres religieuses (un exemple, Ecce homo).

btv1b84960398

1612 (20 ans). Florence, Cosme II de Médicis confie à Tempesta, l’aquafortiste, la réalisation des 29 planches qui doivent composer une pompe funèbre de la reine d’Espagne, Marie-Marguerite d’Auttiche, morte à la fin de l’année 1611. Surchargé par la commande, Tempesta confie à Callot la gravure de 15 de ces dessins, lui permettant ainsi pour la première fois de travailler à l’eau-forte (document : techniques de la gravure).

1614 (22 ans). Jacques Callot s’installe au Palais des Offices, où il est admis officiellement comme graveur ; c’est alors le début d’une intense activité.

1615 (23 ans). Il se voit chargé par Cosme II de Médicis d’organiser des fêtes en l’honneur du prince d’Urbino. Giulio Parigi demanda alors à Callot de graver un certain nombre de grandes eaux-fortes pour conserver le souvenir de ces fêtes somptueuses. En 1615 également, Repos de la saint famille.

Copie de btv1b8495975x

1616 ou 1617 (24 – 25 ans). Jacques Callot a l’idée d’utiliser le vernis dur des luthiers florentins pour protéger le cuivre des planches.

1621 (29 ans). A la mort du grand-duc Cosme II de Médicis, il répond au désir d’Henri II de le voir revenir dans son pays, et rentre en Lorraine. Dès cette période, il travaille sur l’immense série de planches (490 au total) que constitue le Livre des Saints. Elles ne seront publiées qu’après sa mort.

1622 (30 ans). Quelques évènements après les 30 ans.

1623 (31 ans). Jacques Callot épouse Catherine Kuttinger. Il n’en aura pas d’enfant.

1625 (33 ans). Il reçoit une importante commande de l’infante Isabelle-Claire-Eugénie, fille de Philippe II, et gouvernante des Pays-Bas : celle-ci souhaite qu’il immortalise le Siège de Bréda, à la suite de la reddition de la ville, après le siège de près d’un an mené par le marquis de Spinola.

1627 – 1631 (36 à 39 ans). Plusieurs séjours à Paris à l’invitation de Louis XIII, puis retour en Lorraine.

1633 (41 ans). Les troupes françaises occupent Nancy. Loin de chanter les louanges du Roi de France, Jacques Callot publie alors son œuvre la plus connue, Les Grandes Misères de la Guerre.

IMG_08061635 (43 ans). Alors qu’il s’apprête à quitter la Lorraine pour emmener sa famille en Italie, à Florence, le cancer de l’estomac dont il souffrait déjà depuis 1630 ou 1631 s’aggrave ; il décède, sans doute le 24 mars.

La numérisation des gravures par la BNF Gallica. 203 gravures numérisées.

Toutes les chroniques du blog : elle / il a eu 30 ans en…

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, D. Italie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s